Toute l'actualité du football Vaudois

Monti

Bussigny continue son parcours parfait

Halit Sabedini (à droite) a marqué et Bussigny a battu Echandens 3-1 au terme d'un superbe derby. Sept sur sept pour le FCB, en route pour les finales!

4e ligue - 8 octobre 2016

Halit Sabedini (à droite) a marqué et Bussigny a battu Echandens 3-1 au terme d'un superbe derby. Sept sur sept pour le FCB, en route pour les finales!

Le derby qui a opposé Bussigny à Echandens vendredi soir aurait pu tout aussi bien figurer au tableau d’une journée de 3e ligue et cela n’aurait choqué personne. De l’audace, des attaquants de grande classe et une maîtrise du jeu réellement impressionnante, soit autant de qualités présentes au terrain de Isles, qu’on ne retrouve pas tous les week-end à l’échelon supérieur.

On pouvait s’attendre à une belle opposition entre les formations de tête du groupe 1 de 4e ligue? Totalement, et c’est vrai que, sur le papier, ce duel, entre l’expérimenté Bussigny qui n’a toujours pas perdu le moindre point cette saison et la meute de jeunes loups qui montent d’Echandens, promettait beaucoup.

Force est de constater, toutefois, que, d’un côté comme de l’autre, celles-ci sont parvenues à encore élever le niveau et nous surprendre en bien, avec, il faut aussi le dire, un petit avantage pour le FCB.

Dans l’agressivité, difficile de faire mieux que ce FCB

La troupe de Giuseppe Guzzardi n’est pas seulement parfaitement entrée dans la partie, ouvrant le score tout à fait logiquement par Quentin Fagioni (15e, 1-0), très bien servi par Halit Sabedini, sans doute le joueur le plus en vue sur le terrain. Elle est aussi celle qui s’est montrée la plus agressive, dans le bon sens du terme, et qui a très rapidement marqué son territoire, sur l’ensemble du match comme, plus globalement, sur ce groupe 1.

«On était prévenus, s’en défendait très justement le coach du FCE, Vincenzo Santoro. On savait qu’ils allaient arriver très fort et on a essayé de s’adapter avec nos armes. C’est aussi ce qui fait la différence entre une équipe d’expérience, comme la leur, et la nôtre, encore très jeune».

Echandens a misé sur la jeunesse, et ça paie!

Stéphane Steiner, le sympathique président du club, n’avait pas manqué de nous le dire en début de saison. La I d’Echandens possède une immense qualité, qui peut tout aussi bien devenir son plus grand défaut: sa jeunesse. Un grand nombre de juniors, tant d’Echichens que de Foot Région Morges, sont effectivement arrivés cet été pour tenter d’apporter un nouveau souffle à la première équipe.

Cela n’a peut-être pas suffi face au puissant FC Bussigny, mais avec cinq victoires pour deux défaites jusqu’ici, le bilan est plus que prometteur. D’autant plus que, lorsque Dan Guillart a égalisé après quelques secondes en seconde période, à la suite d’un magnifique travail de l’excellent Roberto Ferreira, qui s’est conclu par une immense frappe sur la latte, les trois points sont presque passés à portée des hommes de Vincenzo Santoro.

Vincenzo Santoro: «C’est que du bonheur!»

«Très honnêtement, je suis content d’absolument tout ce soir, se réjouissait ce dernier. On est peut-être tombés, mais l’important n’est pas là. On a encore énormément progressé, et c’est bien le principal quand on évolue avec une équipe aussi juvénile. On a offert un joli spectacle, on s’est fait plaisir, il y avait du monde pour voir ça et l’ambiance dans l’équipe est toujours aussi géniale. C’est que du bonheur!»

Lorsqu’on observe l’audace et la justesse avec lesquelles jouent ses jeunes hommes, ainsi que le nombreux public que ce duel a su ramener alors que l’équipe nationale jouait exactement au même moment face à la Hongrie, on comprend mieux l’euphorie du coach d’Echandens.

Halit Sabedini et Quentin Fagioni: un duo qui fait des étincelles

Le seul regret de Vincenzo Santoro? Que les siens n’aient pas su exactement comment gérer les événements juste après l’égalisation. Il n’a, en effet, fallu que six minutes pour que le très à l’aise Halit Sabedini arme une splendide volée et remette Bussigny sur les rails d’une victoire qui ne leur a toujours pas échappé après sept journées de championnat. Dans le but de s’éviter une fin de match sous haute tension, Quentin Fagioni signait le doublé et venait terminer le travail tout en délicatesse, après un boulette de canon envoyé par Grégory Ruchat que Vincent Jendly, le dernier rempart visiteur, n’a pu que repousser dans les pieds de l’opportuniste Fagioni.

Bussigny aurait clairement sa place en 3e ligue

3-1, score final, et une nouvelle victoire méritée pour un FC Bussigny bien décidé à faire oublier la petite désillusion de la saison passée. À la lutte pour les finales avec Etoile Lausanne et Romanel jusqu’à la dernière journée, Giuseppe Guzzardi et ses hommes avaient finalement été coiffés au poteau, manquant leur ticket pour trois petits points, en ayant perdu des plumes dans le sprint final. Des regrets? «À l’heure qu’il est, c’est totalement oublié, tranche le technicien du FCB. C’est la deuxième fois en deux saisons que l’équipe passe tout près de la promotion, mais on ne peut pas s’arrêter à ça. Si on y repense continuellement, on n’avancera jamais».

Sachant que l’immense majorité des finalistes de la saison dernière qui le voulaient ont fini par être promu, cela aurait, assurément, aussi été le cas des Bussignolais s’ils n’avaient obtenu rien qu’une victoire de plus l’an dernier. Et on ne peut s’empêcher de penser que ceux-ci, au vu de la qualité de jeu qu’ils proposent, seraient beaucoup plus à leur place en 3e ligue à l’heure actuelle.

Giuseppe Guzzardi: «Peaufiner notre jeu pour être encore meilleur le moment venu»

Il n’en est rien, et l’homme fort de cette impressionnante armada préfère en faire ressortir le positif: «C’est un mal pour un bien. On ne s’est donné aucun objectif pour cette saison, on veut juste prendre les matches les uns après les autres. On va même jusqu’à les séparer en deux pour essayer de tirer le meilleur de chaque mi-temps. On veut profiter de cette année pour peaufiner notre jeu pour que, le jour où on parviendra enfin à monter, on soit capable de présenter quelque chose qui tienne la route au niveau supérieur. Si cela a été dur de remettre le couvert cette année? Oui et non… Il a fallu insuffler à nouveau de l’envie à cette équipe, mais elle a su très rapidement se montrer réceptive. Et puis, c’est l’avantage du football. Une fois que vous êtes sur le terrain, il n’y a aucun calcul. Tout ce que vous voulez, c’est gagner!»

Crissier III et Mont-Goulin sont prévenus, le leader ne se laissera pas faire

La preuve que les hommes de Giuseppe Guzzardi étaient prêts à le suivre? L’équipe n’a quasiment pas changé cet été, celle-ci étant bien décidée à vaincre le signe indien et à, enfin, retrouver une place en 3e ligue qui lui conviendrait largement mieux.

La saison est encore longue et Bussigny ne veut pas s’y voir trop vite. Crissier III (3e) et Mont-Goulin (4e) sont encore au programme ce tour-ci. Mais si le leader continue à se montrer aussi serein derrière et percutant devant, en y mettant une agressivité dans les duels que peu, voire personne, n’égale à ce niveau, on imagine bien mal qui que ce soit être capable de venir se dresser en travers de son chemin.

Un compte-rendu de Florian Vaney

Le plan-fixe

Terrain des Isles, Bussigny

FC Bussigny

3

15e Fagioni 1-0

52e Sabedini 2-1

71e Fagioni 3-1

Fiorini;
De Sousa, Müller, Scandamarre, Domingues;
Guillemer, Froignier, Mar. Schiffrin, Di Lallo, Sabedini;
Fagioni.
Sont entrés en jeu: Mury, André, Di Lallo, Demiri et Ruchat.
Entraîneur: Giuseppe Guzzardi

FC Echandens

1

46e Guillart 1-1

Jendly;
Bolomey, Bande, Bridy, Baudrocco;
Gago, Oliveira, M. Vocat.
Zbinden, Ferreira, Rodrigues.
Sont entrés en jeu: T. Vocat, Champendal et Guillart.
Entraîneur: Vincenzo Santoro

Monti

À lire également