Toute l'actualité du football Vaudois

Venoge sait toujours enflammer un match

Mené au score à deux reprises, le FCV a trouvé les ressources pour recoller face à Chêne Aubonne. Rien ne sera facile pour les hommes de Luis Rodrigues ce printemps, mais ceux-ci peuvent toujours compter sur les valeurs qui font leur force.

2e ligue - 15 mars 2017

(Oneclick-photo.ch)

Mené au score à deux reprises, le FCV a trouvé les ressources pour recoller face à Chêne Aubonne. Rien ne sera facile pour les hommes de Luis Rodrigues ce printemps, mais ceux-ci peuvent toujours compter sur les valeurs qui font leur force.

Luis Rodrigues ne calcule jamais! Quatre jours après avoir tout perdu dans les derniers instants face à Donneloye en cherchant à aller marquer le but de la victoire, le boss du FC Venoge a remis ça contre Chêne Aubonne. « Ce week-end, ça n’a pas fonctionné, mais c’est surtout parce que deux défenseurs sont venus se ravitaiiler alors qu’on frappait un coup-franc offensif. Le ballon a rebondi, est arrivé sur leur duo d’attaquants, ils sont partis à toute vitesse et on n’avait plus grand monde pour les arrêter », se défend le technicien. Le FCV a appris de ses erreurs et a fait vivre en véritable cauchemar aux Aubonnois dans la même situation, sans se découvrir le moins du monde derrière. Cela n’a pas suffi, les deux équipes ayant dû se contenter d’un point, mais cela en dit long sur l’attitude du néo-promu. Venoge est, sans doute, intrinsèquement moins fort qu’à l’automne. Mais il sait toujours comment enflammer un match.

Le FCV a fait parler le coeur et les tripes

Cela n’a échappé à personne mercredi soir. Dans le jeu, le FCV a terriblement souffert la comparaison face à Jérémy Delatour et ses coéquipiers. Pendant 25 minutes, les premières, les locaux ont à peine touché le ballon, baladés d’un bout à l’autre de leur terrain par un Chêne Aubonne inspiré. Leur solution pour s’en sortir? Mettre de côté la volonté de rivaliser techniquement avec leur adversaire, domaine dans lequel le FC Venoge était inférieur, et faire ressortir des valeurs toutes aussi importantes par une froide soirée de reprise en semaine. En clair? Mark Waldmann et ses copains ont laissé parler le coeur et les tripes, une qualité qui leur sera nécessaire s’ils entendent vivre une seconde partie de saison aussi fructueuse que la première.

Luis Rodrigues: « Tout miser sur l’attaque, c’est dans mon ADN »

S’ils ont pu mettre le feu au terrain du Rio dans les derniers instants, c’est bien que leur envie et leur courage ont permis aux hommes de Luis Rodrigues de rivaliser avec le fringuant Chêne Aubonne. « Tout miser sur l’attaque, c’est dans mon ADN, expliquait le boss du FCV. Cette saison, pour l’instant, cela nous a rapporté plus de points que ça ne nous en a coûté. Même si, effectivement, cela n’a pas fonctionné à Donneloye. » En l’occurrence, c’est Miguel Placido qui s’est retrouvé avec la balle de match dans ses pieds. Son lob, s’il a fait retenir son souffle à l’intégralité de l’assistance, a terminé sa course juste au-dessus de la transversale de Jérémy Delatour. Une petite déception pour Venoge, un gros ouf de soulagement pour Aubonne.

Chêne Aubonne à ça de passer au niveau supérieur

L’équipe dirigée par Roland Schaer, si elle déborde de potentiel, vient de manquer deux belles occasions de confirmer tout le bien qu’on pense d’elle. Avec six points pris sur leurs deux derniers matches, les Aubonnois trôneraient à la deuxième place, juste derrière Amical Saint-Prex. Contraint au nul dimanche à Assens (3-3, après avoir mené 0-2) puis, donc, face à Venoge (2-2, score final), le FCCA peut nourrir quelques regrets. Les individualités pour batailler tout en-haut du classement, il les a, un effectif modulable pour parer à presque toutes les éventualités, aussi. Et maintenant, en plus, Chêne Aubonne compte dans ses rangs un artificier de tout premier plan.

Nick Amougou ne manque jamais le cadre

Son nom? Nick Amougou! Discret pour son premier match sous ses nouvelles couleurs, où il n’a joué que 55 minutes, l’ancien buteur de Terre Sainte et du Stade Nyonnais a ensuite démontré pourquoi son arrivée au Chêne n’était pas anodine du tout. Un triplé face au FCA, un doublé contre Venoge et le nom du Camerounais est déjà sur toutes les lèvres. L’homme est un vrai buteur, fourbe et capable de marquer dans toutes les situations. Un solo rondement mené et conclu avec sang-froid, un retourné acrobatique: sa performance à Penthaz parle pour lui. Et lorsqu’on sait que l’homme revient de blessure et n’a plus joué depuis des mois, on se dit qu’il pourrait faire encore beaucoup parler de lui ces prochaines semaines.

Amadou Sow en numéro 6, la bonne idée de Roland Schaer

Nick Amougou est tellement impressionnant et prend une telle place aux avant-postes que son entraîneur peut même se permettre le lux de faire reculer Amadou Sow en numéro 6. Un buteur en tant que milieu défensif? Le pari peut sembler risquer, mais quel ratissage de terrain de l’ancien attaquant du BRP! Une véritable sentinelle à mi-terrain. Peu importe où il est positionné sur la pelouse, on ne vole pas comme ça le ballon au puissant Amadou. Reste que, privé du génial Shkodran Muslija, notamment, Chêne Aubonne n’est pas parvenu à gérer ses deux avantages au score. Dès lors que le néo-promu est allé beaucoup plus franchement dans les duels et n’a pas hésité à mettre le pied, tout est devenu beaucoup plus compliqué pour les Aubonnois. Ceux-ci devront, sans doute, accepter de donner encore un peu plus d’eux-mêmes sur le plan physique s’ils entendent aller au bout. Voilà, peut-être, l’une des seules choses capables de freiner le FCCA dans sa marche en avant.

Venoge a réduit sa marge de manoeuvre

Au FC Venoge, le message n’est plus tout à fait le même. Un hiver remplit de déceptions a succédé à l’automne complétement fou de club basé à Daillens, Penthaz et Penthalaz. En plus de la blessure de Léonard Loba, Luis Rodrigues a perdu son attaquant Alberto Afonso et, surtout, sa pièce maîtresse: l’habile Serginho, récupéré par Porto Lausanne. Une départ qui fait mal et qui prive surtout le FCV d’un créateur de jeu. Soyons clair, Venoge est loin d’être en danger, d’autant qu’il se remet à peine d’une préparation compliquée et que, par conséquent, sa marge de progression est encore grande. Mais disons qu’après un premier tour historique, la troupe de Luis Rodrigues pouvait, légitimement, s’attendre à avoir une carte à jouer ce printemps. C’est toujours le cas, mais sa marge de manoeuvre est à présent nettement plus restreinte.

Le plan-fixe

Terrain du Rio, Penthaz.

FC Venoge

2

40e Tshiboko 1-1

85e Da Costa 2-2

Paudex;
Morel, Waldmann, Junod, N. Pereira;
Monteiro (87e Von der Mühli), Menana (70e Almeida), Da Moura;
Baali (65e Placido), Tshiboko, Demiri.
Entraîneur: Luis Rodrigues.

FC Chêne Aubonne

2

20e Amougou 0-1

69e Amougou 1-2

Delatour;
Constantin, Arnéra, Hängärtner, Almeida (64e Durrer);
Matthey (67e Tauber), Gaillard, Sow, Hofer;
Colsa, Amougou.
Entraîneur: Roland Schaer.

À lire également