Toute l'actualité du football Vaudois

Genolier-Begnins est toujours invaincu aux Gravières

Les Canaris n'ont plus perdu à domicile en championnat depuis avril 2015! Mais le coup est passé près face au Stade Payerne dimanche (2-2)...

2e ligue inter - 25 septembre 2016

Les Canaris n'ont plus perdu à domicile en championnat depuis avril 2015! Mais le coup est passé près face au Stade Payerne dimanche (2-2)...

On l’attendait, l’opposition de styles entre Genolier-Begnins et le Stade Payerne, et elle a tenu toutes ses promesses. Les fervents et fidèles supporters des Canaris ont eu la chance d’assister à une rencontre d’une telle intensité, qui mettait aux prises la puissance, la technicité et l’état d’esprit irréprochable de leurs protégés, à la verticalité et la vivacité des Payernois, qui montent en puissance dans ce championnat aussi rapidement que leurs attaquants ont déboulé face à Kevin Bally ce dimanche après-midi. Les habitués des Gravières ont, toutefois, bien failli assister à la première défaite des leurs à domicile en championnat depuis… une année et demi. C’était le 29 avril 2015, en 2e ligue, et les Jaunes et Verts s’étaient alors inclinés 0-1 face à Epalinges. La série tient toujours!

Le fantastique retourné de Nathan Gervaix

Tout avait pourtant idéalement débuté pour GB. La longue touche du très bon Jordan Moget brûlait la politesse à Julien Jemmely, un peu court pour dévier de la tête, et parvenait au tout aussi bon Nathan Gervaix, dont la lucidité et l’audace au moment de lancer son retourné acrobatique étaient simplement stupéfiantes. Le résultat? Un ballon parfaitement frappé et bien trop puissant pour qu’Arnaud Rapin puisse éviter l’ouverture du score. Le geste était parfait, à l’image du début de saison de Nathan Gervaix, et Genolier virait en tête (6e).

 

Fc Genolier-Begnins vs Fc Stade Payerne 2-2

Toutes les images du match en cliquant sur ce lien

 

GB a parfaitement su se renouveler

C’est un fait, et il n’a pas fallu attendre cette rencontre face à Payerne pour l’exposer, les Canaris sont en train de parfaitement réussir leur adaptation en 2e ligue inter. Toute l’équipe, avec Marc Studer en première position, a su faire les bons choix durant la pause pour se renouveler et être compétitif au mois d’août. Et ce n’est ni une surprise de voir GB aussi bien classé après un quart du championnat, ni de constater qu’entre Jordan Moget, à la passe, et Nathan Gervaix, à la bicyclette, l’ouverture du score avait 18 ans de moyenne d’âge. «Nathan, c’est la grosse satisfaction de ce début de saison, appuyait son coach Marc Studer. Aujourd’hui, il marquait déjà son quatrième but! Pareil pour Jordan, qui fait un très bon match. Ces deux-là, c’est le symbole même de notre adaptation en 2e ligue inter. Ils en sont l’exemple parfait».

Arbnor Ademaj brûlait la politesse à M’Futi et De Oliveira

Si les jeunes protégés de Marc Studer ont été admirables ce dimanche, ils ont surtout participé à une première mi-temps de folie, où il n’y a eu pour temps mort que les deux réussites. Puisque, oui, Genolier-Begnins a été loin de livrer un monologue comme cela avait pu être le cas face à Thierrens, et c’est très logiquement qu’Arbnor Ademaj a remis les deux formations a égalité d’un maître tir à vingt mètres (35e). Payerne ne passerait pas à côté du rendez-vous tant attendu du week-end.

Payerne a tapé… trois fois les montants

À vrai dire, c’était plutôt une surprise de voir Arbnor Ademaj réussir là où Mobulu M’Futi et Kevin De Oliveira avaient flanché avant lui, tant les deux derniers nommés ont donné des frissons à l’assistance des Gravières. Il n’a manqué que le dernier geste aux deux fusées payernoises? C’est vrai, et un brin de chance, aussi, puisque l’excellent Kevin De Oliveira a vu sa chevauchée stoppée par le poteau en première période, et que Mobulu M’Futi a, lui, buté… deux fois sur les montants de Kevin Bally par la suite. Un grand gardien sait attirer la chance de son côté? C’est vrai, et Bally l’a clairement mérité aujourd’hui. Mais, comme on ne souhaite vexer personne, on avouera également que beaucoup d’excellents gardiens savent se contenter d’un peu moins.

 

Fc Genolier-Begnins vs Fc Stade Payerne 2-2

Toutes les images du match en cliquant sur ce lien

 

Les Stadistes ont le potentiel pour finir tout devant

En plus d’un portier dans un grand jour et de toute la malchance du monde, il a aussi fallu pas mal de maladresse de la part de ses attaquants pour que le Stade Payerne ne parvienne pas à plier l’affaire. M’Futi et De Oliveira s’en sont allés seuls au but bien plus souvent qu’à leur tour et Caio Garcia a, notamment, manqué son lob, pourtant idéalement placé alors que Kevin Bally était parti un peu loin de sa ligne. Après une première période de feu très équilibrée, c’est bien Payerne qui a su le mieux revenir dans la partie et se procurer les occasions qui aurait dû lui permettre de repartir avec trois points. On ne savait pas vraiment où situer cette équipe avant cette rencontre? C’est totalement vrai, et la troupe d’Angelo Caligiuri a dévoilé tout son potentiel, faisant clairement d’elle une des toutes meilleures formations du championnat, pour autant que les joueurs maintiennent le rythme et sachent faire la part des choses sur et, surtout, hors du terrain (lire ici).

Les Canaris privés de leur capitaine dès la 59e

C’est, d’ailleurs, à nouveau, tout à fait logiquement que les Broyards ont pris l’avantage grâce à Mobulu M’Futi. L’ancien buteur de Stade-Lausanne-Ouchy se voyait enfin récompensé de ses efforts, lui qui a très logiquement démontré que le niveau de la 2e ligue inter n’avait pas de quoi lui faire peur (1-2, 70e). «C’est à ce moment-là que j’aurais aimé qu’on en fasse plus, commentait son entraîneur Angelo Caligiuri. On se créait déjà les plus grosses possibilités, puis il y a eu ce carton rouge. C’est là qu’on aurait dû en finir avec ce match». Ce carton rouge? Celui de Emmanuel Ribeiro, pour un second carton jaune tout aussi discutable que le premier. Reste que GB a dû composer avec un homme de moins sur le terrain depuis la 59e et que, en ajoutant un sauvetage de Sébastien Martin sur sa ligne de but à tous les faits de jeu précédemment cités, cela aurait dû coûter les trois points aux locaux.

 

Fc Genolier-Begnins vs Fc Stade Payerne 2-2

Toutes les images du match en cliquant sur ce lien

 

La reprise venue d’ailleurs de Greg Jemmely

Mais si plus personne n’est venu s’imposer aux Gravières en championnat depuis 17 mois, c’est bien qu’il ne faut pas connaître la moindre hésitation pour espérer pouvoir battre l’ogre jaune et vert qui y défend son terrain tout en pente. Et cette hésitation, les visiteurs ont eu le malheur de la connaître dans les dix dernières minutes, alors que la victoire leur tendait les bras. En supériorité numérique et grand dominateur dans le jeu, les Payernois ont étrangement reculé, jusqu’à laisser leur adversaire sortir la tête de l’eau, puis redevenir réellement dangereux. Lorenzo Mancuso, très actif, comme toujours, mais pas en réussite dimanche, alertait une première fois Arnaud Rapin, avant que Greg Jemmely, d’une reprise venue d’ailleurs, permette aux siens d’arracher un point et de faire durer, au moins deux semaines de plus, leur incroyable invincibilité à la maison.

«On a manqué de réalisme pour que ça soit parfait»

Une égalisation soudaine qui n’a pas manqué de faire naître quelques tensions au sein de l’effectif broyard, qui a prouvé être largement à la hauteur dans le jeu, mais encore très friable mentalement. Avant d’en découdre avec Bulle vendredi prochain, Angelo Caligiuri devra trouver les bons mots pour remobiliser ses troupes, toujours à la recherche du match qui lance définitivement leur saison: «Si c’est un match référence? Pas tout à fait, non. On a été très bons par moment, c’est vrai, mais on a manqué de certaines choses, dont le réalisme, pour que ça soit parfait. Pour l’instant, on doit se contenter de bribes de match comme référence. Dix bonnes minutes par-ci, vingt bonnes minutes par-là… Espérons que le déclic viendra de notre rencontre à Bulle».

Genolier-Begnins ne s’entraîne toujours que deux fois par semaine

«Lorsqu’on voit la tension de leur côté une fois le coup de sifflet final donné, et ce n’est absolument pas un moyen de les critiquer, ils ont une super équipe, sans aucun doute l’une des deux ou trois meilleures de notre groupe, cela renforce la fierté que j’ai pour ce qu’on a bâti ici. On est parti de rien et on a su grandir petit à petit, le plus simplement possible, avec tous les gens qui sont touchés par ce club. Typiquement, on ne s’entraîne toujours que deux fois par semaine. Beaucoup m’ont dit que cela allait être impossible, qu’on allait se planter, qu’on avait aucune chance… Et pourtant, même si on n’est clairement pas en train de s’enflammer, on prouve que c’est possible et qu’on a moyen de plutôt bien se défendre avec nos moyens», conclut Marc Studer, le coach de Genolier-Begnins, satisfait de ce point par rapport à la physionomie de la rencontre, et surtout de son groupe, qu’il mènera affronter Richemond vendredi prochain.

 

Fc Genolier-Begnins vs Fc Stade Payerne 2-2

Toutes les images du match en cliquant sur ce lien

Le plan-fixe

Les Gravières

FC Genolier-Begnins

2

6e Gervaix 1-0

89e G. Jemmely 2-2

Bally;
Moget (73e Roch), Leonel Ribeiro, Bolay, Martin (84e Giannattasio);
G. Jemmely, Kissema, Gervaix;
Mancuso, J. Jemmely, Provenzale (61e Bonzon).
Entraîneur: Marc Studer
59e, expulsion d'Emmanuel Leonel Ribeiro.

Stade Payerne

2

35e Arb. Ademaj 1-1

80e M'Futi 1-2

Rapin;
Varela, Essomba, Amaron, Burla (88e Domo);
Rui Pinto, Arb. Ademaj, De Oliveira (84e Hoti), Ramqaj (70e Art. Ademaj);
Caio, M'Futi.
Entraîneur: Angelo Caligiuri.

À lire également