Toute l'actualité du football Vaudois

Bandeau anime 1
Azzurri-Facchinetti
Azzurri-Novotel

Azzurri répond présent

Aleksandar Bozic (photo) est un des onze renforts hivernaux d'Azzurri, en quête d'une nouvelle dynamique. Les Italiens de Lausanne ont profité de la reprise pour faire leur première victime: Vevey Sports. Feu de paille ou véritable renouveau? La réponse ces prochaines semaines.

1re ligue - 4 mars 2017

(Oneclick-photo.ch)

Aleksandar Bozic (photo) est un des onze renforts hivernaux d'Azzurri, en quête d'une nouvelle dynamique. Les Italiens de Lausanne ont profité de la reprise pour faire leur première victime: Vevey Sports. Feu de paille ou véritable renouveau? La réponse ces prochaines semaines.

Malgré une première partie de saison pas franchement réussie, Azzurri était attendu au tournant pour la reprise, en particulier par son adversaire du jour. Vevey Sports a, effectivement, vu partir deux très bons éléments à Chavannes durant l’hiver, Juan Rodriguez ainsi qu’Anthony Ciavardini, et, forcément, les Veveysans avaient une envie non-dissimulée de prendre leur revanche sur le terrain ce samedi. Le premier nommé ayant ouvert la marque et le second parfaitement tenu son rôle sur la droite de la défense lausannoise, le «VS» n’a pu que constater les dégâts et regretter une nouvelle fois, si besoin était, leur départ. Les deux hommes, s’ils ont fait le plus grand bien sur la Riviera cet automne, semblent déjà plutôt à l’aise sous leurs nouvelles couleurs et n’ont pas fait de sentiments face à leurs anciens coéquipiers.

Juan Rodriguez n’est pas passé à côté de ses retrouvailles

Juan Rodriguez a particulièrement appuyé là où ça fait mal, profitant d’une mésentente entre le dernier rempart, Cédric Zimmermann, et ses défenseurss pour se retrouver seul à la réception d’un centre de Malek Chergui. L’ailier gauche a estimé qu’il n’avait pas forcément eu toute la reconnaissance qu’il méritait en quittant Vevey et que certaines personnes lui avaient manqué de respect, malgré tout ce qu’il avait apporté au club. Sa réponse? Il l’a donnée sur le terrain, à la 21e minute, en se positionnant où il le fallait pour pousser le ballon au fond. L’homme n’a pas vécu une pause hivernale aussi reposante sur le plan émotionnel qu’il l’espérait, mais ce week-end, il devait être prêt, et il l’a été.

Le doublé au bout du pied

Il aurait, d’ailleurs, pu réussir un très gros coup, Juan Rodriguez, si sa frappe de la 45e n’avait pas heurté, successivement, le montant gauche de Cédric Zimmermann et un coéquipier, avant de franchir la ligne, entre les deux poteaux. Le souci? Le dernier lausannois a avoir touché le ballon, même bien malgré lui, se trouvait en position de hors-jeu. Pas de but, donc, et les 22 acteurs envoyés aux vestiaires sur un score de parité, Ayoub Rachane ayant, très logiquement, remis les compteurs à zéro peu de temps auparavant (32e, 1-1).

Vevey a manqué d’opportunisme dans les deux surfaces

Il faut bien le dire, Vevey aurait été assez mal payé en arrivant à la pause mené au score. Les plus grosses opportunités ont été lausannoise, c’est un fait, mais le puissant Moustapha Dabo et le reste de l’offensive veveysanne n’étaient pas en reste. Dans des conditions de jeu difficiles, les visiteurs ont fait ce qu’il fallait, à savoir projeter le ballon vers l’avant et tenter de garder une pression constante sur Eren Sahingöz. Cela a suffit pour marquer une fois, suite à un geste peu académique du technique Ayoub Rachane, qui a poussé le ballon au fond d’un taclé glissé, mais le «VS» a manqué d’un peu de réalisme dans les deux surfaces pour pouvoir prétendre empocher trois points. Ce n’est, sans doute, pas l’impressionnant Stipe Matic, qui a vu ses coups de tête filer hors du cadre les uns après les autres, qui nous contredira.

Patrick Isabella: «Ces changements étaient nécessaires»

Un manque d’opportunisme aux deux extrémités du terrain qui n’enlève rien à la performance d’ensemble d’Azzurri. L’effectif des Italiens de Lausanne a drastiquement changé durant la trêve, onze nouveaux joueurs sont arrivés et l’équipe devait absolument trouver une nouvelle dynamique, puisque rien, ou presque, n’a fonctionné cet automne. «Ces changements étaient nécessaires, assure Patrick Isabella, l’entraîneur lausannois. Dans le football, lorsque vous êtes au fond du classement sur une aussi longue période, c’est que vous êtes inférieurs dans un bon nombre de secteurs. On manquait de technique, de motivation, on ne parvenait pas à se sortir de cette spirale négative, il fallait changer quelque chose.»

Un redressement doit passer par ce genre de victoires

Vu que le président Antonio D’Attoli ne fait que rarement les choses à moitié, c’est donc près de la moitié de l’effectif qui a été priée de s’en aller durant la trêve. Ils sont onze, donc, à leur avoir succédé à Chavannes, dont six étaient titulaires au coup d’envoi ce samedi (Eren Sahingöz, Anthony Ciavardini, Gabriel Cuénoud, Juan Rodriguez, Aleksandar Bozic et Andi Ukmata). Le résultat? On attendra avant de juger, et le déplacement du week-end prochain à Yverdon sera un excellent test pour Roberto Elefante et ses coéquipiers. Mais Azzurri, sans avoir fait tout juste, a pris les trois points grâce à Malek Chergui, en solitaire (2-1, 72e), ce qui ne lui était arrivé que trois fois au premier tour. Il fallait des hommes décisifs pour faire la différence aujourd’hui, dans un contexte difficile, et le Français a endossé ce rôle avec beaucoup de classe, même si son talent lui permettrait de faire encore tellement plus. C’est par ce genre de victoires âpres, ou l’engagement compte davantage que la qualité technique, que passe n’importe quel redressement. Et si les Lausannois ont fêté leur succès de longues minutes après le coup de sifflet final, ce n’est pas un hasard: le soulagement est réel!

Avant de regarder plus haut, Azzurri veut assurer son maintien

«C’est une très bonne victoire, obtenue dans des conditions difficiles. On sait qu’on était attendu au tournant et qu’on ne pouvait pas se permettre de passer à côté de ce match, l’équipe a répondu présent. Maintenant, il faut être capable d’enchaîner, de ramener la confiance, de gagner deux fois, trois fois, quatre fois de suite. Nous sommes des compétiteurs, on a toujours le regard porté vers le haut du classement. Si les équipes de tête commencent à égarer des points en route, on veut être là pour en profiter. Mais la priorité absolue, à l’heure actuelle, c’est d’assurer ce maintien, car cela n’est largement pas fait», commentait Patrick Isabella à l’issue des débats.

Vevey Sports a la même idée en tête

Du côté du «VS», et le club ne cesse de le répéter depuis de longues semaines, le maintien n’est pas, non plus, encore dans la poche. Certes, les Copétans possèdent sept longueurs d’avance sur la barre et un effectif qui devrait largement lui permettre d’assurer sa place en 1ère ligue dans les semaines à venir. Les joueurs qui leur ont permis de se hisser dans la première moitié du tableau sont, en majorité, toujours là et les renforts débarqués à la pause ont déjà pu démontrer quelques-unes de leurs qualités sur ces 90 minutes. En parvenant à gommer certaines approximations des deux côtés du terrain, qui lui ont coûté très cher pour la reprise, Vevey aura clairement de quoi faire peur ce printemps et, surtout, assurer son maintien, l’objectif numéro 1 du club depuis le premier jour.

Un compte-rendu rédigé par Florian Vaney

Le plan-fixe

Centre sportif de Chavannes.

Azzurri 90 LS

2

21e Rodriguez 1-0

72e Chergui 2-1

Sahingöz;
Ciavardini, Lekiqi, Elefante, Cuénoud;
Rodriguez (83e Galokho), Bozic, Brahimi, Gasic, Chergui (92e Bagzadic);
Ukmata (61e Urbinati).
Entraîneur: Patrick Isabella.

Vevey Sports 1899

1

32e Rachane 1-1

Zimmerman;
Pavlik, Lovato, Matic, Hajdini;
Protopapa (83e Nkufo), Rachane, Ntamack (89e Ianigro), Morina;
Traoré, Dabo.
Entraîneur: Hervé Bochud.

À lire également