Warning: Trying to access array offset on value of type bool in /home/clients/1b32da1c05e8d830d6c7c8e2eb16d637/web/wp-content/themes/fcunited/theme-specific/theme-tags.php on line 867

Warning: Trying to access array offset on value of type bool in /home/clients/1b32da1c05e8d830d6c7c8e2eb16d637/web/wp-content/themes/fcunited/theme-specific/theme-tags.php on line 883

Plus en verve offensivement, techniquement mieux armé, les hommes de José Luis Estevez passent l’obstacle joratois en seconde période (2-0) et lorgnent toujours plus vers la 2e ligue. Un match nul dimanche à Yverdon face à Bosna suffira au FCC pour accéder à l’échelon supérieur, voire même une défaite sans prendre de carton. Un succès mérité tant les locaux ont montré de meilleures prédispositions techniques et des velléités offensives bien plus abouties. Ils sont à 99% en 2e ligue, grâce également au succès de Bosna à Vevey (lire ici).

Burak Demircan a deux doigts d’ouvrir le score

La première mi-temps fut intense  avec quelques belles phases de jeu dignes d’un niveau supérieur. La meilleure action s’est déroulée peu après le quart d’heure de jeu avec une énorme chance de but, mal négociée par Burak Demircan qui a vu son tir du plat du pied finir dans les gants de Bastien Jordan. Dommage pour Crissier car l’action était superbe, avec une passe sur le côté, un débordement de Toni del Rio et un centre en retrait pour le meneur de jeu crissiérois. On notera encore dans cette première période, un tir puissant du même Burak Demircan repoussé des poings par le gardien joratois. Du côté du FC Jorat-Mézières? Peu d’actions digne de ce nom à se mettre sous la dent, avec des attaquants trop isolés du reste de l’équipe et qui n’ont pas pu faire bouger suffisamment la défense locale.

Le sens du but de Pajtim Basha fait la différence

Le scénario n’a pas changé en deuxième période. Crissier a fait le jeu, a tenté des redoublements de passe et s’est heurté la plupart du temps au solide bloc défensif érigé autour du capitaine des visiteurs, l’exemplaire Pascal Bettens. Blocus efficace, donc, jusqu’à la 50e lorsqu’un une-deux rapide entre Burak Demircan et Toni del Rio se conclut par une petite passe dans l’intervalle, pile dans la course de Pajtim Basha, lequel n’a pas raté l’aubaine. 1-0, d’un tir croisé précis et diabolique qui est venu mourir dans le petit filet intérieur du gardien des Verts.

Une fin de match électrique

Le match a alors pris une tournure plus saccadée, avec une multiplication de fautes et de duels qui se sont terminés en invectives verbales, voire parfois physiques, entre les joueurs. Le ton se durcit dans et autour du terrain, une atmosphère tendue qui a fortement déplu à l’entraîneur du FC Jorat-Mézières. Les 25 dernières minutes ont, en effet, principalement été dominées par des réclamations continues de part et d’autre, mais aussi par quelques gestes flagrants d’antijeu et des joutes qui sont devenues de plus en plus rugueuses. Bref, il y avait de l’enjeu et de la tension.

Claudio Gentile a pris tout son temps

Pour la petite histoire, les fervents supporters du FC Jorat-Mézières retiendront l’entrée en jeu de Claudio Gentile, lequel a dû remplacer Estay, le gardien titulaire, blessé. Une arrivée sur le terrain qui s’est fait longuement attendre tant l’ex-joueur du Lausanne-Sports aura testé la patience des spectateurs adverses en terminant calmement son apprêtement avant de prendre possession de son rectangle de jeu, dans un moment crucial du match. Toute l’expérience de Claudio Gentile en une action.

Une joie communicatrice

Néanmoins, un éclair de football est sorti de ces ultimes minutes avec le magnifique 2-0 du FC Crissier, inscrit par Joao Loureiro, lequel  venait de faire son entrée sur le terrain un quart d’heure plus tôt. Décalé sur le côté droit par une intelligente passe, l’artificier local a transpercé les filets d’un puissant et précis tir dans la lucarne droite du gardien.

La course folle de José Luis Estevez “à la Mourinho”

La messe était dite, sur les clameurs des nombreux spectateurs présents au bord du terrain des Rueyres et la joie toute symptomatique de l’entraîneur José Luis Estevez, lequel dans un élan instinctif, façon José Mourinho, s’est élancé dans un 40 mètres d’anthologie pour sauter dans les bras de ses joueurs alors regroupés autour du dernier buteur. Une image assurément représentative de toute cette pression qui pesait sur les épaules de l’équipe et ce soulagement salvateur exprimé par cette accolade spontanée.

Les cris de joie à l’issue du match qui raisonnent encore à l’heure actuelle dans les vestiaires des joueurs du FC Crissier matérialisent le grand pas effectué ce soir par l’équipe locale vers un objectif et un souhait qui ne sont plus très loin de se réaliser. Verdict dimanche en fin d’après-midi en terre yverdonnoise.

Crissier et Bosna sont promus à 99%

Car oui, le FC Crissier se déplacera dans le Nord vaudois pour y affronter l’autre leader de ce groupe de finale, le FC Bosna Yverdon. Un match nul suffira au bonheur des deux équipes qui valideront leur billet pour la 2e ligue en cas de parité, mais leur classement fair-play étant tellement bon, une défaite suffira à 99%. Il faudra juste éviter la bagarre générale…

Dans l’autre match, le FC Jorat-Mézières accueille l’AS FC Napoli Vevey. Avec 1 point au compteur, le calcul est simple pour les deux équipes, c’est vaincre ou ce sera une année de plus en 3e ligue mais même trois points ne suffiront sans doute pas puisque Crissier et Bosna sont largement meilleurs au fair-play, comme on vient de le dire. Il faudra surtout avoir un œil sur le classement de l’autre groupe pour déterminer qui pourrait être l’heureux élu en tant que meilleur troisième. Et là, Jorat et Napoli auront une chance. En plus, ils le sauront déjà du samedi soir.

Ils ont dit à Footvaud

José Luis Estevez, entraîneur FC Crissier

Ces matches de finales c’est difficile. Mes joueurs ressentent une pression et ne développent pas le jeu qu’on est capable de montrer habituellement. On est tendu et on sort rapidement de notre match. Cela avait été compliqué sur le terrain synthétique de Napoli dimanche dernier. Ce soir, je savais que Jorat-Mézières était une équipe difficile à jouer et très bien organisée. Je pense qu’on mérite cette victoire car on a plus montré offensivement. Maintenant, ce serait vraiment un magnifique cadeau pour le club et surtout pour les joueurs qui sont depuis des années ici, comme notre capitaine Milan Radic par exemple, que de savourer une promotion! Ils la méritent. On a préparé cette éventualité depuis le début de la saison, il nous reste encore un match, l’objectif ne changera pas, tout le monde sait ce qu’on désire!

Pierre-Alain Brühlart, entraîneur du FC Jorat-Mézières

Il y a beaucoup à dire sur ce match. Premièrement, je dois dire que Crissier, sur l’ensemble du match et sur ce que cette équipe a montré, mérite de l’emporter. Elle a produit plus offensivement et je félicite l’adversaire pour son très bon match car Crissier a produit un football intéressant. Nous étions fantômatiques devant, certains joueurs n’étaient pas à leur niveau ce soir, ce qui m’a poussé à faire des changements à la mi-temps! Maintenant, ce qui me désole et qui m’irrite au plus haut point, c’est l’attitude volontairement provocatrice de certains acteurs lors des 25 dernières minutes. Je ne veux pas forcément parler de ce match en particulier mais de manière générale, entre gestes déplacés, insultes récurrentes, perte de temps monstrueuse et autres petits extraits du genre… Ceci pourrit un match et j’ai de plus en plus de peine avec ces choses-là! Aussi, je déplore la piètre qualité de l’arbitrage pour des matches de ce niveau. Ce n’est pas la première fois et je ne suis pas du tout satisfait de cet écueil qui n’est hélas pas isolé. Il nous reste encore un match, on va le jouer et on verra ce qui arrivera.

Les hommes du match

Du côté du FC Crissier, on relèvera le très bon match, surtout en première mi-temps et en début de seconde, de Toni Del Rio, très actif au milieu, adroit techniquement et toujours dans les bons coups. On ne peut pas ne pas mettre en avant la prestation du centre-avant Pajtim Basha, car sans lui Crissier n’aurait pas pu trouver la faille dans la forteresse joratoise et son but d’attaquant de race a permis à son équipe de pouvoir ensuite contrôler le match et partir en contre. L’abnégation, la combativité et le gros travail effectué par le capitaine Milan Radic sont également à souligner.

Pour le FC Jorat-Mézières, on notera la partie impeccable du libéro et capitaine Pascal Bettens, un véritable patron au milieu de la défense. Sens du placement, insurmontable au duel et malin dans sa manière de faire déjouer l’adversaire. On retiendra également la très bonne organisation défensive de l’équipe de Pierre-Alain Brühlart, qui aura causé bien des problèmes aux très techniques joueurs offensifs adverses.

Un compte-rendu de Julien Marchionno

 

FC Crissier – FC Jorat-Mézières 2-0 (0-0)

Buts: 50e Basha 1-0; 87e Joao Loureiro 2-0.

Arbitres: M. Dejan Jankovic, assisté de M. Nexhat Namoni et de M. Mattia Mammoli.

Crissier: Estay (84e Gentile); Jorge Rebelo, Dinc, Radic, José Rodriguez; Aguirre, Ratti (72e Joao Loureiro), Demircan, Del Rio; Ismaël Rodriguez; Basha (90e Ruben Caldeira).

Entraîneur: José Luis Estevez.

FCJM: Ba. Jordan; Mottaz, Bavaud, Bettens, Kramer (46e M. Schumacher); Fa. Joye; Duvoisin (74e G. Jordan), Gilliéron, L. Schumacher, Fr. Joye; Shabani (58e Demierre).

Entraîneur: Pierre-Alain Brülhart.

Centre sportif de la Ruayre.

 

Le programme

Dimanche

FC Jorat-Mézières – Bosna Yverdon 1-1 (1-0)

Buts: Gilliéron (42e); Berkay Ozcan (72e)

Napoli Vevey – FC Crissier 1-1 (1-1)

Buts: 16e Arizdon; 11e Basha.

Mercredi

Napoli Vevey – Bosna Yverdon 1-3 (1-1)

Buts: Zeneli (35e); Hasanovic (37e), Vladimirov (87e) et Dizdarevic (90e).

FC Crissier – FC Jorat-Mézières 2-0 (0-0)

Buts: Basha (50e) et 87e Joao Loureiro (87e)

Dimanche

Bosna Yverdon – FC Crissier

FC Jorat-Mézières – Napoli Vevey

Leave a comment

*

code