Toute l'actualité du football Vaudois

Assens est revenu de nulle part

Menés 2-0 par Bavois II, Michaël Crot et ses coéquipiers ont renversé la situation en une demi-heure pour remporter leur première victoire de la saison. Le cri de joie était mérité.

2e ligue - 26 août 2016

Menés 2-0 par Bavois II, Michaël Crot et ses coéquipiers ont renversé la situation en une demi-heure pour remporter leur première victoire de la saison. Le cri de joie était mérité.

« A la mi-temps, je leur ai dit que je n’avais jamais vu ça. Que ce soit en 1re ou en 5e ligue, je n’avais jamais vu une équipe autant ne rien montrer. On aurait pu jouer dix ans, on n’aurait pas été une seule fois dans leurs seize mètres. Les seules fois où par hasard nos attaquants ont reçu un ballon, ils l’ont perdu dans la seconde. Alors, à la pause, je leur ai dit qu’ils devaient montrer autre chose. Pas pour moi, hein. Pour eux, pour leur fierté. Pour montrer aux 12 supporters d’Assens qui étaient là qu’ils savaient jouer au football. » Apparemment, le message de Jean-Paul Lamon, nouvel entraîneur du FCA, a porté ses fruits. Apathique en première mi-temps, Assens l’a emporté 2-3 à Bavois, avec une certaine manière en fin de match. Comme quoi, le message toujours très imagé de leur nouveau patron a été vite et bien compris par les joueurs du Gros-de-Vaud.

Onur Yildiz assure le show d’un lob spectaculaire

Tout avait pourtant mal commencé, on l’a compris, face à ce FC Bavois II très intéressant pendant quarante-cinq minutes. Avec un Onur Yildiz très en forme à mi-terrain, les Bavoisans ont rapidement pris le contrôle des opérations dans leur 3-5-2 assez bien adapté aux qualités de leurs joueurs. Antoni Turrian et Renatus Njohole ont tout filtré à mi-terrain et Yildiz a pu se consacrer aux tâches offensives et à servir Hükmü Demir et Yann Martin, les deux attaquants du FCB ce vendredi. Bavois a été, et de loin, la meilleure équipe sur le terrain en première période et c’est fort logiquement qu’Onur Yildiz a pu ouvrir la marque d’un lob superbe de 45 mètres dans les cages désertées par Arno Dell’Eva.

« Un but superbe. J’ai applaudi, sincèrement. Il n’y a que ça à faire, de toute façon. J’avais dit à mon gardien de jouer haut. Il a sauvé cinq buts comme ça et il a pris ce lob. Pas grave », a dit Jean-Paul Lamon, lui-même ancien gardien de but et donc très attentif aux performances de ses portiers dans tous les clubs où il est passé. 1-0 à la pause, donc, mais l’addition aurait pu être bien plus lourde si Bavois avait mis au fond ne serait-ce qu’une ou deux de ses nombreuses occasions. Du côté d’Assens? Rien. Et quand on écrit rien, c’est déjà beaucoup.

Ce même Onur Yildiz inscrit le 2-0

Alors, quand Onur Yildiz a inscrit le 2-0 à la 48e d’un coup-franc splendide au ras du poteau d’Arno Dell’Eva, tout le monde s’est dit que le match était plié. « Vous m’auriez donné un million de dollars, j’aurais parié sur Bavois », a même osé Jean-Paul Lamon, qui bluffe un peu sur ce coup-là, parce qu’il était sûr que son équipe allait venir gagner aux Peupliers ce vendredi, en match avancé. « Avant le match, oui, j’étais sûr qu’on allait venir les taper. On s’était préparés pour ça. Mais quand je dis à la mi-temps qu’il faut arrêter de jouer vers l’arrière et qu’on prend le 2-0 à cause de ça, je me suis demandé si c’étaient mes joueurs qui étaient sourds ou moi qui parlais en mandarin », a fulminé le boss du FCA. Le résultat est le même: 2-0 pour Bavois, doublé pour Onur Yildiz, joueur aussi talentueux que caractériel.

Assens retourne la situation en 27 minutes

Et c’est là, en n’ayant soudain plus rien à perdre sinon un peu d’honneur, qu’Assens a commencé à élever (enfin!) son niveau. Les combinaisons offensives ont commencé à apparaître et Adrien Ferrini (ex de Bavois II) a pu inscrire le 2-1 d’un joli tir croisé (57e). Anthony Despont a marqué le 2-2 d’une volée sublime de plus de vingt mètres (78e) et le capitaine Michaël Crot a offert la victoire aux siens d’un coup de tête parfait (84e). Un scénario incroyable, qui a vu Assens s’imposer dans un match qu’il a véritablement commencé à jouer à la 50e. Un vrai tour de force, qui semblait complètement impensable encore quelques minutes plus tôt. La preuve, Jean-Paul Lamon a raison, que cette équipe-là a de vraies qualités. Elles sont techniques, mais depuis ce vendredi soir, on sait aussi qu’elles sont morales.

« Qu’ils ne me refassent jamais la misérable partition des 45 premières minutes! »

En tout cas, cette dernière demi-heure a fait plaisir à l’entraîneur d’Assens. « On a perdu le premier match à Champvent, on a fait nul contre Aubonne et maintenant on gagne. On est lancés. Et ça me fait plaisir pour les gars, parce que je vois bien le mardi et le jeudi à l’entraînement qu’ils ont de la qualité. Ils savent jouer au football, croyez-moi! Mais justement, je ne vous demande pas de me croire, en fait. Je veux qu’ils le montrent en match, en public, parce qu’ils ont les capacités de le faire. En deuxième mi-temps, par moments, c’était pas mal du tout, avec du jeu à une touche, quelque chose de sympa. Mais surtout qu’ils ne me refassent jamais la misérable partition des 45 premières minutes », supplie Jean-Paul Lamon.

Comment Bavois a-t-il pu laisser filer ce match?

Avec ces trois points, Assens passe devant son adversaire du jour. Bavois a en effet commencé par battre Venoge, avant de s’incliner à Crans et compte donc trois points en trois matches. Avec un effectif qui n’a pas trop bougé dans le sens des arrivées, mais plutôt dans celui des départs, la II du FCB va devoir réagir. Le potentiel est là, évidemment, et on l’a vu en première période, mais la manière dont cette équipe a sombré face à un adversaire jusque-là inoffensif a quelque chose de surprenant, quand même. Laurent Dupuis, lui aussi arrivé cet été (en provenance du FC Cossonay), a déjà du boulot pour redresser les têtes. Ce n’est pas une catastrophe, loin de là, mais avoir laissé échapper ces trois points qui semblaient acquis va quand même nécessiter une discussion avec son groupe.

Le plan-fixe

Les Peupliers. Arbitrage de M. Jeevasankar Selvarajah, assisté de M. Edin Selimovic et de M. Patrizio Rota.

FC Bavois II

2

31e Onur Yildiz 1-0

48 Onur Yildiz 2-0

Caillet;
Saugy, Kastrati, Seipi;
Dounyaji, Turrian, Renatus, Hartmann;
Yildiz;
Demir (80e Habib), Martin (69e D. Basha).
Entraîneur: Laurent Dupuis.

FC Assens

3

57e Ferrini 2-1

78e Despont 2-2

84e Crot 2-3

Dell'Eva;
Sauty, Bergien, Risse, Crudo;
Pache (67e Despont), Crot, Détraz, Ferrini, Duvoisin (80e Loutan);
Bonvin (55e Richard).
Entraîneur: Jean-Paul Lamon.

À lire également