Toute l'actualité du football Vaudois

«Là pour aider l’équipe si elle a besoin de moi»

Vincent Locatelli (34 ans) symbolise l'état d'esprit impeccable du FC Venoge, tout proche de la promotion.

3e ligue - 17 juin 2016

Vincent Locatelli (34 ans) symbolise l'état d'esprit impeccable du FC Venoge, tout proche de la promotion.

Vincent Locatelli a été l’un des grands artisans de la victoire de son FC Venoge, samedi dernier, à Saint-Prex. Pendant une petite heure, le milieu de terrain a laissé ses tripes sur le terrain, caractérisant à merveille ce que les hommes de Luis Rodrigues savent faire de mieux: jouer à onze comme un seul homme, avec un cœur énorme et un esprit de guerrier. C’est, donc, assez naturellement qu’on lui a passé un coup de fil, dans le courant de la semaine, pour qu’il nous raconte ce qu’il s’est passé En Marcy, d’abord, puis pour qu’on sache à quoi nous attendre à l’approche des deux derniers matches de la saison d’une équipe qui ne cesse de nous surprendre.

Interview sans langue de bois d’un joueur fidèle (il était présent lors de la relégation du FCV en 2012) et qui n’a d’égal à sa combativité sur le terrain que sa sympathie.

 

Vincent, avant toutes choses, il faut qu’on revienne sur ce match à Saint-Prex!

Ahhh, ce match! C’est vrai que c’était sympa, c’est pour ce genre de moments que l’on joue au football.

C’était samedi soir, on imagine que la fête a été belle par la suite, non?

Tout à fait! On a un peu profité là-bas, puis on est assez vite rentré par chez nous, pour aller finir la soirée à la buvette de Penthalaz. Et c’est vrai qu’on l’a quitté assez tard (rires). Mais c’est comme ça qu’on aime le foot, et ça nous a fait du bien. Car, pour ma part en tout cas, j’ai ressenti pas mal de pression avant et au début de la rencontre.

Pourtant, vous étiez presque à domicile avec cette magnifique délégation de supporters ayant fait le déplacement…

C’est vrai, et leur soutien a été incroyable. Je n’ai vraiment pas eu l’impression de jouer à l’extérieur. Après, il faut le dire, c’est nous qui avons dû faire le travail sur le terrain, on est une équipe amateur, ce n’est pas comme si on avait évolué devant 60’000 spectateurs. Malgré tout, leur soutien a vraiment été très appréciable. On espère qu’ils seront aussi nombreux pour nos deux derniers matches de la saison, à domicile.

Tout ce monde, le car, les cloches… C’était prévu?

Oui, notre président s’est occupé de tout ça. Il s’est débrouillé pour trouver un car et, comme on accueillait un tournoi Graines de Foot chez nous, c’était l’occasion pour les gens de faire directement le déplacement depuis là-bas, jusqu’à Saint-Prex, grâce au car.

Mais cette pression, alors, elle venait d’où?

C’était le premier match des finales, alors, forcément, on est tous un peu tendus. Et puis, je n’ai pas joué beaucoup ce printemps, c’était mon troisième match, en fait. J’avais envie de prouver que je ne me retrouvais pas sur le terrain pour rien, d’apporter ce que je sais faire à l’équipe, et, également, de ne pas me ridiculiser devant tout le public, en majorité acquis à notre cause.

Attendez, vous êtes en train de nous dire que vous n’êtes pas titulaire, d’habitude?

Non, pas du tout, même. Durant le second tour, j’ai dû jouer quelque chose comme 180 minutes, pas plus. Et typiquement, j’ai eu beau être titulaire contre Amical, je n’étais même pas sur la feuille de match pour le match prévu mardi, contre Saint-Légier… Mais peu importe, je suis là pour aider l’équipe si elle a besoin de moi, et si ce n’est pas le cas, je suis quand même au bord du terrain, quelque part, pour les soutenir.

Votre coach nous avouait que, pendant ces finales, le plus dur serait de trancher et de choisir quels joueurs pourraient être de la partie. Ce n’est pas un problème de faire partie d’un contingent aussi nombreux?

Pour être honnête, au début, je pensais vraiment que ça allait le devenir. Il faut dire qu’on est plus d’une vingtaine. Mais, au final, il n’y a aucun problème de ce côté-là, tout le monde s’entend super bien. On le répète trop souvent, mais on est une vraie bande de potes. Et, ceux qui ne jouent pas soutiennent le groupe comme ils peuvent. Bien sûr qu’on ronchonne toujours un peu lorsqu’on n’est pas retenu pour un match, mais c’est bien normal, et ça ne sert à rien de venir tirer la tronche au bord du terrain.

Lorsque Luis Rodrigues est arrivé à la tête de la première équipe, il a prévenu tout le monde que trois ans seraient nécessaires pour rebâtir quelque chose de solide. Et, aujourd’hui, après trois ans, vous voilà à un point de la 2e ligue. C’est fort, quand même!

Absolument! Ce qu’a fait Luis, c’est grand. Il s’est démené, il a été chercher des joueurs et, comme vous le dites, nous voilà aux portes de la 2e ligue.

À 34 ans, il vous reste encore un peu d’énergie pour cet ultime défi?

Il me reste un peu d’énergie, mais pas pour ça. Mon ultime défi, ce sera de rejoindre les seniors et de jouer encore quelques années avec eux. Pouvoir continuer à prendre de plaisir en jouant au foot.

Ça signifie que vous n’avez plus de plaisir en évoluant à ce niveau?

Si, mais c’est assez différent. Les finales, c’est quelque chose de magnifique, vraiment, mais je ne suis plus vraiment fait pour la compétition, j’aime moins ça. Et puis, j’ai été flatté par votre article après notre dernier match (lire ici), et pas mal de gens m’ont dit que j’avais fait une très bonne performance, mais je ne pense plus être au niveau. Les seniors me demanderont sans doute un peu moins d’efforts, je pourrai continuer à m’amuser et je suivrai toujours de près ce que fait la première équipe.

 

Fc Amical Saint Prex vs Fc Venoge 1-2

 

Avant ça, il vous reste deux matches, et non des moindres. Dans quel état d’esprit abordez-vous la venue de Donneloye, samedi soir?

L’état d’esprit ne sera pas si différent de celui avant le premier match. On va s’y rendre avec beaucoup de cœur et un esprit de groupe infaillible. C’est ce qui nous caractérise, qui fait notre force et qui nous a permis de battre Saint-Prex, l’autre jour. Je connais assez mal les deux équipes qu’on doit encore affronter, mais je sais que Donneloye possède quelques joueurs d’expérience redoutables. Malgré tout, on n’a pas de raisons de les craindre. On sait que, si l’on joue notre jeu, ça ne peut pas mal se passer.

Et Donneloye est déjà promu…

C’est vrai, même si on n’est pas sûr que cela change vraiment quelque chose. Dans tous les cas, on a pu s’entraîner deux fois cette semaine, on arrive en forme pour ce match. Espérons, simplement, que le terrain de Penthaz tienne le choc et que le coup d’envoi puisse y être donné, comme on devra jouer la rencontre là-bas, étant donné que celui de Penthalaz est fermé. Malgré tous les éléments positifs qu’on pourra retenir de cette saison, on se réjouit, quand même, que celle-ci soit terminée, qu’on puisse un peu profiter de «l’été». Déjà que la saison a été rallongée de trois jours, ça suffit, maintenant!

Justement, toutes les affaires de cette semaine, ce match reporté… ça vous arrange?

Bien malgré nous, oui… Le FC Venoge n’est clairement pas le plus lésé dans l’histoire. On sait que, si Saint-Prex ne gagne pas ce week-end, notre rencontre de mardi prochain deviendra amicale, et que, dans le cas inverse, un point nous suffirait, que ce soit contre Donneloye ou face à Saint-Légier.

Ça n’a pas l’air de vraiment vous faire plaisir pour autant, on se trompe?

Bien sûr que non, ça ne me fait pas plaisir. J’estime que la situation n’est vraiment pas juste vis-à-vis d’Amical. Cela a été fait un peu n’importe comment, on s’est retrouvé dans la peau de jouets, qu’on trimbale de droite à gauche. Et pas seulement Venoge, hein, mais bien les quatre équipes du groupe. Mettez-vous à la place de Saint-Prex, où ses deux adversaires directs pourraient s’arranger pour monter tous les deux avec un match nul lors de la dernière partie…Il y a de quoi se sentir floué…

On termine sur une note un peu plus positive?

C’est mieux! Disons qu’on espère, tout simplement, que la fête sera aussi belle samedi soir qu’elle l’a été samedi dernier. On est totalement prêts pour ce match et on ne veut pas attendre le résultat de Saint-Prex pour connaître notre sort. Être promu sur une défaite, ça n’aurait pas la même saveur, alors on va tout faire pour terminer en beauté!

Une interview réalisée par Florian Vaney

Le tableau des finales

Groupe 1

Samedi 11 juin, 19h30

Saint-Légier – Donneloye 7-2 (2-2)
Buts pour Saint-Légier: Florian Thibaut, Valon Ramosaj, Yannick Martin (2x) et Kustrim Derguti (3x)
Buts pour Donneloye: Jérôme Thomas et Dominique Menana

Saint-Prex – Venoge 1-2 (1-1)
But pour Saint-Prex: Alex Fernandes
Buts pour Venoge: Brian Baali et Carlos Monteiro

Mardi 15 juin, 20h

Donneloye – Saint-Prex 4-2
Buts pour Donneloye: Hervé Vallotton, Abraham Keita, Dominique Menana et un autogoal
Buts pour Saint-Prex: Jimmy Perriraz et Mario Pessoa.

Samedi 18 juin, 19h30

Venoge – Donneloye

Saint-Prex – Saint-Légier

Mardi 21 juin, 20h

Venoge – Saint-Légier

Fc Amical Saint Prex vs Fc Venoge 1-2

À lire également