Toute l'actualité du football Vaudois

Adrian Alvarez est de retour!

Après avoir passé six mois en Suède, le rapide ailier s'est engagé avec Bavois. Même si son cœur est en partie bleu à croix jaune à présent, le joueur formé à Team Vaud ne pouvait pas refuser l'offre du pensionnaire de Promotion League.

Promotion League - 16 février 2017

(Oneclick-photo.ch)

Après avoir passé six mois en Suède, le rapide ailier s'est engagé avec Bavois. Même si son cœur est en partie bleu à croix jaune à présent, le joueur formé à Team Vaud ne pouvait pas refuser l'offre du pensionnaire de Promotion League.

Il arpentait les pelouses du championnat suédois ce week-end encore, Adrian Alvarez, dans l’attente d’un contrat de rêve qui n’est finalement jamais venu. «C’était vraiment tout proche de se faire, regrette le joueur formé au Lausanne Sport, tant avec le club dans lequel j’évoluais (le Vasteras SK, en troisième division) qu’avec une équipe de deuxième division. Je le dis honnêtement, si j’avais pu rester en Suède, je l’aurais fait. Je m’y sentais vraiment bien, j’y ai découvert un nouveau football et les supporters locaux m’avaient adopté». Et pourtant, «Alva» a pris l’avion lundi, a serré la main de Jean-Michel Viquerat et de Bekim Uka mardi, et s’est entraîné aux Peupliers mercredi. Adrian Alvarez et Bavois, c’est donc fait!

Il s’est fait un petit nom en Suède

La raison du départ de son nouvel eldorado? «J’ai 25 ans, vous voyez où je veux en venir… Le football, c’est toute ma vie et cela ne changera jamais. Mais je me dois de garder une part de raison et de penser également à ce qu’il se passera après». En d’autres termes, le Morgien a fait plutôt forte impression en Scandinavie. Il a passé six mois très réussi à Vasteras et, à partir de là, plusieurs clubs se sont intéressés à ses talents d’ailier. Beaucoup, même, mais aucun ne pouvait satisfaire les exigences, loin d’être extravagantes, de celui qui a fait la fierté du FC Echallens Région pendant quatre saisons. Non pas que le jeune homme a soudain pris la grosse tête, ça ne lui ressemble vraiment pas, simplement que les salaires du deuxième échelon suédois ne sont pas tout à fait ceux de la Premier League. «Et c’est vrai que j’aurais aimé pouvoir mettre un peu de côté…», précise celui qui n’exclut pas de retourner, un jour ou l’autre, au pays qu’il vient de quitter.

Une offre difficilement refusable

Son avenir à court terme, c’est donc la Promotion League et le FC Bavois. «Je suis là pour les six prochains mois, au moins. L’offre que m’a fait le président était difficilement refusable, surtout à cette période-ci de ma vie. Je suis heureux d’être ici et je vais faire tout mon possible pour que l’équipe se maintienne cette saison», commente «AA», à qui s’offre donc une nouvelle opportunité de démontrer toutes ses qualités en Suisse, six mois après avoir quitté le groupe du LS au moment de faire le saut de la Super League.

«Bekim était un grand attaquant, il aura beaucoup à m’apporter»

Un retour au pays qu’il doit aussi, en bonne partie, au coach bavoisan, Bekim Uka: «On était déjà en contact avant que je tente l’aventure à l’étranger, mais je voulais vraiment tenter ma chance ailleurs. Et puis, comme je vous l’ai dit, lorsque le FCB m’a recontacté, je ne pouvais pas dire non, cela aurait été une erreur. Bekim sait comment parler aux joueurs. Quand il s’agit de convaincre quelqu’un, il est très fort. Ça a été un grand attaquant et il aura beaucoup à m’apporter, c’est une certitude. Alors oui, les infrastructures des Peupliers ne sont pas forcément au niveau de celles auxquelles je m’étais habitué ces derniers mois et mes articulations vont devoir prendre le coup. La ferveur populaire n’est pas tout à fait la même non plus, c’est vrai. Mais des avantages à être de retour en Suisse, il y en a énormément, à commencer par mes retrouvailles avec ma famille», conclut l’ailier droit, qui a reçu de chaleureux vœux de remerciement et de réussite de la part des fans du VSK avant de partir.

Le secteur offensif de Bavois a de l’allure

Adrian Alvarez complète donc la campagne de recrutement plutôt très bien menée par le FC Bavois et trouve une place toute définie dans l’alignement de Bekim Uka. Avec l’arrivée de l’excellent Yanis Lahiouel et du prometteur Valentin Dupuis, sans compter la présence de Qendrim Makshana, meilleur buteur de Promotion League, le secteur offensif nord-vaudois prend une toute autre ampleur. Le FCB, sans prétendre à devenir une pointure au troisième échelon national, s’est en tout cas donné les moyens d’y sauver sa place.

 

Un article rédigé par Florian Vaney

À lire également