Depuis le 22 mai au soir, tous les promus de 5e en 4e ligue sont connus. Selon les modalités de l’ACVF, il s’agit du champion de chacun des cinq groupes et des trois meilleurs deuxièmes (moyenne de points par match).

Nord Gros de Vaud IB champion vaudois

Le FC Nord Gros de Vaud (club des villages de Pailly, Penthéréaz et Vuarrens) est déjà de retour en 4e ligue après le «drame» vécu la saison passée. En effet, la «Une» de NGDV tenait son maintien à la 89e minute du dernier match, mais cédait à la 90e.

L’équipe est restée unie et quelque 85% de l’effectif a remis ça à l’échelon inférieur, avec l’apport de deux renforts en particulier: les demis axiaux Jordan Guy (Français de 33 ans, 14 buts, venu de Saint-Sulpice) et Lionel Bovet (arrivé de Grandson).

Champion vaudois (meilleur vainqueur de groupe), Nord Gros de Vaud IB (en fait la première équipe du club, malgré le «B» de son appellation) a fait le job en assurant 16 victoires à la suite de la deuxième à l’avant-dernière ronde. NGDV IB est aussi l’équipe la plus fair-play du canton au niveau de la 5e ligue, devançant… NGDV IA!

«Chez nous, les joueurs doivent payer les cartons dès le 2e jaune, ça aide pour le fair-play. Sinon, la relégation de la saison dernière fut un mal pour un bien. La plupart des joueurs sont restés et l’équipe a tout de suite été soudée pour atteindre la promotion. Je dois aussi dire que nous n’aurions jamais dû descendre», souligne le président Pascal Wegmüller.

Son goleador Jérôme Walker (36 ans, dont plus de 20 ans au FC Lutry) disputait sa cinquième saison au club. Il est tout simplement le meilleur marqueur de toute la 5e ligue avec le formidable total de 40 buts. Et devrait être rejoint la saison prochaine par Pierre Blanc (Essertines), 2e meilleur buteur de 5e ligue avec 33 réussites.

Nord Gros de Vaud IB est champion vaudois (ici à droite son défenseur Florian Bourban).

Les 4 autres champions de groupes

Italia Nyon II – Benfica II – Chavornay II – Epalinges II

Les autres champions de groupe sont toutes des secondes garnitures. Leur promotion permet, et c’était le but, de réduire l’écart entre la première et la deuxième équipe.

Italia Nyon II restait sur des saisons en bas de classement (8e en 2020/21). Cette promotion (une seule défaite en 18 matchs) était autant l’objectif des dirigeants que celui des nouveaux entraîneurs François Henchoz et Brahim Ahmetaj.

Dans un premier temps, l’équipe a compté sur 80% de joueurs déjà au club la saison précédente, avant d’accueillir six nouveaux joueurs au 2e tour. Italia Nyon a misé sur la force collective et non sur un buteur patenté. Le meilleur réalisateur, Goran Popadic, a signé 12 buts, devançant Dani Soares Bonifacio (11) et Renato Areia Castro (10).

L’équipe d’Italia Nyon II, championne du groupe 1.

Du côté de Benfica II, l’équipe a réussi là où elle avait échoué la saison passée (3e rang) dans un groupe disputé qui a vu une intense lutte à trois avec Le Mont II et Bercher. Les Portugais ont fait la différence grâce à un sans-faute au 2e tour.

Le jeune coach Micael Da Costa (26 ans) a justement repris l’équipe au 2e tour et procédé à quelques ajustements tactiques. L’attaquant Filipe André Fernandes (29 ans), 31 buts, a été un poison pour les défenses adverses et l’arrivée au 2e tour de Dylan Reis (ex-FC Turc) a fait du bien (8 buts).

Micael Da Costa, 26 ans, a repris les commandes de Benfica II au 2e tour.

Chavornay II réussit enfin l’ascension. Il y a deux ans, l’équipe du coach Bryan Lauper était déjà leader quand tout s’est arrêté (covid). La saison passée, elle a terminé au 3e rang. Les apports en attaque, dès mars 2021, de Thomas Roulin (ex-Le Talent) et Daniil Danilov (ex-Lutry) ont été importants. Ils ont inscrit respectivement 14 et 9 buts. Sinon, le noyau de l’équipe est le même depuis au moins trois saisons.

La deuxième équipe de Chavornay après la promotion

Epalinges II voulait la promotion avec Vasilije Kuzmanovic désormais à la baguette. Quelques renforts sont passés en début de saison de la Une à la Deux, tels Damir Cohaderevic, Dalibor Simic ou Mohammad Massoud.

Mission accomplie pour une équipe bien renforcée cette saison avec des joueurs qui ont milité dans les ligues supérieures, dont son meilleur buteur Axel Deroze en attaque (19 buts), transféré de la 3e ligue de Savigny.

Les 3 meilleurs deuxièmes

Kurde Lausanne (2,44 points par match)

Le FC Kurde réussit la montée en 4e ligue après deux saisons sous son propre nom. Auparavant, les Kurdes avaient déjà joué deux autres saisons sous le nom de Lusitano Lausanne, club qu’ils ont repris pour ensuite représenter réellement la communauté kurde en changeant de nom.

Pour rappel, le peuple kurde vient de Turquie, d’Iran, d’Irak et de Syrie et représente quelque 40 millions de personnes. En Suisse, il existe déjà un club kurde: le FC Soleure Kurde. «Attention, nous sommes là avec le soutien de la communauté kurde pour jouer au football dans un climat familial et une bonne ambiance. Nous ne faisons pas de politique», précise Hasan Onkol, entraîneur et gardien de l’équipe.

Le FC Kurde a connu quelques soucis de sérieux et de discipline à ses débuts. Puis de nouveaux dirigeants sont arrivés et ont fait le ménage et monté un nouvel effectif. Et la mayonnaise a pris.

«Nous avons fait un appel sur instagram, des joueurs sont arrivés et ont contacté d’autres joueurs. Notre effectif est aujourd’hui à 90% composé de joueurs aux origines kurdes (réd. dont quelques réfugiés syriens). Nos gars sont fair-play et fiers de porter ce maillot. La motivation a tout de suite été là et les résultats aussi. On a pris tout ce qui venait… pour finalement faire partie des meilleurs deuxièmes», conclut Hasan Onkol.

Les forces offensives sont bien réparties, puisque le meilleur buteur (Hamit Coban, au club depuis le début) n’affiche «que» 10 réussites.

Le défenseur central du FC Kurde Mehmet Yigit en mode selfie.

Le Mont II (2,39 points par match)

Comme Nord Gros de Vaud et Etoy, la «deux» du Mont voulait remonter directement après avoir été relégué. Objectif atteint avec la précieuse aide de quelques joueurs de la «Une» dans le match décisif contre Bercher (2:2) à quelques rondes de la fin du championnat.

Puis, sans renfort, Le Mont a finalement parfaitement assuré en réalisant 4 victoires dans les 4 derniers matchs. L’entraîneur Mickael Muller a misé sur le collectif et une quinzaine de joueurs ayant vécu la relégation. Avec comme meilleur buteur Jérôme Jotterand (12 réalisations).

La joie des joueurs de Mickael Muller

Etoy (2,33 points par match)

Après 16 saisons de 4e ligue (de 2005 à 2021), le FC Etoy était relégué en 5e ligue au terme d’une triste saison 2020/21 à 11 matchs, 2 points. Alors qu’on aurait pu penser que les dirigeants changeraient tout, ils ont au contraire misé sur la stabilité.

Président depuis 2015, Florian Dutoit nous explique: «Même si les résultats avaient été décevants en 4e ligue, nous avions un groupe cohérent, uni et avec une bonne ambiance. Nous avions aussi le sentiment que cette équipe avait le potentiel pour remonter. Alors nous avons fait confiance aux mêmes joueurs, pour la plupart, et à notre jeune entraîneur-joueur Abdoulaye Kamara (26 ans).»

Décrit comme «académique et structuré», cet attaquant sénégalais qui a joué en 2e ligue bénéficie du respect des joueurs et a montré l’exemple avec ses 25 buts, dont celui de la promotion à la… 94e minute du dernier match! Deux autres joueurs ont dépassé les 10 buts cette saison: Alhagir Jallow (13) et Ricardo Vieira Marques (12).

Quant à l’effectif, et c’est presque une tradition au FC Etoy, il est majoritairement composé de joueurs aux origines portugaises. «Je dirais qu’il y a deux tiers de Portugais d’origine et un tiers de compatriotes sénégalais de notre entraîneur, qui viennent de Lausanne. Et tout ce petit monde s’entend très bien», ajoute Florian Dutoit.

Rédacteur : Philippe Charmey

Leave a comment

*

code