Toute l'actualité du football Vaudois

Veneta-bannière

Deux points bêtement perdus

Comment les filles d'Yverdon ont-elles pu laisser échapper la victoire face à Derendingen samedi (2-2)? En tout cas, elles risquent de le regretter.

Football féminin - 13 août 2016

Comment les filles d'Yverdon ont-elles pu laisser échapper la victoire face à Derendingen samedi (2-2)? En tout cas, elles risquent de le regretter.

Celle-là, elle pourrait faire mal. Yverdon Féminin, après avoir pris un très sec 7-0 en ouverture du championnat à Bâle, comptait sur la réception de Derendingen-Soleure pour se relancer ce samedi au Stade Municipal. Face aux néo-promues en LNA, YF devait prendre les trois points pour se mettre en confiance et lancer sa saison.

Le tour de relégation pour les équipes de 7 à 10

Pour rappel, celle-ci sera compliquée puisque la Ligue nationale a décidé, suivant un refrain bien connu, de réduire l’élite. Ainsi, dès la saison 2017-2018, ce seront 8 équipes qui joueront en LNA au lieu des 10 actuelles. C’est désolant, mais c’est ainsi que l’on pense à Muri et cela ne date malheureusement pas d’hier. Ainsi, pour la première fois de ces dernières années, YF est en danger réel de relégation. Pour être sûr de s’éviter un tour printanier de tous les dangers, il faut absolument terminer dans les places 1 à 6, ce qui sera tout sauf évident… surtout si les Yverdonnoises n’arrivent pas à prendre les trois points à domicile face à une équipe aussi limitée que l’était Derendingen ce samedi.

Tout semblait réuni pour une belle gifle

YF a en effet réalisé une belle première période, sous l’impulsion de Camille Surdez. Tout juste rentrée de l’Euro M19, où elle a brillé, l’attaquante neuchâteloise a très joliment inscrit le 1-0 (6e), avant d’applaudir Mirjana Pajovic pour le 2-0 (21e). Yverdon semblait bien parti pour mettre une immense claque à une désolante équipe de Derendingen. « On aurait dû tuer le match, c’est tout », se lamentait Frédéric Mauron, nouvel entraîneur d’YF, après le match. Les Yverdonnoises n’y sont pas parvenues et Derendingen est arrivé à la mi-temps avec un avantage de deux buts, qui ne reflétait pas assez son intense domination. Et les Soleuroises ont pris un sacré coup au moral avec la grave blessure de leur joueuse Michèle Bucher, laquelle a dû être évacuée sur civière, puis par ambulance. La poisse.

Derendingen revient à 2-1 sur penalty et égalise

Alors, à la mi-temps, on se demandait surtout l’ampleur de la claque qu’allaient ramasser les Soleuroises. 3, 4, 5, 6 peut-être? Et puis, alors qu’on se posait encore cette question, les Yverdonnoises concédaient un penalty très bête, mais réel, et Derendingen revenait à 2-1 sans avoir rien demandé (51e, 2-1). La belle machine yverdonnoise se déréglait alors, commençait à paniquer de manière inexplicable et… Derendingen a égalisé (69e, 2-2). S’il fallait un match symbole de la fragilité mentale de cette équipe, celui-ci peut figurer en bonne place dans le livre d’or. Mais quelle déception de perdre deux points de cette manière, face à une équipe qui avait la tête sous l’eau en première période… Les Yverdonnoises, vexées par ce 2-2, ont alors enfin recommencé à jouer au football, mais ont trouvé deux fois les montants de Derendingen en quelques minutes. Sur ce coup-là, c’était la faute à pas de chance. Mais ces deux points en moins pourraient peser très lourd dans le décompte final.

Et maintenant, il faut aller à Zurich

« Pas grave, on va aller les récupérer à Zurich, ces points », souriait Frédéric Mauron, bien conscient que la tâche s’annonce compliquée sur le terrain de la meilleure équipe de Suisse samedi prochain. « Bon, elles ont la Champions League cette semaine, ça peut vouloir dire que l’on se retrouvera face à leur équipe B », estimait l’entraineur des Yverdonnoises, avant de préciser que leur équipe B était de toute façon redoutable… Il en sait quelque chose, Frédéric Mauron: sa fille Sandrine, internationale suisse, est titulaire au sein du FCZ. On lui a posé la question, mais pour l’instant, il n’a pas prévu de l’enfermer dans sa chambre le jour du match et de cacher la clé jusqu’à 22h. On l’a fait sourire un peu en lui disant cela, mais cela n’enlèvera pas le goût d’inachevé de ce samedi: clairement, YF devait prendre les trois points.

Le plan-fixe

Stade Municipal, 200 spectateurs

Yverdon Féminin

2

6e Surdez 1-0

21e Pajovic 2-0

Zurkinden;
Duclos, Miocevic, Rudan, Tamburini;
Züger, Mallaun, Riat (73e Beaud), Pajovic (74e Bodenmann);
Hürni;
Surdez (86e Schmoutz).
Entraîneur: Frédéric Mauron

SC Derendingen

2

51e Zahno 2-1

69e Saladin 2-2

Honegger;
Müller, Burkhart, Vögeli, Bünger;
Zahno, Saladin, Trutmann;
Bucher (30e Hager), Sieben (90e Bachmann), Kadriu (90e Bühler).
Entraîneur: Urs Bachmann.

Veneta-bannière

À lire également