Toute l'actualité du football Vaudois

La Sallaz s’offre un joli coup de boost avant le sprint final

Christian Mischler a dit oui! Michaël Pacella cherchait depuis longtemps un homme de son profil pour venir l'épauler et est tout heureux de se voir adjoindre les services d'un entraîneur d'expérience comme lui. L'ancien entraîneur du FC Champvent et le FC La Sallaz ont désormais un objectif commun: les finales!

3e ligue - 14 avril 2016

Christian Mischler a dit oui! Michaël Pacella cherchait depuis longtemps un homme de son profil pour venir l'épauler et est tout heureux de se voir adjoindre les services d'un entraîneur d'expérience comme lui. L'ancien entraîneur du FC Champvent et le FC La Sallaz ont désormais un objectif commun: les finales!

Alessandro Santarsieri est content de son dernier coup. Le président du FC La Sallaz, qui accomplit un travail remarquable depuis son arrivée à la présidence, n’a pas hésité à prendre son téléphone, il y a deux semaines. Après avoir appris que Champvent se séparait de Christian Mischler, il a décidé de l’appeler. « Je le connaissais de nom et de réputation, bien sûr, mais pas personnellement. Je me suis dit que je n’avais rien à perdre et que le rencontrer serait de toute façon une bonne option », explique ce supporter acharné de l’Inter Milan. Quelques jours après avoir perdu son poste à Champvent, Christian Mischler a pris le temps de la réflexion, mais a dit oui finalement assez vite.

Il ne prend la place de personne et vient en renfort

« Le président a été assez insistant, je me suis dit qu’il avait vraiment envie que je vienne », sourit l’ancien entraîneur de Baulmes et du FC Orbe. Les deux hommes ont discuté, mais Christian Mischler a été clair: pas question de prendre la place de qui que ce soit. « J’ai été rassuré tout de suite. Michaël Pacella est un jeune entraîneur, qui fait du super-boulot. Il tient très bien son groupe et il faut qu’il continue comme cela. Moi, j’arrive en renfort. En fait, depuis qu’il entraîne cette équipe, il cherchait quelqu’un à qui parler, qui puisse échanger avec lui. Je vais lui amener cela, mais pour l’instant, je suis surtout en phase d’observation. »

Le nouveau membre du staff du FC La Sallaz a commencé sa mission mercredi, en assistant à l’entraînement. Qu’en a-t-il tiré? « J’ai vu une bonne équipe, avec des joueurs intéressants. Il y a ce Bryan Stierli en attaque, qui m’a bien plu, mais c’est encore un peu tôt pour que je me fasse vraiment une idée précise. Ce qui est sûr, c’est que je vais m’impliquer à fond dans ce projet. »

Michaël Pacella: « Depuis le temps que je cherchais quelqu’un de compétent… »

Cela réjouit évidemment Michaël Pacella (33 ans), jeune entraîneur passionné et perfectionniste, mais qui n’a évidemment pas l’expérience qu’a pu accumuler Christian Mischler depuis plusieurs décennies dans le monde du football. « Depuis le temps que je cherchais quelqu’un de compétent, je ne peux pas être plus heureux! Je pourrai compter sur lui lors de chaque entraînement et de chaque match et je compte m’appuyer beaucoup sur lui. J’espère qu’il donnera quelques entraînements, que je pourrai observer », s’enflamme l’entraîneur de La Sallaz, qui entend mettre toutes les chances de son côté pour atteindre les finales. Son club est d’ailleurs bien parti, se trouvant en 2e position avec quatre points d’avance sur les troisièmes (Echallens II et Cheseaux), en comptant un match en moins.

Un week-end qui pourrait être celui du break

La réception de Corcelles-Payerne (11e) ce dimanche pourrait être l’occasion de faire un sacré pas en avant, puisque les deux poursuivants ont des déplacements très compliqués à négocier, respectivement à Granges-Marnand (5e) et Haute-Broye (7e). Le week-end du break? Pour cela, il faudra faire trois points contre les Ours Blancs, une mission qui semble jouable sur le synthétique de Grand-Vennes.

Les joueurs de La Sallaz préfèrent le synthétique

Car oui, le FC La Sallaz ne joue pas sur son magnifique nouveau terrain en herbe, inauguré l’été dernier. La raison? « Les joueurs l’ont demandé. Ils se sentent plus à l’aise sur le synthétique. On a joué notre premier match dans notre nouveau terrain sur l’herbe face à Prilly et on a pris une claque, 0-4. Depuis, on gagne quasiment tout sur le synthétique, donc les joueurs veulent continuer dessus », explique Alessandro Santarsieri. Ce terrain est-il donc vide? « Mais non, pas du tout. Les autres équipes l’utilisent à fond », sourit le président du FC La Sallaz, qui vise la 2e ligue pour son équipe-fanion. Ca tombe bien, Christian Mischler a la même idée: « L’objectif, c’est d’aller disputer les finales et de les gagner. » Restera-t-il après le mois de juillet, en 2e ligue si tout va bien? « Je ne sais pas. On s’est mis d’accord pour une pige jusqu’à cet été, on n’a pas discuté plus loin », répond le nouveau membre du staff du club lausannois.

FC La Sallaz – FC Corcelles-Payerne, dimanche à 15h à Grand-Vennes

3e ligue, groupe 4, 16e journée

La Sallaz-Generali

À lire également