Toute l'actualité du football Vaudois

«Je ne savais pas que c’était un joueur»

La personne d'Iliria mise en cause par Bosna dans l'agression de mardi donne sa version des faits.

Coupe vaudoise - 26 août 2016

La personne d'Iliria mise en cause par Bosna dans l'agression de mardi donne sa version des faits.

Fehmi Sylaj a convoqué son comité mercredi pour une mise au point. Le président d’Iliria Payerne, qui n’était pas présent au match mardi soir, a eu connaissance tout de suite que quelque chose de grave s’était passé au Stade Municipal, où son équipe accueillait Bosna pour le compte du tour préliminaire de la Coupe vaudoise. Alors, le président a voulu aller au fond des choses et a demandé à toutes les personnes présentes et impliquées dans cette affaire de s’expliquer. « Ce qui m’a été dit, et que je vous livre tel quel, c’est que ce n’est pas aussi grave que ce qui a été avancé par Bosna, Oui, il s’est passé des choses et oui, je les condamne, comme je condamne toute forme de violence. Mais les personnes présentes trouvent que Bosna en a rajouté un peu dans les témoignages », commence le président.

« Moi c’était clair: personne ne passe »

Ismet Mavraj, notamment, a des choses à dire. Son rôle pendant la soirée? Il était préposé à la porte d’entrée et c’est lui qui n’a pas voulu laisser entrer le joueur de Bosna qui avait été remplacé. Dès lors, le ton est monté et le joueur bosnien a été victime de blessures légères, comme cela a été dit depuis le début. « Tout cela, c’est vrai. Mais ce qu’il faut dire aussi, c’est que je ne savais pas que c’était un joueur. Il est arrivé vers la grille et a demandé de l’ouvrir. Moi, c’était clair: personne ne passe. C’était ma consigne et c’était pour assurer la sécurité de tout le monde, joueurs et entraîneurs des deux équipes. C’était chaud pendant le match et je ne savais pas quelles étaient les intentions de l’homme qui s’approchait. Qu’est-ce qu’il avait dans son sac? Je ne pouvais pas le savoir, d’autant qu’il était agressif. Et il n’avait pas un sac de foot aux couleurs de Bosna, mais un petit sac, et il portait une casquette. Je ne pouvais pas savoir qu’il était joueur et il ne me l’a pas dit. Sinon, je l’aurais laissé passer. Mais il a tapé fort contre la porte et il m’a touché au nez. Là, je l’ai bousculé aussi. »

Le joueur a-t-il été frappé comme il le prétend et comme le prouvent ses blessures légères? « Je ne sais pas. Je n’ai pas vu. En tout cas moi, je ne l’ai pas frappé. Ce qui s’est passé dans mon dos, je ne le sais pas », continue Ismet Mavraj.

« Oui, il y a eu des mots et des menaces »

Une barre de fer a été saisie sur les lieux, ce que nous a confirmé un porte-parole de la Police cantonale vaudoise. Celui-ci nous a aussi dit que cette barre n’avait pas été utilisée pour donner des coups violents. Cela semble logique et plausible, sinon le joueur en question aurait eu plus que des blessures légères. « Moi, cette barre, je ne l’ai pas vue », dit Ismet Mavraj, désireux de faire en sorte que l’affaire se dégonfle. « Je ne dis pas qu’il ne s’est rien passé. Je dis que ce que j’ai pu lire et entendre ne correspond pas à la vérité. Oui, il y a eu des mots et des menaces, mais la situation n’a pas dégénéré au point que la vie de quelqu’un était en danger. Pas du tout. Quand la police est arrivée, tout était calme. »

Iliria va écrire un compte-rendu détaillé et chronologique des événements

Fehmi Sylaj, lui, a demandé un rapport détaillé des événements à son comité et va le transmettre à l’ACVF. « Je veux une chronologie claire. Qui a fait quoi, quand et comment. Et dans ce rapport, on écrira aussi si à notre avis une personne d’Iliria a fait quelque chose de mauvais. Ensuite, on laissera l’ACVF décider et on espère une décision juste, ni plus ni moins », explique le président.

Le dossier est entre les mains de Christophe Chaillet

Christophe Chaillet, président de la commission de discipline, confirme le calendrier. « Nous nous réunirons mardi soir et nous lirons les compte-rendus du FC Iliria Payerne et du FC Bosna Yverdon. Nous prendrons une décision ensuite. » Ce sera le 30 août. Et le mercredi 31 août aura lieu le tirage au sort du premier tour de la Coupe vaudoise, à Roche. Avec quel nom dans la boule? Il y a trois possibilités en fait, du point de vue sportif. 1) Une des deux équipes sera déclarée forfait si l’arrêt du match est de sa responsabilité. 2) Le match doit être rejoué, si aucune des deux équipes n’est tenue responsable de l’arrêt. 3) Les deux équipes sont disqualifiées, si les deux équipes sont tenues responsables de l’arrêt. A l’ACVF de jouer, en tenant compte du rapport de l’inspecteur fair-play, de celui de l’arbitre et des prises de position des deux clubs.

C-Iliria
C-Bosna

À lire également