Toute l'actualité du football Vaudois

Azzurri-Generali
Azzurri-Facchinetti
Azzurri-Novotel

Azzurri ne va arriver nulle part, comme ça

Vaincus 1-0 à Fribourg, après une première heure de jeu vraiment inquiétante, Azzurri voit les places de finaliste s'éloigner. Pour de bon?

1re ligue - 28 septembre 2016

Vaincus 1-0 à Fribourg, après une première heure de jeu vraiment inquiétante, Azzurri voit les places de finaliste s'éloigner. Pour de bon?

« Fribourg n’a pas été bon, et nous encore moins… » En une phrase, Patrick Isabella a assez bien résumé notre pensée, mercredi, juste après la défaite d’Azzurri à Saint-Léonard (1-0). Les Pingouins ont remporté à cette occasion leur première victoire de la saison, à la huitième journée, et peuvent remercier des Lausannois apathiques pendant une heure de jeu. En fait, jusqu’au 1-0 de Christopher Nzinga (57e), Azzurri n’a tout simplement pas existé et sa prestation, disons-le, est inquiétante pour une équipe qui veut jouer les finales. Cet objectif-là, disons-le aussi, est désormais bien loin, puisque les Lausannois comptent déjà huit points de retard sur Yverdon Sport (3e). Ca commence à faire beaucoup. Et Naters, premier relégable, n’est qu’à un point derrière…

« On est face à un gros chantier », dit Patrick Isabella

Ce début de saison n’est clairement pas celui espéré du côté d’Azzurri et Patrick Isabella se retrouve devant un défi important. Avant de recevoir Team Vaud, le week-end dernier, le nouvel entraîneur nous confiait que sept points en trois matches de semaine anglaise (Team Vaud, Fribourg, YB M21) seraient un joli total. Au maximum, il en aura quatre. Et cela, c’est en allant gagner au Stade de Suisse samedi, ce qui n’est de loin pas fait. « Avec ce que l’on a montré aujourd’hui, cela semble compliqué, oui… », admet Patrick Isabella, tout en restant optimiste. « On va essayer de relever la tête, de retrouver la confiance. Mais ce qui est sûr, c’est qu’on est face à un gros chantier », continue-t-il.

Antonio D’Attoli: « Notre pire mi-temps de la saison »

En première mi-temps, c’est bien simple, Azzurri n’a rien fait de bon. « C’est notre pire mi-temps de la saison », a même dit Antonio D’Attoli. Alors oui, il manquait le très bon Malek Chergui, mais l’équipe alignée sur le terrain avait fière allure quand même. En tout cas pour au moins essayer de se créer une occasion, ce qui n’a pas été le cas. Enfin si, il y en a eu une, pour Guilherme Afonso, qui a manqué le cadre après une hésitation de la défense fribourgeoise (40e). C’est tout? Oui, c’est tout. Face à un FC Fribourg qui n’avait pas encore gagné de match cette saison, le bilan est très maigre.

Azzurri ne joue pas de manière assez libérée

« En fait, on a joué avec le frein à main. Les joueurs ont peur de mal faire, c’est évident, et ils ne vont pas au bout des actions. Le boulot, c’est de retrouver du plaisir, de jouer libéré. Voilà, c’est ça, les joueurs ne sont pas assez libérés ». Là encore, on est assez d’accord avec Patrick Isabella sur le constat d’une équipe d’Azzurri qui était trop timide. Parce que les qualités, évidemment, ses joueurs les ont, mais leur position au classement, désormais clairement inconfortable, semble les bloquer un peu. Il va falloir trouver des solutions pour vider les têtes, parce que là, il faut clairement se remettre à gagner: en huit matches de championnat, Azzurri a perdu cinq fois.

Un 1-0 qui a beaucoup énervé Antonio D’Attoli

« On n’a pas été bons, d’accord, mais que dire de l’arbitrage, alors », a pesté Antonio D’Attoli. La raison de la colère du président d’Azzurri? Quelques décisions litigieuses, mais surtout le 1-0 de Christopher Nzinga, à la 57e. L’ancien Baulméran s’est échappé (hors-jeu?) pour s’en aller défier Christopher Guedes, le nouveau gardien d’Azzurri (prêté par Servette). Il l’a trompé d’une frappe à ras de terre, bien mise, mais son but a provoqué une certaine irritation à l’égard de l’arbitre-assistant, coupable de ne pas avoir levé son drapeau. « S’il y avait hors-jeu? Je n’en sais rien, honnêtement. Peut-être que oui, peut-être que non. Mais cela n’explique pas le reste de notre match », a lui commenté Patrick Isabella, alors que son président était beaucoup plus remonté.

Christopher Nzinga, seul buteur du match

Christopher Nzinga, lui, estimait qu’il était en position régulière. « Je suis couvert par Elefante et Ombala, je pense. Mais surtout, je suis content d’avoir marqué, parce que j’en avais raté une grande juste avant », a souri le buteur du jour. Vrai. A la 52e, il avait dribblé Guedes avant de voir sa frappe sauvée sur la ligne par un défenseur d’Azzurri. « Alors, j’ai vraiment voulu m’appliquer sur la deuxième », a-t-il relevé, lui qui est arrivé tout seul devant le gardien lausannois. Les défenseurs d’Azzurri, certains à 100% du hors-jeu, s’étaient en effet complètement arrêtés et l’avaient regardé partir. Une attitude coupable, car, s’il avait été mis sous pression, qui dit que Nzinga n’aurait pas eu plus de difficultés à conclure? On ne le saura jamais et peu importe: 1-0 pour Fribourg.

Une dernière demi-heure plus convaincante

Et là, comme par magie, Azzurri a commencé à mieux jouer et, enfin, à aller inquiéter l’arrière-garde fribourgeoise. « C’est comme si ce but nous avait libéré dans les têtes. On n’avait plus rien à perdre, alors on a commencé à jouer. Mais c’était beaucoup trop désordonné… », a soupiré Patrick Isabella. Vrai aussi. Pour aller inquiéter Manuel Kanté, sans doute le meilleur défenseur de 1re ligue (quel match de patron encore…), et ses coéquipiers, il aurait fallu montrer plus, proposer plus et, surtout, attaquer mieux. Il y a eu des possibilités d’égaliser, soyons clairs, et sur la dernière demi-heure, Azzurri aurait mérité au moins un point. Mais les Lausannois avaient montré tellement peu pendant une heure qu’ils ne peuvent pas trop se plaindre du résultat.

Deux nouveaux renforts à Azzurri

Au rayon des bonnes nouvelles, outre la signature de Christophe Guedes, Azzurri annonce deux arrivées. Il s’agit de Danisio Baia Barbosa, milieu de terrain cap-verdien qui était à Nyon la saison dernière. Après avoir fait sa formation au Nacional Madère, au Portugal, il avait décidé de rejoindre la Suisse cet hiver. Le voilà donc à Azzurri, tout comme Ebrima Bojang, attaquant gambien formé à Saint-Etienne. Ce transfert international a été rendu possible parce qu’il ne jouait plus depuis plusieurs mois, mais une simple recherche sur internet suffit à trouver des références sur ce joueur, que l’ASSE estimait beaucoup, avant que des blessures à répétition ne le contraignent à mettre un terme à sa carrière. Grand ami de Pa Modou Jagne, il va essayer de se relancer en Suisse, lui qui était promis à un joli destin. « C’est un pari », glisse Antonio D’Attoli, président d’Azzurri.

Le plan-fixe

Saint-Léonard

FC Fribourg

1

57e Nzinga 1-0

Freiburghaus;
Déglise, Kanté, Bize, Mutombo.
Tchaoulé, Fermino, Ndarugendamwo;
Uka (86e Gomes Da Silva);
Nzinga (75e Ademi), Fernando (90e Gachoud).
Entraîneur: Frédéric Chassot

FC Azzurri 90 LS

0

Guedes;
Ombala (79e Bavueza), Lekiqi, Elefante, Coendet (68e Iyeti);
Waidi (62e Begzadic), Gomis, Galokho;
Souni, Brahimi;
Afonso.
Entraîneur: Patrick Isabella

Azzurri-Generali
C-Fribourg
C-Azzurri 90 LS
AA nos partenaires
AD Une type
Azzurri-Novotel
Azzurri-Generali
Azzurri-Facchinetti

À lire également