Toute l'actualité du football Vaudois

Essertines passe l’été sur les terrains

L'équipe, 4e en 5e ligue la saison dernière, a recommencé l'entraînement le... 2 juillet! De quoi ravir le président Jean-Jacques Dapaz, à gauche, lequel avoue avoir retrouvé le plaisir avec l'arrivée de Miguel Da Silva. Président depuis quinze ans, "JJD" avait un peu perdu la flamme, mais la motivation et l'enthousiasme de son équipe première lui font dire que cette saison pourrait bien être la bonne. Direction la 4e ligue pour Essertines-sur-Yverdon?

5e ligue - 16 juillet 2015

L'équipe, 4e en 5e ligue la saison dernière, a recommencé l'entraînement le... 2 juillet! De quoi ravir le président Jean-Jacques Dapaz, à gauche, lequel avoue avoir retrouvé le plaisir avec l'arrivée de Miguel Da Silva. Président depuis quinze ans, "JJD" avait un peu perdu la flamme, mais la motivation et l'enthousiasme de son équipe première lui font dire que cette saison pourrait bien être la bonne. Direction la 4e ligue pour Essertines-sur-Yverdon?

« Regardez ça, c’est pas beau? On est en 5e ligue, c’est le tout début du mois de juillet et ils recommencent l’entraînement! On sera 20 ce soir! » Jean-Jacques Dapaz nous a invité à la reprise de l’entraînement du FC Essertines-sur-Yverdon le jeudi 2 juillet dernier. On va être honnête: en y allant, aussi tôt dans l’été, avec la chaleur caniculaire, on s’attendait à croiser cinq joueurs, peut-être six. Sept semaines avant le début de la compétition officielle, on peinait sincèrement à croire que le 4e du dernier championnat de 5e ligue serait au complet pour la reprise. Alors, on souriait un peu quand on voyait l’heure avancer et Jean-Jacques Dapaz pâlir un peu. Lui qui nous avait promis vingt joueurs était en train de se dire qu’il n’y avait pas grand-monde de présent. La bière que l’on partageait depuis quelques minutes commençait à mal passer chez le président d’Essertines, mais son visage a repris des couleurs au fur et à mesure que les minutes défilaient et que les joueurs arrivaient. Un, puis deux, puis trois, puis un joli total de quinze: c’est bon, Jean-Jacques Dapaz avait raison: Essertines est motivé.

Il faudra bien commencer, cette fois

On avoue volontiers qu’on n’y croyait pas, mais on a bien dû constater l’évidence, vu l’affluence pour cette reprise. Miguel Da Silva et ses hommes ont commencé avant tout le monde, avant même plusieurs équipes de 1re ligue, et l’objectif du FC Essertines pour la saison est venir est clair: la promotion. C’est pour cela, aussi, que la préparation débute si tôt. Il y a douze mois, les Nord-Vaudois ont commencé leur championnat par un match nul suivi de… cinq défaites! Pas question de revivre pareille série, surtout qu’après ces six premiers matches catastrophiques, le rythme a plutôt été celui d’un promu. Essertines a terminé à la 4e place, donc, loin du FC Croy, mais sur une lancée suffisamment bonne pour afficher ouvertement ses ambitions cette saison. Aussi l’avis du président? « Oui! Mais il nous manque encore un ou deux bons joueurs pour être véritablement ambitieux, je pense. Je lance donc un appel via votre site à tous les joueurs motivés et avec un certain bagage: rejoignez Essertines, on va vivre une belle saison! »

Une dizaine de nationalités différentes

Si Jean-Jacques Dapaz est aussi enthousiaste, c’est que son nouvel entraîneur Miguel Da Silva lui a redonné l’envie de s’investir. Lui qui est président depuis quinze ans a en effet failli claquer la porte. « Non, pas vraiment claquer la porte. Mais tout arrêter, oui. Franchement, des fois, vous vous demandez pourquoi vous faites tous ces efforts. Disons qu’il y a des bonnes années et d’autres qui le sont un peu moins. » En clair? Essertines a eu quelques soucis, lesquels font partie du passé, mais sont encore quelque part dans la mémoire du président. Tout a cependant changé avec l’arrivée de Miguel Da Silva, lequel a amené du sang neuf et des joueurs.

« Cette année, on n’a personne du village, malheureusement, et le public n’a jamais trop suivi. On a des anciens qui s’investissent, mais à la première équipe, sur le terrain, ce n’est pas le cas. Mais bon, on ne va pas pleurer, hein! Pas mal de nos joueurs viennent de Lausanne, ils trouvent ici ce qu’ils n’ont pas là-bas. De la place sur le terrain, une buvette, une ambiance familiale. Ce qui me bluffe, c’est qu’ils arrivent de Lausanne, mais sont là tout le temps! Le taux de présence aux entraînements est vraiment bon », explique le président.

Le président est sur Whatsapp

Jean-Jacques Dapaz? Un président « à l’ancienne », qui s’est mis sur Whatsapp pour suivre la vie du groupe. « C’est génial, ce truc-là! Bon, des fois, ils me saoûlent, avec leurs douze messages à la seconde. T’as pas le temps de boire une bière que t’es en retard de 50 messages! Mais j’aime bien cette combine. Avant, les gars restaient à la buvette des heures. Aujourd’hui, le lien social se fait aussi via Whatsapp. Les temps changent, mais c’est sympa aussi. Ils me font bien rire des fois », sourit le patron du club. Il avoue volontiers avoir du plaisir avec son équipe, tout comme avec son comité. « On a que des bons gars, ça compte énormément pour moi. Le foot, hein… », rit-il carrément.

Jean-Jacques Dapaz a retrouvé la flamme

Il ne s’en cache pas, il a retrouvé le plaisir de venir au terrain ces derniers mois. « Ce groupe est vraiment super, on a envie de travailler pour lui. Maintenant, quand il y a des victoires, je suis heureux. Avant, même quand on gagnait, je pouvais tirer la gueule » L’effectif est composé d’une petite dizaine de nationalités différentes, ce qui réjouit « JJD »: « Ah oui, c’est vraiment sympa. On découvre de nouvelles cultures ». Et plein de maillots différents à l’entraînement aussi, dont celui… d’Andreï Arshavin! Comme quoi, le FC Essertines-sur-Yverdon a des joueurs qui savent ce qui est bon dans le football.

Vincent Taillet vient de temps en temps

Voilà donc deux semaines qu’ils suent sur les terrains, les joueurs de Miguel Da Silva. Pas de star dans l’effectif, même si Vincent Taillet vient de temps en temps. L’ancien cador d’Yverdon Sport habite en effet à deux pas du terrain. « Regardez, là, on voit sa maison », montre le président. Le quarantenaire vient parfois donner un coup de main, mais l’avenir appartient bel et bien à cette nouvelle bande de joueurs prêts à tout pour monter en 4e ligue, même à ne pas prendre de vacances d’été. L’idée? Faire parler un peu d’Essertines sur les terrains de football, le village étant surtout connu pour ses exploits en matière de gymnastique. « Ca c’est sûr, le foot n’est pas le sport-roi ici », sourit le président. Cela n’empêche pas d’avoir quelques ambitions, mais surtout, de vouloir avoir le sourire toute la saison. Parce que le football en 5e ligue, c’est aussi cela.

À lire également