Toute l'actualité du football Vaudois

Lorenzo Mancuso n’a pas besoin de marquer pour briller

L'ailier de Genolier-Begnins a obtenu le penalty de la gagne dimanche à Echichens (0-1). Même s'il n'a toujours pas marqué cette saison, il l'est l'un des grands hommes du brillant début de saison des Canaris.

2e ligue inter - 16 octobre 2016

L'ailier de Genolier-Begnins a obtenu le penalty de la gagne dimanche à Echichens (0-1). Même s'il n'a toujours pas marqué cette saison, il l'est l'un des grands hommes du brillant début de saison des Canaris.

«Bien sûr que je suis frustré! La faute a eu lieu à trois mètres de moi et je vois bien que les deux joueurs sont en dehors de la surface. Mais, disons que, pour l’ensemble de son œuvre, Lorenzo mérite d’obtenir ce penalty». C’est avec beaucoup d’élégance et de classe que Joël Reinhard, le très bon capitaine du FC Echichens, est revenu sur le principal fait de match de la rencontre qui opposait les Bleus et Blancs au FC Genolier-Begnins. Le grand défenseur central aurait pu s’emporter sur l’arbitre puisque, cela semble être l’avis du plus grand nombre, le tacle qui a valu à Samuel Cardoso son second carton jaune a bel et bien eu lieu hors de la surface d’Olivier D’Andrea. Au lieu de ça, avec beaucoup d’humilité, il a préféré saluer la performance de celui qui est tombé et qui a, par la même occasion, fait perdre aux pensionnaires du Grand-Record leurs premiers points à domicile cette saison: Lorenzo Mancuso.

Une sanction sévère et lourde de sens pour Echichens

Les faits? On vivait la 65e minute lorsqu’un ballon dévié traversait l’entier du terrain dans sa largeur, à une vingtaine de mètres des cages echichannaises. Tant Samuel Cardoso que Lorenzo Mancuso sont, donc, partis à sa conquête. Comme souvent, l’ailier de GB s’est montré le plus rapide et, comme souvent, celui-ci a eu le geste juste pour éliminer son vis-à-vis, à qui deux choix se sont offerts: laisser passer la flèche marquée du numéro 19 ou commettre la faute. La latéral droit aurait mieux fait de ne pas mettre le pied? Au vu de la réussite devant les buts de son adversaire aujourd’hui, sans lui faire aucunement offense, cela aurait peut-être été la meilleure solution, même si, évidemment, à cette vitesse et dans le feu de l’action, il était totalement impossible pour Samuel Cardoso de se faire cette réflexion. Ce dernier a, donc, accroché Lorenzo Mancuso plus ou moins sur la ligne des 16 mètres, l’arbitre a désigné le point de penalty et Yvan Bolay, entré en jeu cinq minutes auparavant, a transformé. Voilà pour le seul but de la rencontre.

«J’arrive à me rendre utile pour mes coéquipiers»

Mais si Joël Reinhard a tenu à rendre hommage à son adversaire, c’est que l’intenable Lorenzo Mancuso ne s’est pas contenté d’obtenir un penalty pour seul fait d’armes ce dimanche. Là où le vif ailier fait la différence par rapport aux autres? Il n’a pas besoin de marquer pour être un attaquant quasiment indispensable à sa formation. Sur les neufs matches qu’il a disputé cette saison (à chaque fois titulaire), l’ancienne perle du FC Gland n’a, effectivement, toujours pas marqué. Mais ce n’est clairement pas ce qu’il l’empêche de trouver le sommeil la nuit: «Il faudra que je pense à ouvrir mon compteur, c’est vrai, sourit-il. Malgré ça, j’arrive à me trouver un rôle dans l’équipe, à me rendre utile pour mes coéquipiers. L’essentiel se trouve bien là».

S’il ne marque pas, il fait briller les autres

C’est quasiment une constante, comme les bons résultats de son club, mais lorsque GB prépare un bon coup, Lorenzo Mancuso n’est jamais très loin. Contre Azzurri, en Coupe de Suisse, ou face à Thierrens ou Payerne, en championnat, le jeune homme de 25 ans s’est à chaque fois montré hyper actif sur son côté droit. Et s’il ne marque pas, il permet surtout à ses coéquipiers de briller, comme cela aurait pu être le cas en première mi-temps à la suite d’un débordement et d’un service pour Julien Jemmely, qui trouvait le pied droit de Joël Reinhard… sur la ligne de but. «J’ai été super bien accueilli dans l’équipe, ils m’ont tout de suite permis de me sentir ici chez moi. Bien sûr, le saut de 2e ligue à 2e ligue inter n’a pas été simple à effectuer, mais je profite aussi de la confiance que me donne le coach pour progresser».

La seule fois où Marc Studer n’a pas fait appel à lui pour débuter un match? C’était la semaine dernière, face au Locle avec une bonne excuse: Mancuso était suspendu.

Olivier D’Andrea a repoussé l’échéance autant que possible

«Aujourd’hui, on fait un match solide. On est parvenu à les tenir alors qu’ils sont rentrés très forts dans la rencontre et à attendre notre heure. C’est encore un résultat très positif, par contre, et moi le premier, on aurait dû tuer le match plus vite». Lorenzo Mancuso, fair-play, a tenu à rendre hommage é Olivier D’Andrea, qui n’a eu de cesse de repousser l’échéance pour les Bleu-Blanc. Pendant plus d’une heure, le gardien local a maintenu ses couleurs dans la partie, multipliant les parades décisives et barrant, par deux fois, le chemin des filets à l’inarrêtable Mancuso, qui se présentait seul face à lui. Si un homme ne méritait pas de repartir les mains vides ce dimanche, c’était bien lui.

Joël Reinhard: «On peut être frustré, mais on ne doit s’en prendre qu’à nous-mêmes»

Pour le reste, il faut bien avouer qu’Echichens n’a pas livré sa prestation la plus aboutie de la saison. Après une entame très prometteuse où Ali Ramdan, notamment, a mis plusieurs fois le feu dans l’arrière-garde des Canaris et durant laquelle Joël Reinhard, décidément partout sur le terrain, a vu son coup de tête, à la sortie d’un énorme cafouillage, stoppé sur la ligne par Sébastien Martin, les locaux se sont plutôt montrés discrets et un brin brouillons dans le jeu. «Le match nul à la pause était plutôt logique, expliquait, avec beaucoup de franchise, le capitaine. Par contre, on a totalement perdu le contrôle en seconde période. On a laissé le jeu à leur compte et on a un peu paniqué. On a balancé énormément de longs ballons sans parvenir à construire le jeu qui est le notre d’habitude. Il n’y a pas que du mauvais à retenir de ce match et on a le droit de se sentir un peu frustré de la tournure des événements, surtout que ce sont les premiers points qu’on laisse filer à la maison. Mais, en prenant un peu de recul, on ne doit s’en prendre qu’à nous-mêmes».

Mais où va s’arrêter GB?

Si cela marque un léger coup d’arrêt, qui n’a absolument rien de dramatique, dans le très bon début de saison du FCE (il compte encore neuf points d’avance sur la barre), ces trois points permettent surtout à Genolier-Begnins de continuer son parcours remarquable dans ce championnat. En cumulant 20 des 30 points prenables jusqu’ici, les hommes de Marc Studer font bien plus qu’étonner et confirment leur capacité à profiter de n’importe quel faux-pas de leurs adversaires. Vallorbe-Ballaigues n’était pas à son plein potentiel il y a dix jours? Echichens ne s’est pas montré sous son meilleur jour ce dimanche? C’est juste, et à chaque fois, les Canaris saisissent leur chance, sans forcément être brillants, comme aujourd’hui,  font la différence avec beaucoup d’opportunisme et d’engagement et repartent avec les trois points. Cela ne va pas durer éternellement? C’est ce qu’on se dit semaine après semaine. Et, pourtant, à chaque fois, on jette un œil au classement et on constate qu’il a bien plus d’équipes qui se situent en-dessous de GB que l’inverse. À l’heure actuelle, c’est bien simple, elles ne sont plus que deux (Portalban et La Tour) à séparer les Jaunes et Verts de la première place, et cela ne se joue qu’à un tout petit point.

Le plan-fixe

Terrain du Grand-Record

FC Echichens

0

D'Andrea;
Gfeller, Derungs (78e Ticon), Reinhard, S. Cardoso;
Da Silva, Rapin, Girardet (71e Aksic), Boffa, Allouchi;
Ramdan.
Entraîneur: Alain Gendron.
65e, expulsion de Samuel Cardoso (deuxième avertissement).

FC Genolier-Begnins

1

66e Bolay, pen. 0-1

Bally;
Roch, Leonel Ribeiro, Martin, Moget.
J. Jemmely, Vez (61e Bolay), Gervaix.
Mancuso (90e Girardet), J. Jemmely, Provenzale (63e Giannattasio).
Entraîneur: Marc Studer.

À lire également