Toute l'actualité du football Vaudois

La malédiction du Brügglifeld

Jamais, en cinq déplacements, Le Mont n'est parvenu à repartir de la mythique antre du FC Aarau avec le moindre point. Sergio Cortelezzi et ses coéquipiers sont passés prêt d'un renversement de situation inespéré ce samedi, mais les Montains partaient de trop loin.

Football d'élite - 18 février 2017

(Oneclick-photo.ch)

Jamais, en cinq déplacements, Le Mont n'est parvenu à repartir de la mythique antre du FC Aarau avec le moindre point. Sergio Cortelezzi et ses coéquipiers sont passés prêt d'un renversement de situation inespéré ce samedi, mais les Montains partaient de trop loin.

On vit la 55e minute au Brügglifeld. Le FC Aarau, jusqu’ici si sûr de son fait, après une première mi-temps dominée sans partage, commence à montrer quelques signes de faiblesse et laisse entrevoir une petite brèche au FC Le Mont, dans un système qui semblait n’en comporter aucune. Hélios Sessolo venait de réduire le score, Michael Perrier, le milieu défensif gauche local, sera expulsé quatre minutes plus tard. Entre temps? L’action qui aurait pu renverser les quelques 2700 spectateurs répartis dans le mythique stade du FCA. Celle qui a bien failli permettre aux Montains de briser une malédiction qui dure depuis leur accession en Challenge League. Un ballon, qui a instauré une panique totale dans la surface, roulant à moins de cinq mètres des cages d’Ulisse Pelloni, le dernier rempart argovien, que personne n’est parvenu à pousser au fond, pas même le malheureux Hélios Sessolo, encore placé au bon endroit, qui en a pourtant enfilé des bien plus compliqués que celui-ci. «Et si on revient à 3-2 à ce moment-là, à onze contre dix, la partie tourne, c’est certain!», peste Claude Gross. Et si…

Hélios Sessolo: «On doit pouvoir marquer et faire planer le doute»

Car les dires du directeur sportif ne sont certainement pas exagérés, ou très peu, et l’auteur du 3-1, qui se serait bien vu mettre le feu au Brügglifeld, le sait bien: «Le match se joue en partie à cet instant, c’est vrai. On est ressortis fort des vestiaires et parvenus à les mettre sous pression. Durant cette période-ci, que ce soit quelqu’un d’autre ou moi-même sur cette action, on doit pouvoir marquer et faire planer le doute. Mais cela ne doit pas non plus nous servir d’excuse. On partait de beaucoup trop loin! 3-0 à la mi-temps, c’est plus qu’un handicap…». Dix minutes plus tard, Zoran Josipovic tuait définitivement le suspense (4-1, 65e). Même avec un homme de plus sur le terrain et malgré la réduction du score tardive de Patrick Bengondo (4-2, 87e), la vague était passée: Le Mont ne reviendrait pas.

La démonstration argovienne a duré 45 minutes

Si les visiteurs ont flirté avec un comeback dont on aurait longtemps reparlé, c’est bien que ceux-ci sont passés complètement à côté de leur première mi-temps. «Disons qu’on avait le ballon, mais qu’on n’en faisait rien… En face, ils se sont créés quatre actions et en ont rentré trois», regrette Hélios Sessolo, impuissant, à l’instar de ses coéquipiers, face à la furia argovienne. Geoffrey Tréand traçait le chemin à suivre dès la 5e minute, Sandro Burki envoyait une volée magistral sous la latte d’Anthony Favre (2-0, 34e) et Damir Mehidic plaçait la cerise sur le gâteau (3-0, 38e). Lorsque Aarau joue de la sorte, poussé par un public prêt à imploser à chaque instant, personne ne souhaite se trouver sur son chemin. Cela a été le cas des Montains samedi soir et, disons-le clairement, ceux-ci se sont faits sérieusement secouer pendant 45 minutes.

La prochaine fois, Le Mont sera prêt!

Ce n’est, donc, pas ce samedi que Le Mont a mis fin au mauvais sort. Jamais, depuis sa promotion en Challenge League, le club de Serge Duperret n’est venu chercher le moindre point dans l’antre du FCA. Quatre rencontres pour autant de défaites en championnat et une de plus en Coupe de Suisse. Un drame? Certainement pas, puisque Aarau demeure l’une des plus grandes équipes du pays, que la situation des Vaudois au classement n’est absolument pas préoccupante pour le moment et, surtout, que ceux-ci ont montré une réaction des plus encourageantes pour la suite (ainsi que pour la prochaine confrontation en terres argoviennes).

Les soucis de réalisme, un lointain souvenir?

À l’origine de cette réaction? Une part d’orgueil et de fierté après avoir été mené 3-0 dans les murs du mystique «Brüggli», c’est certain. Et puis, principalement, un nouveau souffle offensif qui semble se confirmer. Les hommes de John Dragani ont marqué deux buts dans le même match pour la deuxième fois consécutive. Mieux, en deux week-end, ceux-ci viennent d’inscrire 25% de leurs réussites de l’ensemble de la saison (quatre sur seize). Hélios Sessolo, on le dit et le répète, prend toujours un peu plus d’ampleur et se retrouve dans tous les bons coups (deux buts, une passe décisive depuis la reprise), Sergio Cortelezzi a été l’un des rares à se faire remarquer dans le camp visiteur avant le thé et, lui aussi, commence à prendre beaucoup de place aux avant-postes et Ridge Mobulu est tout à fait capable de faire la différence sur un geste, il l’a prouvé. On se gardera bien de toutes conclusions alors que la reprise n’est veille que de quinze jours, mais les problèmes offensifs montains pourraient, tout prochainement, devenir un lointain souvenir. C’est, en tout cas, tout le mal qu’on leur souhaite.

Prochain match

Le Mont se déplace à La Praille, lundi prochain, pour y affronter le Servette FC. Coup d’envoi à 19h45!

 

Un article rédigé par Florian Vaney

Le plan-fixe

Brügglifeld, 2749 spectateurs. Arbitrage de M. Scharli.

FC Aarau

4

5e Tréand

34e Burki

38e Mehidic

65e Josipovic

Pelloni;
Markaj, Garat, Thrier, Mehidic;
Burki, Perrier, Wuthrich, Josipovic (70e Ciarrocchi), Tréand (80e Audino);
Rossini (91e Romano).
Entraîneur: Marco Schällibaum.

FC Le Mont

2

53e Sessolo

87e Bengondo

Favre;
Krasniqi (14e Titie, 75e Simonyan), Rogulj, Tall, Epitaux;
Cabral (67e Bengondo);
Mobulu, Zambrella, Sessolo, D. Marazzi;
Cortelezzi.
Entraîneur: John Dragani.

À lire également