Toute l'actualité du football Vaudois

Les jeunes Nyonnais finissent 2016 avec brio

Victorieux de Bavois II samedi, les joueurs de Michael Tachet et Bruno Gorret ont montré de belles choses. Ils passeront l'hiver sur la barre.

2e ligue - 20 novembre 2016

Victorieux de Bavois II samedi, les joueurs de Michael Tachet et Bruno Gorret ont montré de belles choses. Ils passeront l'hiver sur la barre.

On se souvient avoir croisé Michel Tachet au bord d’un terrain, quelque part dans le Gros-de-Vaud, il y a de ça quelques semaines. L’entraîneur du Stade Nyonnais II, qui partage ce rôle avec Bruno Gorret, n’avait pas la mine des grands jours, ce soir-là. Son jeune effectif a beau être éperdument talentueux, l’adaptation en 2e ligue peinait à se faire, la faute à un manque flagrant de réalisme qui ne pardonne pas à ce niveau. Et puis, il y a eu ce samedi soir d’octobre, à Crans: «Pour moi, c’est le tournant de notre saison. On marque trois fois, on mène à la mi-temps puis on finit par tout perdre en fin de match… Le coup était dur à accepter, mais la défaite nous a finalement fait beaucoup de bien», se souvient Michel Tachet. Depuis, les jeunes Nyonnais se sont encore inclinés face à Assens, avant d’enchaîner trois précieux succès en quatre matches, en incluant leur convaincante victoire de ce week-end, face à Bavois II (3-1). «Le sentiment d’avoir, enfin, été récompensé pour le jeu qu’on produit», lançait, soulagé, Bruno Goret.

Privé de joueurs clés, Bavois II a beaucoup souffert pendant une mi-temps

Si leur équipe présente tous les week-end un jeu aussi chatoyant que ce qu’elle a proposé samedi soir, alors on comprend mieux le soulagement vécu par les coaches. «Chaque week-end, peut-être pas, mais c’est en tout cas le football qu’on essaie de produire en permanence. Il y a des hauts et de bas, ce soir est plutôt à ranger dans la première catégorie», expliquent les deux techniciens. Bavois II est une bonne équipe, on a déjà eu l’occasion de l’écrire, mais, pendant une mi-temps, la troupe de Laurent Dupuis s’est fait balader d’un bout à l’autre de Colovray sans avoir quoi que ce soit à répondre à la jeune garde nyonnaise. La première équipe venait de s’imposer 3-1 (lire ici), la journée de Stade Nyonnais devait être parfaite. Les Nord-Vaudois ne pouvaient pas compter sur l’intégralité de leur effectif? C’est vrai, ceux-ci ayant, notamment, dû se passer du très bon Onur Yildiz. Et sans lui, ce n’est pas la même chose.

 

nyon-b5

Toutes les images du match en cliquant sur ce lien
 

2-0 à la mi-match, un minimum

Le seul tort du néo-promu dans cette rencontre? N’avoir mené «que» 2-0 à la pause, alors que des occasions de prendre le large, il en a eu bien plus souvent qu’à son tour. «Lorsqu’on vous dit qu’on a un problème à ce niveau-là…» pestait le duo Tachet-Gorret. Sarosh Azizkhodjaev est parti seul ouvrir le score à la 7e et l’excellent Dijamant Bega, doyen de l’équipe du haut de ses… 22 ans, l’a imité une demi-heure plus tard d’une frappe dans la surface. C’est tout? Oui, même si les Nyonnais avaient largement la place de se mettre à l’abri et de s’offrir une seconde mi-temps plus paisible.

Dijamant Bega et Ridvan Hysenaj, le talent à l’état pur

À défaut d’avoir assuré devant le but, la deuxième garniture du Stade Nyonnais a proposé un véritable récital durant 45 minutes. Emmené par Dijamant Bega et le génial Ridvan Hysenaj, à qui on ne saura reprocher que le manque d’opportunisme, et encore, celle-ci a montré toute l’étendue de ses qualités. Cette équipe a clairement prouvé avoir sa place en 2e ligue et on est largement prêt à croire Michel Tachet et Bruno Gorret lorsque ceux-ci nous disent qu’il leur manque quelques points au décompte intermédiaire. «Enfin ça, c’est comme tout le monde!», rigolent-ils. Mais si leur formation s’apprête à passer l’hiver avec uniquement quatre à cinq points d’avance sur la barre, c’est bien que tout ne roule pas toujours aussi bien.

 

nyon-b3

Toutes les images du match en cliquant sur ce lien

 

Une équipe animée par l’envie de jouer, peu importe le score ou l’adversaire

Dans un jour sans, le poteau aurait tout à fait pu ne pas venir en aide à Dijamant Bega sur le 2-0 et Bavois II aurait très bien pu réduire sa seule occasion de la mi-temps, puisque, sans un sauvetage incroyable de Maxime Moinon, 16 ans (!), Yann Martin aurait alors enfilé le 1-1 et un tout autre match se serait lancé. Cela n’a pas été le cas, mais cela montre aussi la certaine fragilité qui s’efforce de tirer vers le bas ce FCSN II. Du haut de leurs 18 ans de moyenne d’âge, les garçons de Michel Tachet et Bruno Goret veulent avant tout jouer au foot, peu importe le score, l’adversaire ou l’état de la pelouse. C’est une formidable qualité qui a déjà porté ses fruits, il suffit de voir cette équipe jouer dix minutes pour s’en apercevoir, et qui fera d’eux, sans aucun doute, des footballeurs accomplis dans les années à venir. Mais, fatalement, à court terme, cela peut également coûter quelques points.
 

nyon-b2

Toutes les images du match en cliquant sur ce lien
 

Une certaine fragilité qui peut coûter cher

Cela n’a pas été le cas samedi soir, malgré la réduction du score de Mickaël Dogbe et les quelques situations chaudes qui s’en sont suivies devant le parfait Maxime Moinon, mais le coup n’est pas passé bien loin. Les intentions de Bavois II au retour des vestiaires étaient tout autre et la jeunesse nyonnaise a bien failli se faire punir. Cela aurait, à notre avis, été sévère, tant celle-ci s’est encore procuré des chances de tuer la partie, dont une montagne loupée par Idriz Bega, mais, avant que Ridvan Hysenaj n’inscrive le 3-1 libérateur à cinq minutes du terme, le Stade Nyonnais n’était pas à l’abri. Si une défaite ou un match nul aurait changé quoi que ce soit? D’un point de vue comptable, c’est certain, cela serait devenu un peu plus délicat et le sommeil des deux entraîneurs, à la vue de la barre qui se rapproche, en aurait sans doute pris un coup. Mais, mentalement, que ce groupe soit premier ou dernier, ça ne change pas grand-chose. Ces joueurs ne doutent pas, jamais, ils sont simplement animés d’une envie de jouer au football, tous ensemble, et c’est beau à voir!

Mine de rien, la 2e attaque du championnat

On l’a dit, c’est indéniable, et heureusement pour ses adversaires, cette équipe doit encore progresser devant le but, là où ça compte, là où les championnats se jouent. Elle possède, malgré tout, la 2e attaque de ce groupe 1 (34 buts), derrière le réaliste Grandson-Tuileries (37). Mais cela prouve avant tout que les Nyonnais savent comment créer le danger et se procurent davantage d’occasions que leurs adversaires. Pour une formation qui ne cesse de jouer vers l’avant, ce n’est pas franchement une surprise. Reste à progresser à la finition ainsi que dans l’autre surface, puisque la II a tout de même encaissé à 30 reprises cette saison..

Pour l’heure, place à des vacances bien méritées. Après ça, il faudra être prêt à batailler ferme et à tenir toutes ces belles promesses, car le printemps au sein de ce groupe 1 s’annonce palpitant.

Un compte-rendu de Florian Vaney

nyon-b1

Toutes les images du match en cliquant sur ce lien

Le plan-fixe

Colovray

Stade Nyonnais II

3

7e Azizkhodjaev 1-0

37e Bega 2-0

85e Hysenaj 3-1

Moinon;
Azizkhodjaev, Imeri, Frossard, Reis;
Di. Bega (51e Wiedemeier), I. Bega, Ramadani, Schmidli (60e Borjas);
Glenn Baba (75e J. Tachet), Hysenaj.
Entraîneurs: Michel Tachet et Bruno Gorret

Bavois II

1

51e Dogbé 2-1

Pilloud;
Kabongo, Boulaz, Kastrati, Saugy (59e Begzadic);
Hamdi, Martin, Hartmann;
Do. Basha;
Dounyaji, Dogbé.
Entraîneur: Laurent Dupuis

À lire également