Toute l'actualité du football Vaudois

USTS-Haut3-SportService
USTS-Haut4-Stohler

Terre Sainte ne veut pas s’attarder en 2e ligue inter

Quelques semaines à peine après la relégation, l'USTS a retrouvé toute son ambition.

2e ligue inter - 22 juillet 2016

Quelques semaines à peine après la relégation, l'USTS a retrouvé toute son ambition.

«Si on doit s’incliner face à plus fort que nous, alors on leur tirera notre chapeau, on acceptera notre défaite et on rempliera pour une année de plus en 2e ligue inter. Mais je peux vous assurer qu’on fera tout notre possible pour terminer premier de ce groupe et remonter directement. De toute façon, soit on joue le maintien, soit on vise la promotion. Dans notre position, en étant descendu de 1ere ligue, et avec l’état d’esprit de compétiteur qui nous habite, on n’a pas le choix!». Si personne n’en doutait vraiment, on a, tout de même, préféré attendre que cela sorte de la bouche de Dominique Coehlo pour l’écrire en grand: non, l’US Terre Sainte n’a pas prévu de s’acharner sur son sort et de s’installer durablement en 2e ligue inter. La première équipe est de retour sur les terrains après sa relégation du dernier exercice, et est bien décidée à prendre les choses en main.

Dominique Coelho comme chef de file

Première incertitude levée, Dominique Coelho sera bel et bien l’entraîneur de la «Une» cette saison. Arrivé en janvier dernier au club, le technicien avait connu une première expérience à la tête de la deuxième équipe, avant d’être promu aux manettes de la première, à quatre matches de la fin du championnat, en lieu et place de Patrick Duval, dans l’espoir créer l’électrochoc qui devait permettre aux Coppétans de se maintenir. Si la mission a échoué, elle était bien trop ardue pour que quiconque en tienne coach Coelho pour responsable, et c’est en toute logique que celui-ci s’est vu confier les rênes de l’opération promotion.

Celle-ci ne sera, certes, pas beaucoup plus aisée que l’opération sauvetage de mai dernier, mais cette fois, au mois, ce dernier aura le temps de faire passer son message: «À la base, tout était arrangé, ou presque. Patrick Duval finissait la saison avec la première et je prenais sa place une fois celle-ci terminée. Mais comme on se devait de trouver une solution pour éviter la relégation, j’ai été propulsé en tant que coach de la «I» un peu plus vite que prévu. Mais il n’y a aucune surprise là-dedans, c’était prévu que je sois leur coach cette année depuis un petit moment».

Le principal changement? Le coaching

À la suite de la défaite lourde de sens face à Yverdon, le 14 mai dernier, synonyme de relégation, le nouveau boss de l’US Terre Sainte nous avait assuré que des idées et des changements pourraient être nécessaires pour redynamiser l’équipe fanion. Qu’en est-il aujourd’hui? «Pour être honnête, le principal changement va s’effectuer au niveau du coaching.  Loin de moi l’idée de dénigrer tout le très bon travail réalisé par Patrick Duval avant moi, pendant neuf ans. Malgré tout, j’ai terminé mon diplôme ASF et on remarque que les méthodes de travail et d’apprentissage ne sont plus tout à fait les mêmes. Désormais, nos joueurs s’entraînent de manière très différente. Si c’est une bonne chose pour eux? J’ai bon espoir, mais c’est impossible à dire pour le moment, on en saura plus lorsque le championnat aura repris». A noter que Patrick Duval a depuis retrouvé un club, lui qui est désormais l’entraîneur principal de l’ES Saint-Joeire La Tour, en Promotion d’Excellence.

Donner une identité locale aux clubs

L’USTS ne s’est, toutefois, pas arrêtée à ce changement de méthode. Autre mesure, et bonne idée, prise par le club: faire revenir des têtes connues aux Rojalets. «On avait à cœur de redonner une identité aussi locale que possible au club, en faisant revenir certains anciens. Par conséquent, on est heureux d’annoncer qu’Arnaud Golay et Diego Sessolo nous rejoignent pour la saison à venir». Autre arrivée sur la Côte, celle d’Amar Lakrout. L’ancien attaquant de Bienne, notamment, poursuit sa carrière à un niveau qu’il connaît bien, pour avoir passé le dernier exercice du côté du CS Chênois.

Terre Sainte évoluera avec une équipe de 1re ligue

Mis à part ces trois arrivées ainsi que les quelques départs que celles-ci ont compensé (celui de Romaric Nya Ngatcha à Bavois étant le plus important), l’effectif coppétan aura tout de celui de la saison dernière. Une bonne chose lorsqu’on sait qu’il ne lui a manqué que trois ou quatre points pour se maintenir en 1ère ligue: «On a misé sur la stabilité, avec un effectif qui devrait être de 24 joueurs. C’est idéal pour les matches de préparation, lors desquels on a l’occasion de faire deux équipes en changeant tous les joueurs à la mi-temps. On peut véritablement commencer à travailler sérieusement, en vue de notre premier match de championnat, le mardi 16 août, à Meyrin. En tout cas, ça fait plaisir de voir que tous les joueurs sont aussi impatients que nous que ça recommence».

Avec Aigle comme seul représentant vaudois

Ce déplacement à Meyrin ne sera, d’ailleurs, de loin pas le seul du côté de Genève. Et si, à un quart d’heure de route de Coppet, Genolier-Begnins aura le droit à pas moins de dix derbys vaudois (cinq aller-retour), Terre Sainte devra se contenter de retrouver Aigle, deux fois, comme seul rescapé vaudois dans ce groupe 1. Un problème? En tout cas pas pour le nouvel homme fort de l’USTS.

«Tout d’abord, je ne pense pas qu’il y ait un groupe plus ou moins faible ou fort. Globalement, se faire cette réflexion et différencier deux groupes de même catégorie ne fait pas beaucoup de sens, selon moi. Si l’on veut monter, on doit être la meilleure équipe, c’est tout. Bien sûr que cela sera dur, et bien sûr qu’on est entouré de très bonnes formations qui veulent la même chose que nous, mais on doit être capable de se surpasser, indépendamment de l’adversaire et du groupe. Et puis, comme on aspire à redevenir un club de 1re ligue, ce ne sont pas vraiment les déplacements qui nous gênent. Et si cela peut nous faire économiser un peu d’argent sur les déplacements, alors tant mieux pour tout le monde», explique Dominique Coelho.

La préparation? Elle se poursuit dès ce vendredi soir, après une bonne dizaine de jours d’entraînement dans les jambes, avec un premier match amical face à Aïre-le-Lignon. S’en suivront deux déplacements: pour aller affronter Bernex-Confignon, mardi, puis Collex-Bossy, vendredi. Trois rencontres aux allures particulièrement genevoises, à l’image de ce qui va attendre l’USTS toute la saison.

Un article rédigé par Florian Vaney

USTS-Haut4-Stohler
C-USTS
AA nos partenaires
USTS-Haut4-Stohler
USTS-Haut3-SportService
USTS-Haut2-Léman
USTS-Haut 1-Chavannes
USTS-Gauche 2-Founex
USTS-Gauche1-BW
USTS-Gauche3-Fiduciaire
USTS-Global

À lire également