Toute l'actualité du football Vaudois

La Sallaz frappe fort

Quelle réaction de la part des Lausannois! En battant Nyon II (3-2), ils se sont remis en bonne position.

3e ligue - 15 juin 2016

Quelle réaction de la part des Lausannois! En battant Nyon II (3-2), ils se sont remis en bonne position.

L’enjeu sera total ce week-end dans le deuxième groupe de promotion en 2e ligue! Avec sa victoire mercredi soir, La Sallaz a fait un grand pas en direction de la montée, mais le Stade Nyonnais II et Champagne, les deux vaincus de la soirée, n’ont pas encore dit leur dernier mot. Parmi ces trois-là, il y aura forcément un malheureux dimanche soir. On serait tenté de donner un net avantage à La Sallaz, qui compte deux points de plus que ses deux adversaires, après sa solide prestation du soir, mais les joueurs de Michael Pacella et de Christian Mischler devront jouer leur football jusqu’à la dernière minute du dernier match, car, ce mercredi soir, un tel relâchement a bien failli leur coûter très cher.

Le synthétique de Grand-Vennes ne fait pas de cadeaux, les attaquants oui

Avant la rencontre qui les opposait au Stade Nyonnais, la donne était claire. Si ceux-ci ramenaient une victoire de Grand-Vennes, la promotion était acquise, quoiqu’il se passe dans l’autre match de la soirée. C’est donc tout ce qu’il y a de plus logique que d’avoir vu les Nyonnais débuter la partie pied au plancher. Dominateurs dans le jeu en première période, les visiteurs ont toutefois peiné à changer de rythme pour déborder la défense lausannoise. Leurs plus grosses possibilités? Deux tirs à vingt mètres d’Amir Ramadani. Un frisson a même parcouru le banc des locaux tant le second a flirté avec le poteau droit de Xavier Marouani. Et puis, une immense opportunité en contre pour Raël Lolala, à la suite d’un gros oubli défensif. Pas la seule, d’ailleurs, d’un côté comme de l’autre. Personne n’a su saisir sa chance en début de match, et pourtant, il y avait la place de frapper fort d’entrée de jeu. Et ceux qui vont le plus le regretter seront, sans conteste, les garçons de Michel Tachet et Bruno Gorret…

 

Fc La Sallaz vs Fc Stade Nyonnais II 3-2
Toutes les images du match en cliquant sur ce lien

Nyon a manqué d’emballer le match pendant son temps fort

On s’y attendait, mais les Nyonnais se sont plutôt bien adaptés au petit synthétique de Grand-Vennes, dont La Sallaz a fait un de ses atouts principaux. Joueurs et fin manipulateurs de ballons, ils ont fait peser une menace quasi constante dans la moitié de terrain adverse durant la première demi-heure. «On n’a pas su passer la deuxième au milieu du terrain, hausser le rythme de notre jeu pour les mettre vraiment en danger», commentaient les deux coachs, de concert. À l’exception des trois occasions citées plus haut, c’est vrai que la domination territoriale de leurs jeunes joueurs (tous nés entre 1996 et 1999!) est demeurée plutôt stérile. Si stérile que les Lausannois ont pu regarder passer l’orage sans dégât et, leur phase faible ayant duré une trentaine de minutes, commencer à réellement montrer la raison de leur présence sur le terrain à partir de là.

Yamah «Le Malchanceux» Feroghi a été de toutes les batailles

Cela n’a pas tardé à se vérifier. S’il y a bien deux secteurs dans lesquels les hommes de Michael Pacella ont été les meilleurs ce soir, c’est dans l’envie et le défi physique, même si le second est toujours plus facile à gagner lorsqu’on joue une équipe aussi jeune, et encore un brin fragile, comme la «II» de Stade Nyonnais (six juniors B sur le terrain au coup de sifflet initial, quand même). Yamah Feroghi s’est servi des deux pour donner l’avantage aux siens, au meilleur moment, juste avant le thé, et juste après un temps fort de l’adversaire. À la 39e, il a produit l’effort, côté droit, il a mis sous pression son vis-à-vis, non sans le bousculer un peu, toujours dans les règles de l’art, a récupéré le ballon et centré directement pour Abdoulaye Kamara, qui ne manquait pas l’aubaine. C’est bien lui, le Sénégalais, qui a mis le ballon au fond, mais le mérite de l’ouverture du score revient clairement à Yamah Feroghi, dont la combativité tout au long du match a fait plaisir à voir mercredi soir.

Fc La Sallaz vs Fc Stade Nyonnais II 3-2
Toutes les images du match en cliquant sur ce lien

La latte, puis… le poteau!

En fait, l’engagement de Feroghi face à la jeune garde du Stade Nyonnais n’a eu d’égal que sa poisse. Au retour des vestiaires, son envoi finissait directement sa course sur la transversale de Patrick Piantino. Un quart d’heure plus tard, du haut de ses 16 ans, le dernier rempart nyonnais était sauvé par… son poteau gauche. À la manœuvre? Le malheureux Yaham Feroghi, bien sûr! Pour l’anecdote, on ajoutera que La Sallaz a touché une troisième fois un montant de Patrick Piantino, un peu plus tard dans la rencontre, même si, cette fois-ci, Gaëtan Aebi avait bien suivi et pouvait pousser le ballon au fond. Alors, poissards, les locaux?

Deux minutes où la saison a peut-être basculé

Après avoir vu l’action de la 60e minute, personne au bord du terrain, pas même le plus fervent supporter lausannois, empli de toute la mauvaise foi du monde, ne pourrait l’affirmer. À ce moment-là de la partie, La Sallaz mène encore 1-0. Le premier quart d’heure de la seconde période est plutôt à son avantage, sans être à sens unique pour autant. Sur la première réelle incursion nyonnaise de la mi-temps, un centre venu de la gauche des buts de Xavier Marouani surprend tout le monde, forçant Gaëtan Aebi à un sauvetage miracle sur sa ligne. Qui dit sauvetage miracle dit forcément dégagement hasardeux! À la réception? Guillaume Girod, idéalement installé aux 16 mètres. Sa reprise fait se lever son banc comme un seul homme, avant que tous doivent déchanter. C’est le poteau, à nouveau la ligne de but, puis, finalement, Xavier Marouani qui empêchaient les Stadistes de revenir à hauteur! Cruel? Pas autant que ce qui suivait. Puisque, quasiment dans la foulée, à peine quelques secondes plus tard, Zoran Stanic prenait sa chance à 25 mètres, et trompait d’un tir parti aussi vite qu’il est redescendu sous sa latte, le malheureux Patrick Piantino.

 

Fc La Sallaz vs Fc Stade Nyonnais II 3-2
Toutes les images du match en cliquant sur ce lien

La Sallaz a joué avec le feu et a failli se brûler

Affaire conclue? S’il existait encore des doutes, ceux-ci ont presque tous disparus après le 3-0 de Gaëtan Aebi, à la 79e. Et pourtant, La Sallaz a bien failli tout perdre, en l’espace d’à peine cinq minutes. Les locaux n’ont, pourtant, pas arrêté de jouer, même avec trois longueurs d’avance. Ils ont continué à se montrer les plus dangereux et à se créer plusieurs nouvelles très grosses possibilités. Mais il y eu ce but, de Guillaume Girod, à la 87e, parti dans le dos de la défense, qui a un peu déstabilisé tout le monde. Et, puisque l’arbitre assistant nous a assuré qu’il n’y avait pas de hors-jeu sur l’action, les Lausannois ont simplement perdu un peu de lucidité et de concentration à réclamer avec véhémence auprès de l’arbitre que la position de l’attaquant était illicite. Si cela a passé, ce soir, pour les hommes de Michael Pacella, c’est qu’ils ont réussi à faire une différence suffisante durant le reste du match pour se permettre ce relâchement en fin de partie, et qu’ils peuvent, également, remercier Guillaume Girod de s’être arrêté à deux, puisque l’attaquant de pointe à mis le feu à Grand-Vennes à la 90e, en trompant, à nouveau, Xavier Marouani, en deux temps. Un de plus, et le Stade Nyonnais pouvait célébrer sa promotion, pendant que tout le quartier de La Sallaz passait la plus horrible des nuits.

Stade Nyonnais II jouera son avenir contre Aigle II

Finalement, la logique a été respectée. Un 3-3 aurait eu tout du hold-up et, sur ce qu’on a vu ce soir, La Sallaz a été la meilleure formation sur le terrain et ne méritait pas de perdre un point à domicile. Désormais, la donne est simple: Si les joueurs de Michael Pacella marquent un point ce week-end, ou que Stade Nyonnais II ne gagne pas, ils rejoindront immédiatement Donneloye et Aigle II parmi les promus. La seule issue tragique pour les Lausannois consisterait en une défaite contre Champagne, à domicile, pendant que, dans le même temps, Nyon s’impose à Aigle.

Côté Nyonnais, le problème est inversé: en cas de victoire à Aigle, les hommes de Bruno Gorret et Michel Tachet seraient automatiquement promus. Sinon, ils devront attendre le résultat de La Sallaz-Champagne pour connaître leur sort. Deux indicateurs positifs les concernant pour le match dernier? Le classement fair-play, tout d’abord, nettement en leur faveur par rapport à Champagne. En cas d’égalité dans le groupe, il n’en fait presque aucun doute, le Stade Nyonnais passera en 2e ligue. Et puis, Aigle II étant déjà assuré d’évoluer à l’étage d’au-dessus la saison prochaine, on peut imaginer que la troupe de Sébastien Limoli lève un peu le pied dimanche après-midi. Même si cela irait à l’encontre des propos tenus par un coach qui veut «trois matches, neuf points!».

Un compte-rendu de Florian Vaney

Fc La Sallaz vs Fc Stade Nyonnais II 3-2

Toutes les images du match en cliquant sur ce lien

Le tableau des finales

Groupe 2

Dimanche 12 juin, 15h30

Nyon II – Champagne 2-2
Buts pour Nyon: Yassir Assoumani et Andrea Mangone.
Buts pour Champagne: Nemanja Stanojevic et Muamer Salkanovic.

Aigle II – La Sallaz 2-0
Buts pour Aigle: Ibraim Sabani et Valjon Bajrami.

Mercredi 15 juin, 19h30

Champagne – Aigle II 0-1
But pour Aigle: Blerton Nuredini.

La Sallaz – Nyon II
Buts pour La Sallaz: Abdoulaye Kamara, Zoran Stanic et Gaëtan Aebi
Buts pour Nyon II: Guillaume Girod

Dimanche 19 juin, 15h30

Aigle II – Nyon II

La Sallaz – Champagne

Fc La Sallaz vs Fc Stade Nyonnais II 3-2

Toutes les images du match en cliquant sur ce lien

Le plan-fixe

Grand-Vennes

FC La Sallaz

3

39e Kamara 1-0

69e Stanic 2-0

79e Aebi 3-0

Marouani;
Torun, Indekeu, Carucci, Zahnd (40e Aebi);
Stanic, M. Massoud, Feroghi;
Stierli (81e Tall), Awes (78e Y. Massoud), Kamara.
Entraîneur: Michaël Pacella.

Stade Nyonnais II

2

87e Girod 3-1

90e Girod 3-2

Plantino; Azizkhodjaev, J. Tachet, Frossard (46e Imeri), Primo (85e D. Selimi);
Ramadani, I. Selimi, Lolala;
Bonfiace, Girod, Mangone (46e Bolay).
Entraîneurs: Michel Tachet et Bruno Gorret.

À lire également