Toute l'actualité du football Vaudois

Les frères Mettraux sont passés trois fois

Ils s'appellent Ronan, Yoann et Benjamin, ils jouent tous trois à Vignoble II, en 4e ligue. Dimanche dernier, ils ont réussi l'exploit de chacun marquer une fois lors du succès de leur équipe face à Ollon. Rencontre avec les frères Mettraux, dignes représentants du football vaudois amateur.

4e ligue, Portraits - 4 novembre 2015

Ils s'appellent Ronan, Yoann et Benjamin, ils jouent tous trois à Vignoble II, en 4e ligue. Dimanche dernier, ils ont réussi l'exploit de chacun marquer une fois lors du succès de leur équipe face à Ollon. Rencontre avec les frères Mettraux, dignes représentants du football vaudois amateur.

Ils habitent tous trois à Grandvaux, très joli village du Lavaux, où les vignes donnent un charme inégalable au paysage. Leur club? Le FC Vignoble, bien sûr, d’où ils ne sont jamais partis et où ils ont fait tous leurs juniors. Ce sont des « vrais », des gars du club. Ce sont les frères Mettraux. Dans l’ordre de la photo? Le plus jeune, Ronan (16 ans) à gauche, l’aîné Yoann (23 ans) au centre et Benjamin (21 ans), à droite. Trois vrais clubistes, comme on fait encore, et heureusement.

Yoann: « Je préfère jouer à la II »

Aller jouer ailleurs? Impossible. Vignoble, c’est leur club, et ils sont fiers d’en défendre les couleurs. Leur équipe? La II. Yoann y restera jusqu’à la fin de sa carrière, c’est sûr, lui qui est heureux en 4e ligue, à ce niveau. « Je supporte la I, bien sûr, mais je préfère jouer à la II! Il y a plus d’ambiance, après le match c’est caisses de bière et verre de rouge. C’est ce que j’aime dans le foot », sourit-il. Benjamin, lui, a joué à la I, mais a rejoint la II pour laisser un peu plus de place à ses études. Il n’exclut pas d’y retourner, mais est bien un cran plus bas, lui aussi. « J’avais déjà failli aller à la II à l’été 2014 et puis Philippe Ehrensperger est arrivé et j’avais envie de voir comment c’était avec lui. Je suis resté pour lui, on va dire. On a fait une superbe saison avec la promotion, donc c’était le bon moment pour aller à la II », explique-t-il, lui aussi dans un sourire.  Et enfin, il y a le petit frère, Ronan. Lui, à 16 ans, se voit bien aller essayer une fois ou l’autre avec la première. « Voir ce que c’est et si ça me plaît. » Il en a les capacités, mais, surtout, il a encore le temps, lui qui a encore l’âge des B et qui joue encore avec les juniors, en plus des matches de la deuxième équipe.

Un hat-trick à trois

Pourquoi on parle des frères Mettraux aujourd’hui? Parce qu’ils ont réussi un joli exploit dimanche matin, face à Ollon II. Sur le superbe terrain des Ruvines, ils ont tout simplement… chacun marqué au moins une fois! Benjamin a ouvert la marque à la 3e, Yoann a inscrit le 2-0 sur penalty à la 23e et Ronan a marqué le 5-0 à la 48e. Le hat-trick à trois, voilà qui n’est pas banal. « On sait qu’il y a les frères Thuillard qui l’ont déjà réussi à Chavannes-le-Chêne, mais sinon, on doit être les seuls », estime Yoann. Difficile en effet de trouver trace d’une performance similaire en actifs.

Le foot? Un plaisir, c’est tout

Très soudés, les trois frères ont multiplié les parties de foot depuis leur enfance, eux qui habitent à 200 mètres à peine du terrain. Le foot? Un plaisir et l’occasion de se dépenser après la journée de boulot, en retrouvant les copains. Ils ne conçoivent pas ce sport autrement, donnant tout pendant 90 minutes et n’oubliant jamais une troisième mi-temps non plus, eux qui ont la chance de jouer sur ce qui est peut-être le plus beau terrain du canton, classé à l’UNESCO, avec sa vue incroyable sur le lac et les montagnes.

L’entraînement est annulé? Direction le restaurant

La fin de saison risque d’être pourtant un peu longue, puisqu’elle risque bien de se jouer dans le ventre mou du groupe 7 de 4e ligue. « On a perdu trop de points bêtes en route », peste Yoann. Et cela ne risque pas de s’arranger puisque l’entraînement de mardi a été annulé, faute de participants. A 19h30 déjà, il est donc temps pour les trois frères Mettraux de se déplacer vers le bistrot du coin, où ils ont réservé une table pour trois. « Vu qu’on n’a pas l’entraînement, on a décidé de fêter notre hat-trick avec une bonne assiette », rigolent-ils. Voilà une fratrie qui fait du bien au football vaudois amateur.

À lire également