Toute l'actualité du football Vaudois

Venoge est paré pour les finales, La Vallée nettement moins pour la sienne

Le match de mardi soir n'a pas laissé de place aux doutes, les hommes de Luis Rodrigues s'imposant 5-0. Termineront-ils premiers ou deuxièmes du groupe 3? Le dernier match face à Champagne en décidera. De son côté, le FC Vallée de Joux est toujours en danger de relégation, ce que personne ne croyait possible. Samedi, il faudra être costaud face à Champvent II.

3e ligue - 31 mai 2016

Le match de mardi soir n'a pas laissé de place aux doutes, les hommes de Luis Rodrigues s'imposant 5-0. Termineront-ils premiers ou deuxièmes du groupe 3? Le dernier match face à Champagne en décidera. De son côté, le FC Vallée de Joux est toujours en danger de relégation, ce que personne ne croyait possible. Samedi, il faudra être costaud face à Champvent II.

Le FC Venoge n’a pas fait beaucoup de bruit ces dernières semaines, ne connaissant, il faut aussi le dire, pas forcément la période la plus aisée de son championnat jusqu’à présent. Pourtant, les hommes de Luis Rodrigues sont prêts, et bien prêts. Oubliée, la déconvenue du week-end dernier contre Baulmes (défaite 2-3 à domicile)! Mardi soir, ceux-ci n’ont pas fait d’états d’âme face au timide et, surtout décimé, La Vallée de Joux, s’imposant 5-0. Existait-il un réel doute sur le sort de cette partie? Pas vraiment, Bill Muirhead, le président de La Vallée, nous confiait même que ce n’était pas ce soir qu’il était descendu en plaine pour prendre des points. Si le moindre doute planait encore, celui-ci s’est envolé en même temps que le 2-0 inscrit à la… 17e minute.

Non, La Vallée a un match bien plus important à appréhender, sa «finale» à lui, face à Champvent II, samedi à 19h. Et là, il sera vraiment question de faire des points! Une seule unité leur assurerait, d’ailleurs, un avenir en 3e ligue. Cet avenir en 3e ligue, c’est ce que Venoge cherchera à tout prix à éviter dans les prochaines semaines. Les inconnues? Elles sont nombreuses, à commencer par ses adversaires au mois de juin, qui peuvent être… n’importe qui (à part Champagne, ça va de soi), Venoge ne sachant pas encore s’il terminera premier ou deuxième. Une chose est sûr, le FCV arrive en play-off avec un contingent quasiment au complet ainsi qu’un atout non-négligeable, son état d’esprit prêt à soulever des montagnes.

Luis Rodrigues: «Convaincant? Effectivement, plus que ce week-end contre Baulmes en tout cas»

Un mot rapide sur le match? Venoge a été convainquant, joueur et perfectionniste, marquant cinq goals, la majorité issu de très beaux mouvements, et n’en encaissant aucun. Malgré tout, il faut bien avouer que la venue d’une équipe aussi souffrante à Penthalaz n’était clairement pas le meilleur test pour le leader du championnat, à une semaine du début des finales.

«Convaincant? Effectivement, plus que ce week-end contre Baulmes en tout cas, où l’on n’a vraiment pas été bons. On a réussi à faire tourner le ballon, plutôt bien, même, ce qui est vraiment positif à ce moment-là du championnat. J’ai pu en profiter pour donner du temps de jeu à tout le monde et faire tourner un maximum l’effectif. Maintenant, il nous reste un dernier match avant les finales, contre Champagne. Selon moi, c’est vraiment la meilleure équipe du groupe. Ils étaient déjà très forts cet automne, où on les avait tout de même battu 1-4, ils sont encore meilleurs aujourd’hui. Là, on tient un excellent test avant nos trois matches de finales», explique Luis Rodrigues, coach du FCV.

Le FC Venoge, l’état d’esprit et la jouerie

«Le mot d’ordre ce soir? Le même que depuis trois semaines, se faire plaisir, jouer ensemble et au ballon», poursuit le technicien. On ne va pas tirer trop de conclusions de ce match tant, on l’a dit, La Vallée de Joux n’avait pas de quoi rivaliser avec son adversaire du soir. Pourtant, si quelque chose nous a clairement frappé, c’est bien l’attitude des joueurs de Luis Rodrigues. À aucun moment, ceux-ci n’ont été faciles, n’ont tourné au ridicule l’eus vis-à-vis ou se sont contentés d’un score déjà particulièrement à leur avantage. Non, le leader a joué le jeu, de la 1re à la 90e minute, et nous a offert un beau spectacle. Pour aller marquer, les locaux ont employé le même schéma, encore et toujours. Un ballon rapidement remonté par une ligne défensive très à l’aise balle au pied, un enchaînement de passes au milieu du terrain puis un des deux ailiers qui déborde pour finalement remettre au centre. Des actions d’école, mais tellement bien réalisées qu’elles en deviennent spectaculaires à ce niveau-là. On se réjouit de voir les mêmes joueurs à l’œuvre lors de matches qui compteront vraiment.

Samedi soir, grillades pour toute l’équipe, quoiqu’il arrive

La pression commence gentiment à monter, les finales approchent et les derniers réglages sont en train d’être peaufinés. Pourtant, le FC Venoge, à commencer par son coach, n’en oublie pas l’essentiel à ce niveau: «Tout comme Champagne, nous avons envie de terminer en tête de notre groupe, d’avoir, au moins, notre petit diplôme de champion de groupe. Par ailleurs, un match nul nous suffirait samedi, même si on a clairement l’intention d’aller chercher la victoire. Et, ensuite, peu importe ce qu’il se sera passé pendant la partie, ce sera grillades pour tout le monde. Il ne faut jamais oublier qu’à notre niveau, tout comme en 2e et 4e ligue, nous sommes des amateurs et nous jouons pour nous faire plaisir».

Venoge saura ce week-end à quoi ressemblera son groupe, pas avant

Et lorsqu’on demande à Luis Rodrigues s’il s’est déjà renseigné sur ses futurs adversaires, le refrain sonne plus ou moins pareil: «Déjà, il faut avouer que nous sommes dans une situation embêtante. Comme notre place n’est pas encore définie et dépendra de notre résultat de ce week-end, il n’y a pas la moindre chance de savoir contre qui on va tomber. Cela peut être n’importe laquelle des six autres équipes qualifiées. Bien sûr, je connais bien certaines autres formations qui seront présentes en finale et, pour les autres, j’ai regardé quelques vidéos, même si ce n’est vraiment pas pareil. Après, à nouveau, à notre niveau, ça n’a pas grande importance. On doit simplement se concentrer sur notre jeu».

Luis Rodrigues: «Je vous l’ai déjà dit, on avait besoin de trois ans»

Le club ne cache toutefois pas ses intentions. Celui-ci avait un projet bien précis et arrive au terme de la première phase: «On verra bien ce qu’il se passera. Pour nous, tout est clair. Il nous reste quatre matches, ce sera quatre finales. On arrive confiant, en croit en nos moyens. Notre seul problème à l’heure actuelle, on l’a dit, c’est de ne pas connaître nos futurs adversaires. Au niveau de la préparation, on ne changera rien. On va continuer comme on l’a toujours fait et tout devrait bien se passer. Cette 2e ligue, on la veut. Cela fait trois ans que je suis arrivé et je vous ai toujours dit qu’on aurait besoin de trois ans pour mettre les choses à plat et réussir à monter. Maintenant qu’on y est, c’est à nous de jouer!»

Onze buts encaissés en deux matches par La Vallée!

C’était il y a une semaine, le FC Vallée de Joux s’inclinait avec les honneurs après une très solide prestation défensive face à Champagne Sports. Les hommes de Ricardo Rodrigues Pessoa n’avaient alors pas sauvé leur peau en 3e ligue, mais on imaginait volontiers cette équipe aller chercher un résultat ainsi que son maintien contre Malley, quatre jours plus tard. Hier soir, dans les arrêts de jeu de la seconde période, La Vallée encaissait pourtant son… 11e but en 180 minutes de jeu, après s’être incliné… 0-6 à domicile face à l’ES Malley, encore sous la barre avant la rencontre! Cela fait trop, beaucoup trop pour une équipe déjà pas épargnée par les circonstances et, principalement, sa situation géographique.

Bill Muirhead: «On veut juste se sauver, pouvoir remettre les choses à plat. Quel soulagement ça serait!»

Alors nous nous sommes tournés vers le président du club, Bill Muirhead, pour tenter de comprendre ce qui ne fonctionne pas, ou plus, au sein de sa première équipe: «Je vous le disais, on se déplaçait ce soir sans imaginer pouvoir faire un résultat, on espérait juste pouvoir rentrer chez nous avec l’effectif au complet. Malheureusement, un de nos meilleurs joueurs s’est blessé, et rejoint une liste déjà bien trop longue. Ce soir, deux de nos défenseurs, notamment, venaient de 5e ligue. Peut-on vraiment espérer mieux dans ces cas-là? Le plus gros problème, et je vous en avais déjà parlé durant la pause hivernale, a eu lieu au niveau de la préparation. On n’a pas pu s’entraîner une seule fois en extérieur… On arrivait déjà diminué par rapport aux autres équipes à la reprise puis, avec le printemps pourri auquel on a eu droit, ça ne s’est pas arrangé pendant le second tour. On doit repousser des matches et des entraînement, encore et toujours, et, logiquement, à la fin, on le paie. Dans ces conditions, notre fin de saison devient vraiment longue, pour tout le monde. On veut juste se sauver, pouvoir remettre les choses à plat. Quel soulagement ça serait! Maintenant, il nous reste un match, notre finale, contre Champvent II à la maison. Avec un point, on est sauvés, sinon, notre sort ne nous appartiendra plus. D’ici là, il va falloir redresser la tête de tous les joueurs, pour qu’ils jouent vraiment leur peau samedi soir».

La mine déconfite de l’habituellement si souriant Bill Muirhead en dit long sur la passe très difficile qu’est en train de vivre son équipe fanion. Samedi soir, La Vallée de Joux jouera très gros, et vraiment personne n’ose imaginer le spectre d’une relégation.

Un compte-rendu de Florian Vaney

Les prochains rendez-vous

Tout le monde rejoue ce samedi à 19h. Venoge reçoit Champagne. La Vallée de Joux accueille Champvent II.

FC Venoge – FC Vallée de Joux 5-0 (3-0)

Buts: 8e Antonio Pereira 1-0; 15e Placido Ferreira 2-0; 42e Baali 3-0; 70e Monteiro 4-0; 88e Velagic 5-0.

Arbitre: M. Clovis Aebi.

Venoge: Paudex; Weidmann, Junod, Pires, Tutonda; Von der Mühll, Locatelli (55e Da Silva), Alves; Baali, Ferreira (58e Demiri), Pereira (70e Velagic).

Entraîneur: Luis Rodrigues

Vallée: Fabio Marques; Giraudon (12e Roca Roig), Matos, M. Muminovic, Ferreux; Taveira, Magnin, Kallo (60e Spadafora), Matthey, D. Muminovic; El Aazaoui (82e Lionel Marques).

Entraîneur: Ricardo Pessoa.

Penthalaz.

FCVVDJ02

À lire également