Toute l'actualité du football Vaudois

Thierrens mise sur son fidèle guerrier

Guillaume Pasche, 31 ans, devient entraîneur de la première équipe. Il sera assisté d'une autre légende du Jorat, Jérôme Ruch. Cédric Martin reste dans le staff.

2e ligue inter - 9 février 2017

Guillaume Pasche, 31 ans, devient entraîneur de la première équipe. Il sera assisté d'une autre légende du Jorat, Jérôme Ruch. Cédric Martin reste dans le staff.

Le FCT, en difficulté dans le groupe 2 de 2e ligue inter, a terminé l’année 2016 avec Luc Lenoir à sa tête. Mais 2017 a vu le club du Jorat changer de patron pour sa première équipe, puisque « LL » a décidé de s’en aller. Les raisons? Disons pudiquement: un peu de tout, mais surtout pas mal de vie privée. Thierrens devait donc trouver un nouveau boss et le comité a décidé de se tourner vers une solution interne pour tenter de retrouver un peu de ces fameuses valeurs du Jorat, lesquelles existent encore lorsque la nécessité est là (comme lors du déjà mythique match du sauvetage au Locle en juin dernier) mais ne sont plus vraies au quotidien.

Thierrens doit retrouver le feu

Alors, le FCT a décidé de confier sa première équipe à l’un de ses plus fidèles guerriers, Guillaume Pasche. A 31 ans, le défenseur central ou milieu défensif n’avait encore jamais entraîné en actif, mais a déjà une petite expérience avec des juniors et  est en train de passer ses diplômes. En agissant ainsi, Thierrens envoie un message clair: redonner au club son identité de combat et d’amour du maillot. Ce n’est pas un secret, tout le monde l’a vu, tout le monde l’a senti: ces qualités-là ne sont plus aussi présentes aujourd’hui qu’hier. Mais dans le Jorat, il faut souvent juste une étincelle pour que le feu revienne. Et l’étincelle, en ce début d’année 2017, s’appelle Guillaume Pasche.

Il va se concentrer sur le coaching

Va-t-il encore jouer, d’ailleurs? « Non, je ne pense pas. Je garde évidemment mon passeport, mais je veux me concentrer sur mon rôle de coach, je ne pourrai pas tout faire », explique le principal intéressé. En clair, le patron désormais, c’est lui. « Bien sûr, tous les gars étaient mes coéquipiers ces dernières saisons, mais je pense qu’il n’y aura pas de souci en ce qui concerne l’autorité. On a déconné, on a passé des supers moments à la buvette et sur le terrain, on se connaît très bien. Mais ce qui prime, c’est le sauvetage du club. Et ça, tout le monde en est bien conscient », continue Guillaume Pasche, à ne pas confondre avec son presque homonyme Jean-Guillaume Pasche (FC Chavornay).


Jérôme Ruch, nouvel adjoint.

Une troupe de guerriers

Désormais les choses sont claires: ceux qui n’étaient pas prêts à tout donner ce printemps ont été priés de partir. Guillaume Pasche, fidèle à ses principes, veut créer une troupe de guerriers, à son image, en allant rechercher des joueurs qui s’étaient éloignés du club ces dernières années, mais aussi en attirant de nouveau éléments, attirés par le challenge du maintien au sein d’une équipe et d’un club pas tout à fait comme les autres. « C’est exactement ça l’idée. On veut retrouver cette identité, cet esprit de corps qui a fait notre force depuis le début. Mais on ne va pas oublier de jouer au football et pour ça, on est en contact avec pas mal de monde. Le FC Thierrens du deuxième tour n’aura pas grand chose à voir avec celui de 2016 », promet le nouveau technicien du FCT. Il le faudra: à mi-championnat, Thierrens est sous la barre avec certes un match en retard sur Farvagny-Ogoz.

Jérôme Ruch officiera comme adjoint

Guillaume Pasche ne sera pas tout seul à s’attaquer à la montagne qu’est le maintien puisque Jérôme Ruch, un autre fidèle du FCT, officiera comme adjoint. Cédric Martin reste lui dans le staff. Le duo Pasche-Ruch, voilà qui a de l’allure pour sortir le FCT de la gonfle. Affaire à suivre de près, mais une chose est sûre: il y aura énormément de motivation au Marais ce printemps. Si Thierrens coule, ce sera avec ses valeurs de toujours.

À lire également