Toute l'actualité du football Vaudois

Echichens entend bien devenir la référence à Morges

Après un été mouvementé, Echichens a, cette fois-ci, misé sur la stabilité. Luis da Silva et Fabrice de Benedictis sont de retour, Raphaël Cand arrive et tous trois seront des piliers du projet du FCE: devenir le n°1 dans le district de Morges!

2e ligue inter - 5 février 2017

Après un été mouvementé, Echichens a, cette fois-ci, misé sur la stabilité. Luis da Silva et Fabrice de Benedictis sont de retour, Raphaël Cand arrive et tous trois seront des piliers du projet du FCE: devenir le n°1 dans le district de Morges!

Ce n’est pas quatre malheureuses défaites consécutives avant trois longs mois de pause, durant lesquels, forcément, les esprits cogitent et les réflexions se multiplient, qui ont fait perdre le sens des réalités à l’ambitieux Alain Gendron. Certes, Echichens n’est plus tout à fait l’ogre qu’il a été durant les deux premiers mois de championnat, alignant les victoires à la maison et trustant les premières places de son groupe. Mais le FCE demeure toujours largement au-dessus des attentes, dans le ventre mou d’un classement extrêmement serré, où le leader ne possède que dix points d’avance sur le premier non-relégable. Et cela n’a pas échappé au technicien français: même si les Echichannais ont reculé durant le premier tour, ceux-ci ont connu une nette progression depuis la saison dernière. Et c’est bien tout ce qui compte aux yeux d’Alain Gendron.

La folle progression du club doit continuer

On l’a dit et répété, depuis trois ans, et cela coïncide avec l’arrivée du Français à la tête de l’équipe, très rares sont les formations vaudoises à pouvoir se vanter d’avoir connu une progression aussi impressionnante que celle du FCE. Si les Bleu-Blanc comptent s’arrêter là? «On sait bien qu’on ne sera jamais un Stade-Lausanne-Ouchy ou un Azzurri, mais on a encore une certaine marge devant nous et largement de quoi faire pour les saisons à venir», tranche Alain Gendron.

Se placer dans le top-5 de 2e ligue inter: un idéal

Concrètement? L’entraîneur sait mieux que quiconque où se trouvait Echichens il y a trois saisons, et possède une idée bien précise d’où il aimerait voir le club dans trois ans: «On a deux objectifs bien définis. Premièrement, c’est de pouvoir stabiliser la première équipe dans les cinq premiers de 2e ligue inter. Cela ne doit pas nécessairement être notre plan pour cette saison, ce sera compliqué, de toute façon. Mais, à moyen terme, on veut pouvoir devenir une valeur sûre au sein de cette catégorie. Disons que cela servirait surtout de mise en place pour notre second objectif».

«La plaque tournante de la région morgienne en terme de football»

«L’idée, poursuit le technicien, et ce pour quoi nous travaillons depuis toutes ces années, c’est de devenir le club phare de notre région. La plaque tournante de la région de Morges en terme de football, en quelque sorte». Bien sûr, Echichens peut déjà aspirer à ce rôle, d’une certaine manière, puisqu’il est le club morgien le mieux placé dans la hiérarchie et le seul à militer en 2e ligue inter. Toujours est-il que le FCE ne bénéficie pas forcément du degré de réputation qu’il souhaiterait. «Mais pour ça, enchaîne Alain Gendron, on doit se montrer irréprochable sur un point: notre esprit d’équipe. Celui qui nous permet d’être là où nous nous trouvons actuellement, le ciment de notre groupe. Si on doit se voir quatre fois par semaine, c’est le seul moyen pour que le projet fonctionne».

Une période charnière passée avec brio

Dans cette optique, les Echichannais n’ont pas cherché à bouleverser un groupe qui vit bien et qui a fait de sa cohésion un de ses principaux atouts, pendant le mercato hivernal: «La période charnière, pour nous, a eu lieu cet été, avec ce nombre impressionnant de départs puis, par la suite, toutes ces arrivées. Il faut le dire, on a eu un peu de chance à ce moment-là. On savait où on se dirigeait durant notre recrutement, mais on ne s’attendait pas forcément à ce que tout le monde se greffe aussi parfaitement au noyau de l’équipe déjà présent. Finalement, notre entente en a même été renforcée», commente le Parisien.

Luis da Silva et Fabrice de Benedictis sont de retour

Ainsi, le FCE compte sur quatre figures bien connues dans les hauts de Morges pour compléter un effectif déjà bien en place. Une des nouvelles les plus réjouissantes, c’est le retour de Luis da Silva au Grand-Record. Le jeune homme a effectué une pige à Team Vaud M-21, où il est même rapidement devenu un titulaire indiscutable. Faute de temps, le latéral gauche n’étant plus capable de concilier sa vie professionnelle et la charge de travail qui était la sienne à Lausanne, Luis da Silva fait donc son retour sous le maillot bleu et blanc de ses débuts. Autre retour, et non des moindres, celui de Fabrice de Benedictis, parti six mois tenter sa chance à La Sarraz-Eclépens, qui retrouve, donc, une place au milieu du terrain dans l’alignement echichannais. Deux retours auxquels s’ajoute celui de Christopher Cibran, encore au club la saison dernière, qui aura pour mission de donner un peu plus de poids à l’offensive du FCE.

Raphaël Cand, un futur capitaine

Autre arrivée très locale, celle de Raphaël Cand, en provenance de Forward Morges. Un renfort qui tient particulièrement au cœur d’Alain Gendron: «Raphaël, c’est un gamin du village, c’est génial qu’il vienne jouer ici. Il faut le dire, il n’a pas eu beaucoup de chance ces derniers temps avec la vilaine blessure qu’il a traîné. Mais, maintenant, il doit exploser, devenir plus qu’un atout pour notre équipe, un exemple et même un futur capitaine! Il a 27 ans, il fait partie de cette génération qui doit tirer l’équipe pour les années à venir, au même titre que Lucien Gfeller, Luc Rapin ou Joël Reinhard. Ils ont l’expérience qui fait encore défaut à une grande partie de nos jeunes et, malgré tout, encore de très belles années devant eux. Si on peut compter sur eux et que la génération suivante commence à gravir les échelons et gagner en maturité, on est clairement sur la bonne voie».

Quatre jours de camp à Barcelone au programme

Echichens a donc mis la barre très haut en terme d’objectifs, et c’est assez logiquement que les pensionnaires du Grand-Record ont repris le chemin de l’entraînement il y a quinze jours, déjà. «On a penché pour un programme sur sept semaines, explique Alain Gendron. On s’entraîne à Etoy, sur synthétique, en attendant que nos installations soient à nouveau praticables. On a, également, prévu de partir quatre jours à Barcelone, dans un centre d’entraînement bien connu. Cela devrait nous permettre d’être au top pour retrouver Stade-Payerne, le 12 mars prochain».

Une première sortie encourageante

Premier point d’orge de cette préparation, Echichens se rendait à Chavannes pour y défier Azzurri 90 LS, samedi après-midi. Si on se gardera bien de tirer la moindre conclusion d’un match amical disputé à quarante jours de la reprise du championnat, la copie rendue par Joël Reinhard et ses coéquipiers en première période (0-0 à la pause, 5-0 score final) est plus qu’encourageante pour la suite: «La seconde mi-temps, c’était davantage pour jauger nos joueurs en test. Mais je suis très content de ce que j’ai vu pendant les 45 minutes initiales. On va pouvoir travailler là-dessus», terminait Alain Gendron, toujours éminemment tourné vers l’avenir et le boulot qu’il reste à abattre.

Un article rédigé par Florian Vaney

À lire également