Toute l'actualité du football Vaudois

GB-1-Prélaz
GB-2-Fromager
GB-2-Vez

GB n’a pourtant rien fait pour la gagner, celle-là

Rien ne semble pouvoir arriver aux Canaris cette saison. Loin de leur forme habituelle, ceux-ci sont tout de même allés s'imposer à Thierrens (1-2), qui vient de laisser passer une belle occasion de lancer son printemps.

2e ligue inter - 25 mars 2017

(Oneclick-photo.ch)

Rien ne semble pouvoir arriver aux Canaris cette saison. Loin de leur forme habituelle, ceux-ci sont tout de même allés s'imposer à Thierrens (1-2), qui vient de laisser passer une belle occasion de lancer son printemps.

« Je ne sais pas quoi dire. Je suis presque mal à l’aise de prendre les trois points ce soir. On égalise sur notre seule action de la première mi-temps, alors qu’ils avaient largement moyen de nous mettre loin derrière avant le thé. Ils nous ont été largement supérieurs dans l’envie et la combativité, je tiens à les en féliciter, d’ailleurs. Mais, au final, la victoire est dans nos rangs et on ne va certainement pas s’en priver », a dit, avec toute la courtoisie qui le caractérise, Marc Studer. Mais ce soir, dans l’attitude et dans la parole, l’entraîneur de Genolier-Begnins ne pouvait tout simplement pas faire plus. Les Canaris sont arrivés au Marais pour jouer un match, rien d’autre, sans emmener avec eux la hargne, la combativité et l’esprit d’équipe qui font leur légende partout dans le canton. Ni Julien Jemmely, légèrement touché à une côte, ni Greg, son frère, ni même Nathan Gervaix, les trois meilleurs buteurs du club, n’étaient sur le terrain au coup d’envoi. Et, malgré tout ça, Thierrens n’est pas parvenu à tirer parti des événements pour s’imposer.

L’avantage acquis en début de rencontre n’a pas suffi

Ils ont essayé, tant et plus, de la première à la dernière seconde du match, avec une attitude toujours aussi irréprochable, mais rien n’y a fait. Si Dionys Burdet est bel et bien parvenu à donner l’avantage à ses couleurs (20e, penalty, 1-0), Jérome Ruch a allumé le poteau alors que Nelson Longo a vu sa puissance reprise déviée du bout des doigts par Christian Liviero. Comme d’habitude, les deux hommes n’ont pas ménagé leurs efforts et se sont procurés un wagon d’occasions, mais jamais celle qui aurait pu les mettre à l’abri n’a transpercé les filets. Là où Genolier a conclu sur sa première véritable possibilité, juste avant le thé (45e, 1-1). Une réussite qu’on n’est même pas certain que les visiteurs cherchaient réellement à aller inscrire, mais qui est tombée des pieds de l’agile Raffaele Giannattasio, et qui a surtout mis un gros coup sur la tête des Therranais. Ceux-ci venaient de passer 45 minutes à se ruer à l’attaque et repartaient au vestiaire comme ils en étaient sortis.

Les renforts hivernaux se sont parfaitement acclimatés

Cette première période a, tout de même, été l’occasion d’observer plusieurs promesses d’une suite de printemps meilleures pour les Joratois. Nelson Longo, qui devrait manquer le prochain match à cause d’un nouveau carton jaune récolté samedi soir, est toujours aussi fort pour créer des situations dangereuses en partant de presque rien. Le buteur pensait, d’ailleurs, avoir marqué le 2-2 plus tard dans la partie, mais il semblerait que le numéro 17 ait fait faute sur le dernier rempart visiteur avant de placer son coup de tête au fond. Un choix assez douteux, on en conviendra, que les spectateurs du Marais ont eu quelques peines à accepter. Au rayon des satisfactions, l’arrière-garde, en bonne partie reconstituée pendant la trêve, semble parfaitement tenir le choc, et les renforts, dont font partie, notamment, Adam Waidi et Nicolas Vermot, ont l’air de s’être parfaitement adapté au FC Thierrens et à ses valeurs. De bonne augure pour la suite.

Retrouver la confiance au plus vite

Toujours est-il que ce FCT-là aura besoin de confiance s’il entend se mettre à engranger des points, et le temps va gentiment commencer à presser. Car des rencontres comme celles-ci, les Therranais ne peuvent en aucune mesure se permettre de les perdre. Et ceux-ci savent parfaitement ce qui leur fait défaut en ce moment. En témoigne l’action complètement folle qui a amené le penalty de l’ouverture du score. Longo a enflammé son côté droit, a pris une première fois sa chance, alors que le plus dur semblait fait, puis une seconde fois, le tout en étant accroché. Le ballon est finalement arrivé dans les pieds de Sebastiao Coelho qui n’est pas, non plus, parvenu à transformer l’essai, avant que l’arbitre décide, malgré la frappe manquée du dernier nommé, de revenir à la faute. Cela s’est, finalement, bien fini, mais c’est la preuve que les hommes de Guillaume Pasche ont toutes les peines du monde à se faciliter les choses actuellement.

Genolier-Begnins a toujours une carte dans sa manche

Là où le FCT souffre, Genolier-Begnins fait merveille. Entré en jeu à la pause, Julien Jemmely s’est retrouvé seul, un mètre au-dessus de tout le monde, à la réception d’un corner (70e, 1-2). Ce qui a, évidemment, rendu dingue le banc thierranais, qui l’avait vu venir à des kilomètres. Le grand buteur a joué 45 minutes, s’est procuré deux occasions et en a transformé une. Si le wapiti de la Côte n’en est pas à son coup d’essai, GB possède, décidément, toujours une carte dans sa manche pour faire basculer la partie en sa faveur. Samedi soir, les Canaris se sont contentés du strict minimum, et cela a suffi à empocher trois points. Trois de plus, dans une fantastique saison qui en est déjà riche de 28. Les hommes de Marc Studer ne se donnent ni limites, ni objectifs. Ils prennent tout ce qui leur arrive, ne regardent jamais trop loin et emmagasinent les victoires à une vitesse fulgurante.

Marc Studer: « Des équipes plus fortes et plus ambitieuses que nous, je peux vous en citer au moins cinq »

« Là, on s’est donné un mini-objectif de ramener au moins deux victoires lors de nos quatre premiers matches avant Pâques, explique le technicien. Même si on sait qu’on est devant, on ne veut pas trop penser au classement. De toute façon, des équipes plus fortes et plus ambitieuses que nous, je peux vous en citer au moins cinq. Si on est parvenu à leur piquer des points cet automne, je ne suis pas certain qu’on sera capables de leur refaire le coup au second tour. Sur une saison entière, ces formations vont forcément finir par nous distancer. Cette victoire, si elle n’a pas été acquise avec la manière, nous permet de lancer notre printemps. C’était important au vu des échéances qui arrivent. »

Les prochains matches

Les échéances qui arrivent? Il s’agit de la venue de La Tour/Le Pâquier au Marais, pour Thierrens, mercredi soir à 20h15. Les hommes de Guillaume Pasche se déplaceront ensuite à Bulle, dimanche (14h30). Deux matches compliqués, mais durant lesquels les Joratois auront des choses à se prouver.
De son côté, Genolier-Begnins recevra Ticino aux Gravières, dimanche à 15h30. La suite de son programme sera exactement la même que celle du FCT, décalée d’une semaine.

Le plan-fixe

Terrain du Marais

FC Thierrens

1

FC Genolier-Begnins

2

À lire également