Toute l'actualité du football Vaudois

Romain Dessarzin punit un valeureux Stade-Lausanne

Les Stadistes ont été bons samedi face à Winterthour, mais ils ont manqué de réalisme. L'attaquant vaudois du FCW a lui a marqué sur sa première occasion. Toute la différence.

Coupe suisse - 17 septembre 2016

Les Stadistes ont été bons samedi face à Winterthour, mais ils ont manqué de réalisme. L'attaquant vaudois du FCW a lui a marqué sur sa première occasion. Toute la différence.

Il avait déjà fait le coup à Yverdon Sport, il y a un mois, Romain Dessarzin. L’attaquant de Winterthour avait ouvert la marque et l’équipe vaudoise de 1re ligue s’était faite éliminer. Samedi à Vidy, même scénario, même homme, même résultat. C’est confirmé: Romain Dessarzin n’aime pas les Vaudois et fait tout pour les sortir de la Coupe. Après Yverdon et le SLO, il lui aurait resté un chef d’oeuvre à accomplir en Coupe de Suisse: éliminer le Lausanne-Sport, son ancienne équipe. Mais Köniz lui a épargné ce plaisir…

De très belles séquences de jeu collectif pour Stade

On l’a compris, Winterthour a battu le SLO samedi à Vidy sur un score sans appel (0-3) mais beaucoup trop sévère. Stade-Lausanne a largement fait jeu égal avec son adversaire du jour, le trimbalant même par moments au cours d’impressionnantes séquences de jeu collectif. Avec un 4-3-3 un peu plus défensif que d’habitude (Kevin Pianaro, positionné devant à gauche, a plus défendu qu’attaqué), le SLO était bien en place et a pu déployer un jeu de qualité. Le match a ainsi été plaisant et équilibré et il n’y avait, c’est sûr, aucun « petit » et aucun « grand » dans ce match. Winterthour, c’est vrai, a eu deux belles occasions d’entrée. mais Robin Enrico était attentif et il s’agissait de tout sauf d’un début d’incendie.

Sonny Kok perd son face à face, Romain Dessarzin gagne le sien

Et c’est Stade qui, au contraire, a eu la plus grosse occasion de la première période lorsque Sonny Kok s’est présenté seul devant Matthias Minder à la 33e, parfaitement lancé en profondeur. L’attaquant du SLO, tellement décisif face à Wil au tour précédent (4-2), a alors décidé de frapper près du gardien. Mauvaise idée: le portier de Winti a pu détourner ce ballon et remporter ce face-à-face. Deux minutes plus tard, de l’autre côté, Romain Dessarzin pouvait marquer en position beaucoup moins favorable. Le coup dur. Et surtout, un avantage pas vraiment mérité pour Winterthour, mais Stade ne peut s’en prendre qu’à lui-même: quand on rate une occasion contre un gros, en général celui-ci ne pardonne rien. C’est exactement ce qui s’est passé ce samedi à Vidy.

 

Fc Stade-Lausanne-Ouchy vs Fc Winterthour 0-3

Toutes les images du match en cliquant sur ce lien

 

La 33e minute, le vrai tournant du match

Dès lors, avec un but de retard, tout devenait plus compliqué pour Stade-Lausanne, surtout qu’il y avait de gros regrets à la pause dans les regards lausannois. Parler de « tournant du match » est souvent exagéré, mais là, on ne peut pas trouver meilleure expression pour désigner ce qui s’est passé entre la 33et la 35e. Parce que si Winterthour s’était retrouvé mené au score, tout comme Wil y a un mois, alors il est fort probable que les Zurichois auraient été beaucoup, mais alors beaucoup, moins sereins en deuxième période.

 

Fc Stade-Lausanne-Ouchy vs Fc Winterthour 0-3

 

Le SLO a fini avec six joueurs offensifs

Stade a poussé, encore, après la pause, se créant encore quelques possibilités nettes, même si aucune n’a été aussi immense que celle de la 33e. En fait, Winterthour tenait bon, sans chercher à aller marquer le 0-2. Et donc, vu que Winti n’était pas dangereux, Stade s’est fabriqué lui-même le 0-2 à la 77e… Une erreur défensive flagrante, qui a tué le match et offert la qualification à des visiteurs très chanceux sur ce coup-là. Dès lors, Stade a attaqué sans compter, Andrea Binotto finissant la partie avec six joueurs offensifs (Ahmed Mejri, Nicolas Tebib, Andreas Soos, Carl Martinet, Brice Ngindu et Sonny Kok), sans succès. Sonny Kok a encore eu une grosse possibilité, de volée, mais c’est au contraire Winterthour qui a inscrit un très anecdotique 0-3 à la toute dernière seconde. Fin du rêve.

Stade battu deux fois de suite à domicile!

L’histoire retiendra que Stade est sorti de la Coupe de Suisse au stade des 16es, ce qui n’a rien d’infâmant, mais aussi que les hommes d’Andrea Binotto restent désormais sur deux défaites 0-3 à la maison, après la claque reçue par La Sarraz-Eclépens, dans un autre style. Cela n’est évidemment pas une tendance, et le SLO a déjà réagi en allant gagner entre deux à Naters, mais c’est assez rare pour être signalé: Stade-Lausanne peut perdre des matches. Cette fois, c’était face à plus solide et réaliste que lui, pas face à plus fort. Car Winterthour n’était pas la meilleure équipe sur le terrain ce samedi à Vidy.

 

Fc Stade-Lausanne-Ouchy vs Fc Winterthour 0-3

Toutes les images du match en cliquant sur ce lien

 

Les hommes du match

Enorme match de Fabian Geiser en défense centrale. En première période, il a rattrapé une ou deux petites erreurs de placement de son compère Jonathan Mabanza et il a effectué un vrai match de patron, dans son style. Rattrapé par la fatigue, il a commis une ou deux petites erreurs de jugement en fin de match, anticipant mal sur une ou deux interventions. Mais globalement, il mérite une excellente note vu la qualité de sa prestation. Evidemment, jouer face à une équipe de Challenge League ne lui fait pas peur, mais il a une fois de plus démontré qu’il ne passait jamais au travers dans les grands matches. Sinon? Axel Danner a été fort, sans surprise, tout comme Andy Laugeois, une nouvelle fois énorme à mi-terrain. Là aussi, on s’y attendait un peu.

Fc Stade-Lausanne-Ouchy vs Fc Winterthour 0-3

Toutes les images du match en cliquant sur ce lien

Le plan-fixe

Stade Juan-Antonio Samaranch

Stade-Lausanne-Ouchy

0

Enrico;
Danner (82e Soos), Geiser, Mabanza (73e Martinet), Rego;
Fungilo, Laugeois, Mejri;
Ngindu, Kok, Pianaro (63e Tebib).
Entraîneur: Andrea Binotto

FC Winterthour

3

35e Dessarzin 0-1

77e M. Sutter 0-2

90e M. Sutter 0-3

Minder;
Avanzini, Katz, D. Russo, Schättlin;
Dessarzin (82e Nsiala), Radice (66e Sliskovic), Mangold, N. Sutter (83e Kamber);
M. Sutter, Silvio.
Entraîneur: Sven Christ

À lire également