Toute l'actualité du football Vaudois

Malley, quel final!

Mourad Boutafenouchet a eu une inspiration géniale à la 90e et Malley, mené 0-2 par Gingins à la 67e, a pris les trois points dans le choc au sommet, malgré un immense Yannick Nigra.

3e ligue - 17 octobre 2016

Mourad Boutafenouchet a eu une inspiration géniale à la 90e et Malley, mené 0-2 par Gingins à la 67e, a pris les trois points dans le choc au sommet, malgré un immense Yannick Nigra.

Mourad Boutafenouchet s’est retrouvé en sale posture, à la 92e, dimanche. A mi-terrain, face à son but, il a reçu un ballon vraiment pas facile à négocier. S’il l’avait perdu, alors Gingins serait parti en contre et, à 2-2, aurait pu aller chercher la victoire dans ce choc au sommet. Deux joueurs du FCG se sont d’ailleurs précipité sur le milieu de terrain français pour le pousser à la faute, sûrs qu’il allait craquer. Mais Mourad Boutafenouchet est un grand joueur, qui avait tout anticipé, tout compris, et qui a mis ses deux adversaires dans le vent d’un contrôle orienté et d’un petit dribble parfaits. Du grand art. Il a alors levé la tête, vu un coéquipier libre sur le flanc gauche. L’ouverture était parfaite, le centre aussi, et le pauvre Patrick Tamone n’a pu que dévier le ballon dans ses propres filets. Dans les grands matches, ce sont toujours les grands joueurs qui font la différence. Malley 3, Gingins 2. Score final. Et merci M. Boutafenouchet.

Malley, un vrai travail de fond

Evidemment, l’ancien joueur du Mont a une classe à part en 3e ligue et c’est toujours un régal de le voir jouer. Mais surtout, il symbolise l’ambition nouvelle de cet ES Malley qui fait tout juste depuis le début de saison. Ce renouveau ne vient pas de nulle part, on l’a déjà écrit, et les bons résultats de la première équipe sont le fruit du travail de fond réalisé par le comité de Michel Roulier et de Joël Guignet. Avec huit victoires en huit matches et désormais six points d’avance sur Gingins (3e), Malley peut déjà réserver son mois de juin. Oui, cette équipe sera au rendez-vous des finales si elle conserve ce rythme et cet état d’esprit. Pour ce qui est du second point, on ne se fait pas trop de souci: avec un meneur d’hommes comme Himë Berisha, aucun relâchement ne sera autorisé.

 

Es Fc Malley Ls vs Fc Gingins 3-2

Toutes les photos du match en cliquant sur ce lien

 

Gingins, un exemple à suivre

Ce dénouement peut paraître cruel pour le FC Gingins, qui a mené 0-2 dans cette partie entre cadors de ce groupe 1. A la 67e, les hommes de Laurent Jacquot avaient frappé par Yohann Martinet et Denis Courtin et menaient de deux longueurs. Ils auraient même pu tuer le match et mener 0-3, ce qui aurait sans doute assommé Malley et là, avec les trois points, ils seraient revenus à hauteur de leur adversaire du jour. Cela aurait été un grand coup et cela aurait donné encore plus de relief à l’excellent début de saison du club de la Côte, qui l’aurait bien mérité. Gingins, il faut le dire et l’écrire, mérite bien des éloges pour sa gestion à long terme. Le contingent ne bouge pas, ou seulement par petites touches, et la philosophie générale du club est celle de pratiquer un football collectif, où l’esprit d’équipe est plus fort que les stars. Dimanche encore, devant une jolie affluence au Bois-Gentil, cela s’est vu. Le travail paie, surtout lorsqu’il est effectué dans la bonne direction.

 

Es Fc Malley Ls vs Fc Gingins 3-2
Toutes les photos du match en cliquant sur ce lien

 

Himë Berisha: « Ici, il n’y en a qu’un qui gueule, c’est moi! »

Mais Gingins, même en menant 0-2, s’est incliné. Disons-le aussi, le FCG a perdu face à plus fort que lui, car l’ES Malley de cette saison est vraiment une équipe agréable à voir jouer, où tout le monde bosse dans le sillage de Himë Berisha. A Malley, il y a un chef, c’est lui. Et tout le monde suit. Alors, cela donne des scènes parfois étonnantes, où l’entraîneur stellien hurle sur ses joueurs, à la grande surprise des supporters du FC Gingins, surtout lorsqu’il se retourne en disant: « Mais je les aime, hein! ». Ainsi est Himë Berisha, homme dont la voix porte et qui peut faire mal aux oreilles, mais qui fait cela pour le bien des siens et de son club. Un joueur répond? Il se fait clouer sur place. « Ici, il n’y en a qu’un qui gueule, c’est moi! », tonne le grand Berisha, tatouages apparents et barbe finement taillée. Un personnage.

Un Yannick Nigra extra-terrestre

Il a donc entraîné Malley derrière lui et lui a inculqué sa rage de vaincre. Même à 0-2, Malley n’a cessé de pousser et est allé chercher sa huitième victoire en huit matches cette saison. Kagan Bahaynay a marqué deux fois, pour faire passer le score de 0-2 à 2-2, mais il aurait pu en mettre plus sans un exceptionnel Yannick Nigra dans les buts de Gingins. « Il a été phénoménal », a soufflé Himë Berisha, imité par tous les spectateurs. Sans lui, sans ses parades venues de l’espace, Gingins se serait incliné plus largement, c’est sûr. On ne peut pas dire qu’il a sauvé son équipe, parce qu’elle a quand même perdu, mais disons que si tout le monde avait été à son niveau d’excellence, Gingins aurait gagné dimanche.

 

Es Fc Malley Ls vs Fc Gingins 3-2
Toutes les photos du match en cliquant sur ce lien

 

M. Selimovic mérite lui aussi des félicitations

Cela n’a pas été le cas, mais il faut signaler que ce choc au sommet a été d’excellente facture et que, qui plus est, il a été arbitré à la perfection. Ce sera le mot de la fin, mais il est important: M. Selimovic a été très bon. Et du coup, ce match a été très agréable à regarder et à jouer. Merci M. Selimovic et bravo.

 

Es Fc Malley Ls vs Fc Gingins 3-2
Toutes les photos du match en cliquant sur ce lien

Le plan-fixe

Stade du Bois-Gentil. Arbitrage de M. Selimovic.

ES Malley

3

66e Bayhanay 2-1

87e Bayhanay 2-2

90e Tamone, autogoal, 3-2.

Kosumi;
Kuqaj, Gmür, Trabelsi, Diallo;
Boutafenouchet;
G. Sejdija, Kilinc, A. Sejdija, Besic;
Bayhanay.
Sont entrés en jeu: Tran, Peltier, Mbengani, A. Pache et Bilenga.
Entraîneur: Himë Berisha

FC Gingins

2

30e Martinet 0-1

59e Courtin 0-2

Nigra;
Rossier, Savioz, C. Delmas, Tamone;
Penel, Krebs, Courtin, Martinet;
H. Delmas, Rapin.
Sont entrés en jeu: Goncerut, Sprunger, Bachler et Vuadens.
Entraîneur: Laurent Jacquot.

À lire également