Toute l'actualité du football Vaudois

Pas de regrets, Zurich était plus fort

Le Mont s'est incliné 0-2 sur sa pelouse de Baulmes mercredi, mais en montrant la bonne attitude.

Football d'élite - 10 août 2016

Le Mont s'est incliné 0-2 sur sa pelouse de Baulmes mercredi, mais en montrant la bonne attitude.

Serge Duperret et son club garderont, sans doute, un très bon souvenir de la venue du FC Zurich au Stade Sous-Ville de Baulmes ce mercredi. Il n’y a pas eu de victoire? «De toute façon, de nos 36 matches cette saison, ce n’était pas sur celui-là qu’on comptait le plus pour faire des points», répondra David Marazzi à l’issue de la rencontre. Effectivement, l’essentiel, et tout le monde l’avait bien compris en voyant le FCZ débuter la rencontre pied au plancher devant sa horde de supporters, se trouvait bien au-delà d’un simple point arraché face à l’ogre zurichois. Réaliser une bonne performance, jouer sans scrupule, confirmer la montée en puissance constatée après la victoire à Schaffhouse, voilà les premiers mots d’ordre. Ensuite, éviter tout incident et tout débordement lié à la sécurité et, quand même, profiter un peu d’une des plus belles affiches de son histoire que le club s’est donné le droit de disputer. Voilà les points sur lesquels Serge Duperret, John Dragani, Clause Gross, ainsi que l’intégralité du FC Le Mont, allaient avoir un œil très attentif ce mercredi soir.

Non, il n’y avait rien à faire face à ce Zurich-là

On évitera d’entrée de ranger ce match dans la catégorie «claque», comme cela avait pu être le cas après la défaite 0-3 en ouverture de saison face à Wohlen. Oui, Le Mont a perdu, et même par deux buts d’écart et sans parvenir à faire trembler les filets, mais l’équipe qui a mis les pieds sur le terrain de Sous-Ville ce soir n’avait rien à voir avec celle observée il y a deux semaines et demi. Appliqués défensivement, audacieux devant et clairement pas sur la réserve au niveau de la débauche d’énergie, les hommes de John Dragani ont livré une prestation pleine, qui aurait probablement suffi à tenir en échec, au minimum, la plupart des formations de ce championnat.

Le problème, c’est qu’en face se trouvait le grand FCZ, celui qui fait briller des noms comme Andris Vanins, Armando Sadiku, Alain Nef ou encore Oliver Buff sur ses maillots, celui qui, il n’y a pas si longtemps, était encore le plus grand rival du FC Bâle, celui qui peut se vanter d’être le dernier à avoir accroché son nom au palmarès de la Coupe de Suisse… Et, mercredi soir, malgré les kilomètres, le froid et le vent, Zurich n’a pas tremblé une seconde au moment de venir chercher une troisième victoire en quatre matches cette saison. Une ouverture du score en deux temps, juste avant la mi-temps, signée Oliver Buff, ainsi qu’une merveille de frappe enroulée des vingt mètres de Marco Schönbächler pour classer l’affaire, en fin de match, et la troupe d’Uli Forte pouvait repartir du Nord-vaudois aussi tranquillement qu’elle était arrivée, non sans avoir transpiré un peu, quand même, entre deux.

Fc Le Mont vs Fc Zurich 0-2

David Marazzi, symbole de la montée en puissance de l’équipe

La «faute» au FC Le Mont et à sa mentalité en tout point irréprochable. Mais… «Zurich c’est Zurich et Le Mont c’est Le Mont», rappelait David Marazzi, désireux de mentionner que son équipe avait fait avec les moyens du bord face à bien plus grand qu’elle. D’ailleurs, qui mieux que David Marazzi pourrait illustrer les changements au sein de ce groupe en à peine plus de deux semaines? On l’avait trouvé un peu lent, pas forcément très en jambes face à Wohlen. Ce soir, il était là, à chaque fois que les Vaudois ont passé le milieu de terrain, quasiment dans tous les bons coups de son équipe, sans compter son apport lorsqu’il fallait courir après le ballon et gêner l’adversaire dans l’entre-jeu. Placé un, voire deux, crans plus haut que lors du premier match, au milieu du terrain, l’homme a pu, semble-t-il, nettement plus s’épanouir ainsi. Évidemment, à l’image de l’immense majorité de ses coéquipiers, David Marazzi a aussi perdu quelques ballons, en essayant de trouver la passe parfaite, la touche de balle supplémentaire pour effacer un Zurichois… Mais c’est, justement, cela qui a fait le charme de cette équipe ce soir. Et absolument chaque joueur a adopté l’attitude qu’il fallait.

Fc Le Mont vs Fc Zurich 0-2

Déstabiliser le FCZ ? Tout le monde s’y est employé

John Dragani a demandé à ses joueurs de se faire plaisir, de jouer leur jeu» et de ne pas avoir peur de bousculer le grand et c’est exactement ce qu’on a vu des Montains ce soir. Un bloc compact derrière, qui a su se tirer sans trop de dégâts des multiples situations chaudes dans la surface de Zivko Kostadinovic, et une ligne offensive qui a tout osé pour défaire la parfaite organisation suisse-allemande. Helios Sessolo et Santiago Feuillassier ont tenté de déstabiliser par leur technique balle au pied, Ridge Mobulu grâce à son habileté et sa pointe de vitesse, et les latéraux, Jetmir Krasniqi, surtout, ainsi que Daniel Titie en s’appropriant les couloirs et en n’ayant pas peur de s’aventurer loin de leur base.

Au final, rien n’y a fait, et les occasions ont quand même été une denrée rare. On retiendra surtout ce tir, un peu trop centré, de David Marazzi en début de match, à la suite d’un joli mouvement avec Sessolo, Feuillassier et Ibrahim Tall, en début de match, et ce centre tendu, parfait, de Ridge Mobulu, à qui il a juste manqué quelqu’un à la réception. Pour l’état d’esprit, la détermination et la débauche d’énergie, Le Mont aurait mérité que quelqu’un s’y trouve. Cela aurait pu être Patrick Bengondo, mais blessé, celui-ci a abdiqué à l’échauffement. Sans avant-centre de métier, Luis Pimenta étant out, Le Mont a dû jouer avec le « petit » Santiago Feuillassier devant. Un peu léger physiquement face à Nef et Kecojevic, peut-être…

David Marazzi: «L’équipe peut repartir grandie»

Pas de quoi démotiver le solide David Marazzi, qui tire, également, beaucoup de positif de ce match: «Pas de regrets, on peut le dire comme ça. On a joué notre jeu, on a bataillé avec nos armes et on a essayé d’être le plus solide défensivement contre ce FC Zurich. On peut se montrer un peu déçu de prendre ce but juste avant la pause mais, on était au courant, ils n’ont pas besoin de beaucoup d’occasions pour la mettre au fond. On savait qu’on n’avait rien à perdre, alors on a tenté et on a joué notre chance à fond. Cela n’a pas suffi, mais je pense qu’il y a énormément de positif à retenir de ce match. David n’a, certes, pas battu Goliath, mais l’équipe peut repartir grandie de cette confrontation».

Un compte-rendu de Florian Vaney

Fc Le Mont vs Fc Zurich 0-2

Le plan-fixe

Stade Sous-Ville, 1300 spectateurs. Arbitrage de M. Erlachner.

FC Le Mont-sur-Lausanne

0

Kostadinovic;
Krasniqi, Tall, Marque, Titie;
Ndzomo;
Mobulu, Carvalho (62e Savic), Sessolo, Marazzi (86e Khelifi);
Feuillassier.
Entraîneur: John Dragani

FC Zurich

2

42e Buff 0-1

82e Schönbächler 0-2

Vanins;
Brunner, Nef, Kecojevic, Voser;
Sarr, Kukeli;
Winter (71e Schönbächler), Buff (78e Cavusevic), Rodriguez (83e Marchesano);
Sadiku;
Entraîneur: Uli Forte

À lire également