Toute l'actualité du football Vaudois

Non, Donneloye n’est pas mort!

Sébastien Jaeggi et ses coéquipiers ont battu Venoge ce dimanche (4-3, réussite de Sonny Escolano à la 92e). Le premier pas d'un incroyable "comeback"? Les Oies y croient fermement!

2e ligue - 13 mars 2017

(Oneclick-photo.ch)

Sébastien Jaeggi et ses coéquipiers ont battu Venoge ce dimanche (4-3, réussite de Sonny Escolano à la 92e). Le premier pas d'un incroyable "comeback"? Les Oies y croient fermement!

Cet hiver, on s’est regardé dans les yeux au FC Donneloye. Qualifiés par beaucoup comme « la seule certitude de ce groupe 1 », en raison de leur retard sur la barre qui n’a cessé de croître durant l’automne jusqu’à atteindre les dix longueurs, Jérôme Thomas et ses coéquipiers n’avaient d’autres choix que de se remettre en question. Faire l’ascenseur? Ce n’est absolument pas dans les plans des Oies et ce serait, surtout, un énorme gâchis au vu de ce qu’elles sont en train de montrer. « Notre préparation s’est passée on ne peut mieux. On a disputé toutes les rencontres amicales qu’on souhaitait faire, c’était idéal. Mais, lorsqu’on connaît un premier tour aussi difficile à vivre que le nôtre, il faut parvenir à oublier le foot un moment », explique Christian Leuenberger.

Mettre de côté le foot pour un moment

Pour ce faire, l’entraîneur a lancé une idée très simple, qui a rapidement trouvé écho chez ses protégés: « On continue à s’entraîner deux fois par semaine mais, en parallèle, on ajoute à chaque fois une activité annexe à notre programme. Badminton, unihockey… on s’essaie à des sports différents. Cela nous fait du bien de passer un moment ensemble loin du terrain. » En proposant cela à ses joueurs, la volonté du technicien est claire: tirer une croix définitive sur un premier tour cauchemardesque et redynamiser ses troupes plongées dans une spirale négative qui n’en finissait plus.

« J’ai cru que cela recommençait »

« Honnêtement, lorsqu’on a encaissé le 3-3 contre Venoge, à la 89e, j’ai cru que cela recommençait. On n’avait déjà pas franchement été récompensé de nos efforts lors de nos deux premières sorties (défaites face à Stade Nyonnais II et Gland). Si on n’était pas parvenus à faire fructifier tous nos progrès sur ce coup-là, cela aurait été dur à admettre », avoue « Leuleu », qui a pu exulter trois minutes plus tard, lorsque Jérôme Thomas et Sonny Escolano combinaient pour aller tromper une dernière fois Raphaël Paudex. Des buts, le dernier nommé en a déjà enfilé douze cette saison, mais aucun, avant celui-ci, ne possédait une telle valeur symbolique.

Les trois points du déclic?

Non, la galère n’est pas loin derrière pour Donneloye. Le FCD est même en plein dedans, plus que jamais. Mais, si l’étape franchie ce week-end est infime sur le plan comptable, le passage est obligé du moment que les Oies entendent contester le sort qu’on leur dit promis depuis des semaines. Surtout, celle-ci pourrait avoir une valeur psychologique non-négligeable. « C’est le genre de victoires dont on a besoin pour créer un déclic », acquiesce Christian Leuenberger.

Profiter de l’instant

« Bien au-delà du résultat comptable, on a profité de ce dénouement pour apprécier le moment, poursuit « Leuleu ». Vous ne pouvez pas imaginer comme c’était beau. Cette réussite dans les tous derniers instants, la joie sur le visage des joueurs et des gens autour du terrain, c’était un tout grand moment de football pour nous. On a tellement pris l’habitude de parler d’avenir, du classement, du prochain match ou de la fin de la saison qu’on en oublie d’apprécier ces instants uniques. Ce qu’il s’est passé dimanche, indépendemment de notre situation et de tout le reste, c’était magnifique et ça compte beaucoup pour le club. »

« J’invite nos adversaires à nous sous-estimer »

Toujours est-il que ces instants, aussi intenses soient-ils, sont souvent plus beaux au sein de la plus haute catégorie amateure que dans son antichambre. « C’est pour cela que l’on veut se sauver, confirme le technicien du FCD. Une relégation, puisqu’il faut bien en parler, ne serait pas dramatique, mais cela signifierait probablement la perte de plusieurs joueurs. Et puis, à force de faire l’ascenseur, notre crédibilité en prendrait également un coup. Cependant, je vous l’assure, on est sur la bonne pente. À mon sens, nos adversaires font une grosse erreur en nous sous-estimant. Mais je les invite sincèrement à continuer, ça fait nos affaires. »

Donneloye se battra jusqu’au bout

Christian Leuenberger le sait, il devra également compter sur un petit coup de pouce de ses adversaires si le FCD entend se mêler à la lutte pour le maintien le plus rapidement possible, et prendre à la légère le déplacement au stade Dany Gavillet en fait clairement partie. À domicile, ses hommes seront transcendés, Venoge en a déjà fait les frais et ne sera certainement pas le dernier. Sur la route, les Oies n’auront rien à perdre, comme en atteste leur performance à Gland. « La seule chose que je peux vous assurer, conclut le boss de Donneloye, c’est que, tant qu’on sera mathématiquement encore en course pour la douzième place, il faudra compter sur nous. On n’est pas mort! »

Le plan-fixe

Stade Dany Gavillet

FC Donneloye

4

9e Velo 1-0

56e Thomas 2-2

61e Escolano 3-2

92e Escolano 4-3

Jaquier;
Durussel, Allard, Balla, Morina;
Keita, Velo, Da Costa, Jaeggi;
Escolano, Thomas.
Entraîneur: Christian Leuenberger.

FC Venoge

3

28e Demiri 1-1

37e Baali 1-2

89e Ferreira 3-3

Paudex;
Morel, Waldmann, Jovanovic, N. Pereira;
Monteiro, Demiri, Da Moura;
Baali, Da Costa, J. Pereira.
Entraîneur: Luis Rodrigues.

Donneloye-SolCréations

À lire également