“Je me sentais bien à Echallens, où j’ai passé de belles années. Mais l’appel du président d’Azzurri, M. D’Attoli, m’a fait réfléchir et j’ai décidé d’accepter sa proposition. Il y a une belle équipe et des ambitions qui me plaisent.” En trois phrases, David Jimenez a tout résumé. Aucun conflit avec l’EFCR, mais le milieu défensif, formé au Lausanne-Sports, avait envie et besoin d’un nouveau challenge, après son deuxième passage aux Trois-Sapins.

De beaux souvenirs à Echallens, mais un nouveau défi

Arrivé en 2006 à Echallens, “Jimmy” n’a quitté le Gros-de-Vaud que le temps d’une saison au FC Bulle, avant de revenir à l’été 2010. “La dernière saison a été belle, on a été dans la course aux finales quasiment jusqu’au bout. J’ai passé des années inoubliables ici, mais il était temps de vivre un nouveau défi. J’ai pesé le pour et le contre, et j’ai décidé d’y aller” Son nouveau challenge sera donc d’aller disputer les finales avec Azzurri, malgré les huit points de retard sur le troisième place à la trêve. “On peut y arriver. Il faudra bien se préparer, afin de faire la différence sur les quatre premiers matches. Si on démarre bien, tout est possible.”

Le FC Echallens surpris de ce départ à mi-saison

Son départ a étonné plus d’une personne aux Trois-Sapins, à commencer par le directeur sportif Grégory Mathey: “On est un peu surpris, oui. Franchement, je l’apprécie beaucoup, comme joueur et comme homme. Mais son départ, on ne s’y attendait pas. Disons que c’est un peu bizarre pour un capitaine de quitter l’équipe pour un concurrent direct, en plein championnat. Et je suis d’autant plus déçu que sa décision a été prise par rapport à des critères extra-sportifs, dont il s’est toujours distancié lorsqu’il était chez nous. Et la manière dont il nous l’a annoncé, bon… Oui, je suis un peu déçu.” David Jimenez: “Je comprends ce sentiment. De nouveau, j’ai pesé le pour et le contre, et, du point de vue personnel, j’ai pris la décision que j’estimais la meilleure pour moi. Je ne pars pas dans l’inconnu, je connais Patrick Isabella, Luca Scalisi, Lyazid Brahimi, Nicolas Marazzi… Je rejoins une équipe ambitieuse, c’est un choix que j’assume. Après, je n’ai que du bien à dire d’Echallens, je le répète. Il n’y a pas de conflit, rien, juste un joueur qui a fait un choix.”

Quatre pour deux places au milieu de terrain

Le milieu de terrain de l’équipe de Patrick Isabella a donc plus que fière allure. Aujourd’hui, il dispose de Nicolas Marazzi, Charles Traoré, Toni Jankuloski et, donc, David Jimenez. De quoi voir venir, et largement… Ce secteur de jeu semble donc complet, ce qui a “obligé”, au premier tour déjà, Charles Traoré et Junior Montano à évoluer en position de latéral. Mais “Junior” a demandé à partir et les milieux d’Azzurri seront donc toujours 4 pour 2 places dans le 4-2-3-1 de Patrick Isabella. “Je suis très satisfait de l’arrivée de David Jimenez, un élément d’expérience et un bon joueur de ballon. Le nombre élevé de milieux de terrain? On trouvera une solution”, sourit Isabella, qui n’exclut pas de faire appel à l’un ou l’autre à un poste qui ne soit pas forcément celui qu’il préfère. L’équipe passe avant tout. “Je préfère commencer la saison avec 18 ou 19 éléments, plutôt que 22. Avoir quatre joueurs qui ne sont pas convoqués et quatre qui n’entrent pas en jeu, ce n’est pas idéal. Cela amène de la frustration et ce n’est pas bon”, continue l’entraîneur lausannois.

Un ou deux latéraux dans le viseur d’Azzurri?

L’effectif lausannois du printemps semble déjà se dessiner, avec les arrivées déjà annoncées d’Edin Becirovic et du gardien Davide Sugar (lire ici), tous deux en provenance d’Yverdon. Le potentiel d’amélioration? Flavio Chioda étant parti à Yverdon, Azzurri ferait bien de recruter un ou deux latéraux, s’il entend atteindre ses objectifs, toujours aussi élevés. Mais il reste bien des semaines au mercato, qui ne fait que commencer… Les équipes ont jusqu’à la fin mars pour recruter, le championnat débutant le 15 du même pour les Azzurri. Pas de quoi stresser, donc.

Bruno Imondi “monte” à la I comme assistant

En ce qui concerne le staff, Patrick Isabella recevra du renfort au deuxième tour, avec l’arrivée de Bruno Imondi, l’entraîneur de la II (3e ligue), comme assistant. “J’avais l’habitude de travailler seul, sans personne à mes côtés, mais je m’aperçois que ce n’est plus la meilleure solution. L’arrivée de Bruno, que j’apprécie beaucoup, va nous permettre de travailler de manière différente, notamment pour du spécifique. C’est un saut en qualité”, conclut Patrick Isabella.