Toute l'actualité du football Vaudois

Le match qu’il ne fallait pas perdre

La Sarraz-Eclépens s'est incliné (0-1) face à Martigny dimanche. Une défaite qui fait mal pour Eric Sery Bi et ses camarades.

1re ligue - 6 novembre 2016

La Sarraz-Eclépens s'est incliné (0-1) face à Martigny dimanche. Une défaite qui fait mal pour Eric Sery Bi et ses camarades.

La Sarraz-Eclépens devra frapper un grand coup face à Lancy, vendredi prochain, pour son dernier match de l’année en championnat, s’il entend passer les fêtes sans sentir le spectre de la barre planer au-dessus de sa tête. Les Sarrazins, qui se dirigeaient, il y a quinze jours encore, vers un premier tour digne de toutes les éloges, viennent de laisser filer des points qui leur semblaient promis pour le troisième week-end consécutifs. La victoire était à portée de main, la semaine dernière, à Echallens (3-3, lire ici). Contre Azzurri, sept jours auparavant, également (2-2). Le sentiment n’est pas bien différent, dimanche soir, après la courte défaite concédée face à Martigny (0-1), même si les Valaisans n’ont rien volé. À la différence, peut-être, que, cette fois-ci, que les néo-promus n’étaient pas en tête à l’entame des arrêts de jeu. Résultat des courses? Les hommes de Jean-Philippe Karlen, qui semblaient s’être mis temporairement à l’abri, ne possèdent plus que deux points d’avance sur la barre et trois sur la lanterne rouge, Fribourg.

«On peut perdre, tant que les équipes derrière font pareil…»

«On peut perdre. Tant que les équipes derrières nous continuent de ne faire aucun point, ça ne pose pas de problèmes». À l’heure du bilan, coach Karlen préférait en rigoler et relativiser. C’est vrai, ni Team Vaud M21 ni Fribourg n’ont marqué de point ce week-end et, puisque l’objectif du boss d’en Gravey est de garder deux formations en-dessous de la sienne, celui-ci est toujours rempli. Cela dit, Echallens a eu la très mauvaise idée d’aller s’incliner à Naters (4-1), Vevey a égaré deux points à Guin et Etoile Carouge, fort d’une impressionnant montée en puissance, est passé devant les Sarrazins sans jouer. Soit autant de résultats qui ne font pas vraiment leurs affaires. Le bas du tableau se ressert, les équipes du milieu s’éloignent: les points vont commencer à valoir cher.

Il a fallu courir après le score dès la 8e minute

Si, dans la forme, et on y reviendra, la défaite du jour peut légitimement laisser un goût d’inachevé à La Sarraz-Eclépens, dans le fond, celle-ci n’a rien des frustrations subies à la suite de ses deux dernières sorties. Cette fois, la troupe de «Charly» Karlen n’a, à aucun moment, touché du bout des doigts la victoire ni largement dominé son adversaire. C’est même tout le contraire, puisqu’il a fallu courir après le score dès la 6e minute. Le penalty, transformé par Javier Delgado, était logique, le carton jaune contre Elmedin Hasanovic, sévère, et c’est là le premier motif d’énervement des Sarrazins.

Penalty? Oui, mais ensuite…

«Comment voulez-vous qu’on fasse mieux lorsque, sur l’ensemble du tour, on nous siffle un penalty à notre avantage pour six ou sept contre?», fulminait l’homme fort d’en Gravey. S’il s’est emporté à juste titre? À notre avis, penalty il y avait, et la décision arbitrale est totalement juste. Mais, disons que n’importe quel arbitre ne l’aurait pas forcément accordé, loin de là, qu’on vivait seulement la 6e minute et que cela s’est, finalement, avéré être la seule réussite de la rencontre. Et, surtout, que les Sarrazins n’ont pas franchement été aidés par les décisions qui ont suivi.

L’expulsion très sévère d’Elmedin Hasanovic

En d’autres termes? Elmedin Hasanovic a écopé d’un second carton jaune pour une nouvelle contestation, sur une action où un de ses coéquipiers s’est assez gravement blessé. On ne sait pas avec quelle insistance le capitaine est allé dire son mot à l’arbitre mais, avouons-le, cela ne se voit pas tous les jours sur un terrain de football. Il s’agissait, en tout cas, d’un nouveau choix fort, qui a contraint les locaux à évoluer à neuf pendant un court instant, puis à dix pour les 40 dernières minutes. Pas forcément dans un grand jour dans le jeu, les Sarrazins n’ont, en plus, pas été épargnés pas les événements. Sur ce coup-là, on comprend leur frustration et leur énervement.

Andi Ukmata s’est créé la seule occasion de la première mi-temps

Il faut, cependant, bien le dire: à onze comme à dix, les Vaudois ne se sont pas montrés très inspirés sur une pelouse qui, malgré la pluie tombée ce week-end, a parfaitement tenu le coup. Avant la pause, seul Andi Ukmata est parvenu à se mettre en évidence à une reprise, mais son centre, après un joli numéro côté droit, ne pouvait être redirigé dans les filets par un Valentin Dupuis bien placé. L’action avait le poids du 1-1, c’est vrai, mais cela a été la seule véritable alerte devant les buts valaisans en première période. Trop peu pour espérer mieux.

L’égalisation était à portée de main

Pendant ce temps-là, Martigny touchait, tout de même, deux fois les montants d’Eren Sahingöz, à nouveau très bon dans les cages. Un coup de chance qui a permis à La Sarraz-Eclépens de rester au contact et d’y croire jusqu’au bout. Des occasions pour revenir au score? Il y en a eu deux énormes, en fin de match, que les Sarrazins pourront ajouter à leur longue liste de regrets de cet automne. Andi Ukmata, se frayant un chemin dans l’arrière-garde ultra-compacte adverse, s’est retrouvé seul face au gardien avant de lui buter dessus, et le superbe tir direct enroulé de Mohammed Rabhi a frôlé le poteau dans les tous derniers instants. Dommage, même malmenés, les néo-promus sont à nouveau passés tout prêt d’engranger des points. Et on espère, sincèrement, que ceux-ci ne viendront pas à leur manquer.

Faire au moins aussi bien pour les matches retours, maintenant

«On a fait avec nos moyens, comme toujours, concluait «Charly» Karlen dans le style qui le caractérise si bien. Ils avaient les deux ou trois joueurs d’expérience qui leur ont permis de faire la différence et sur lesquels, à l’heure actuelle, on ne peut pas compter». Il faudra, toutefois, réussir à faire sans pour se sauver. Maintenant qu’elle a affronté chaque équipe une fois, La Sarraz-Eclépens a prouvé en être capable et avoir le niveau de la 1re ligue. Avec la pression inhérente au second tour lorsqu’on se bat pour sa place, il faudra faire, au moins, aussi bien au printemps. Et cela ne sera pas chose aisée.

Un compte-rendu de Florian Vaney

Le plan-fixe

En Gravey.

FC La Sarraz-Eclépens

0

Sahingöz;
De Benedictis, Funcasta, De Matos (55e Diallo), Sakiri;
Hasanovic, Bozic;
Dupuis, Sery Bi, Martini (67e Rabhij);
Ukmata (76e Hysenaj).
Entraîneur: Jean-Philippe Karlen.
55e, expulsion d'Elmedin Hasanovic (deuxième avertissement).

FC Martigny-Sports

1

6e Delgado, pen. 0-1

Da Cruz;
Louro, Yerly, Delgado, Baqueiro;
Orsi, R. Mehmetaj, Meite, H. Mehmetaj (59e Ndongabi);
Derivaz (67e Aloa), Constantin (86e Biljali).
Entraîneur: Ugo Racsynski

À lire également