Toute l'actualité du football Vaudois

Azzurri-Facchinetti
Azzurri-Generali
Azzurri-Novotel

Patrick Isabella et Azzurri: acte II

Antonio D'Attoli a rappelé son ancien entraîneur, qu'il avait licencié en février. Et "Zabou" a dit oui. Mais samedi face à Kriens, en Coupe de Suisse, c'est le président qui sera sur le banc!

1re ligue - 12 septembre 2016

Antonio D'Attoli a rappelé son ancien entraîneur, qu'il avait licencié en février. Et "Zabou" a dit oui. Mais samedi face à Kriens, en Coupe de Suisse, c'est le président qui sera sur le banc!

Ils ne s’étaient pas quittés en mauvais termes et ils avaient bien pris soin de nous le dire, au mois de février (lire ici). Ils? Antonio D’Attoli et Patrick Isabella. Le président d’Azzurri et son ancien entraîneur se sont revus ces derniers jours, avant même que Patrick Muller ne donne sa démission lundi (lire ici). Et ils ont convenu qu’ils pouvaient à nouveau travailler ensemble. Ce mardi matin, la confirmation a été apportée par Antonio D’Attoli lui-même: « Zabou » est de retour sur le banc d’Azzurri.

« Il est l’homme de la situation pour redresser cette équipe »

« Nous nous sommes séparés en février, c’est vrai, mais la situation a changé. M. Isabella hérite d’un groupe de joueurs plus sain, moins compliqué à gérer. Le vestiaire a été assaini et il est l’homme de la situation pour redresser cette équipe », commence par dire Antonio D’Attoli. Le nouvel entraîneur d’Azzurri a le temps pour le faire, vu que la saison vient à peine de débuter. Rien n’est perdu pour Azzurri, même si le retard sur la tête du championnat est déjà de sept points. « Mais je n’ai pas besoin de la première place. L’objectif, c’est les finales », continue le président.

« Zabou » sait où il met les pieds

Patrick Isabella, qui avait passé deux ans et demi à la tête d’Azzurri avant de partir en février, connaît bien la maison. Et il sait comment composer avec Antonio D’Attoli, président passionné et très présent. Patrick Muller a découvert comment fonctionnait le boss d’Azzurri au quotidien, mais Patrick Isabella, lui, sait exactement où il met les pieds. « Oui, mais de nouveau, beaucoup de choses ont changé dans l’équipe depuis février. Et il a eu de bons résultats, il ne faut pas l’oublier. Il a amené l’équipe deux fois tout près des finales. C’est vrai, on ne les a pas atteintes, mais tout n’était pas de sa faute, loin de là. Je sais que les joueurs sont responsables de beaucoup de choses. C’était vrai hier, c’est vrai aujourd’hui », continue Antonio D’Attoli.

Un petit coup de pression sur les joueurs

Le président n’hésite ainsi pas à mettre un coup de pression sur ses joueurs, auteurs d’un début de championnat décevant: « Ce sont eux qui sont sur le terrain et qui sont décevants. Patrick Muller a dû partir, mais j’attends d’eux qu’ils augmentent le niveau, maintenant. Déjà, j’attends de Roberto Elefante, Lyazid Brahimi, Lionel Mallein et Samuel Gomis, mes cadres, qu’ils accueillent Patrick Isabella de la meilleure des manières possible. Mais je n’ai pas trop de crainte à ce niveau-là: le vestiaire est bon. Et je tiens à souligner qu’un gars comme Lyazid Brahimi y contribue énormément. Il fait beaucoup de bien à ce groupe, il est un leader et je veux qu’il continue comme ça ». Des mots clairs de la part du président.

Le président coachera samedi face à Kriens!

Voilà donc Patrick Isabella de retour à Azzurri pour un Acte II qui sera forcément intéressant à suivre. Débutera-t-il dès ce samedi face à Kriens en Coupe de Suisse lors de ce week-end du Jeûne? « Non! », coupe Antonio D’Attoli, à notre grande surprise. « Il a quelque chose de prévu de longue date et il ne sera pas là. Il va bien sûr commencer les entraînements cette semaine et me donner son avis sur le groupe, mais samedi, c’est moi qui coacherai. » Pardon? Antonio D’Attoli entraîneur lors de ce 16e de Coupe de Suisse? « Parfaitement, je vais me la jouer comme Constantin. Je serai sur le banc et j’espère bien gagner! ».

« C’est juste une parenthèse »

Si Azzurri (1re ligue) sort Kriens (Promotion League), Antonio D’Attoli ne sera-il pas tenté de prolonger son séjour sur le banc? Le président rigole franchement: « Si on se qualifie, je licencie Patrick Isabella sur le champ et je garde l’équipe. Je rigole, bien sûr. Comme je vous l’ai dit, c’est juste une parenthèse. C’est un match spécial pour nous, mais juste avant et juste après, il sera l’entraîneur d’Azzurri à 100%, je vous rassure. »

Azzurri-Generali
C-Azzurri 90 LS
AA nos partenaires
Azzurri-Novotel
AD Une type
Azzurri-Facchinetti

À lire également