La danger vient de partout avec Azzurri. Quand Mobulu M’Futi ne marque pas, lui qui avait scoré 5 fois lors des 4 premiers matches, les défenseurs prennent le relais. Samedi, face à l’US Terre Sainte, les “Azzu” se sont imposés 2-1 grâce à deux réussites sur Luca Scalisi sur coup de pied arrêté. Le défenseur central n’a pas marqué directement de la tête, mais, les deux fois, a profité d’un léger cafouillage et de bons services de ses coéquipiers pour marquer de près. Cela s’appelle bien sentir les coups et cela permet surtout aux joueurs de Patrick Isabella de s’installer seuls en tête du championnat de 1re ligue.

La mission est claire: défendre cette première place jusqu’à la fin

Après leur match nul d’entrée à Lancy, les Lausannois n’ont fait que gagner. 0-4 à Meyrin, 2-0 face à Martigny, 0-4 à Fribourg et, donc, 2-1 face à l’USTS, leur adversaire du jour. Et comme Lancy n’a pu battre Yverdon aujourd’hui, et qu’Echallens a contraint Stade-Lausanne au match nul, ce sont bien les Azzurri qui occupent seuls la tête, avec 13 points en 5 matches. La mission est claire: ne pas lâcher cette première place jusqu’à la fin du mois de mai. Patrick Isabella nous l’avait dit il y a quelques semaines: ce qui fera la différence cette saison sera la constance.

En clair? Gagner même quand on est moins bien, et ne pas se contenter de matches nuls ou même de défaites honorables. Pour jouer les finales, il ne faut pas laisser de points en route, et surtout pas à domicile. Dans cette optique, les deux matches à domicile sont particulièrement évocateurs. Face à deux équipes qui ne joueront pas le haut de tableau, Martigny et Terre Sainte, les Lausannois ont pris six points. Sans être géniaux, mais en étant sérieux. C’est le minimum pour une équipe de ce calibre? D’accord, mais il faut le faire quand même et gagner un match n’est jamais facile, dans cette 1re ligue où même les équipes les plus limitées sont solides. Seul Meyrin semble, pour l’heure, complètement largué.

Avec leur effectif particulièrement riche, les Lausannois ont de sérieux arguments, on le sait. Il y a vraiment du beau monde sur le banc et, vu la forme de la défense centrale Scalisi-Elefante, le staff lausannois peut même se permettre le luxe de remettre tranquillement Sébastien Meoli en forme, sans urgence aucune. Azzurri gagne sans lui et il revient gentiment au niveau physiquement, après quasiment une année sans jouer. Il sera, évidemment, un renfort très appréciable une fois qu’il aura débuté un match et sa qualité individuelle ne fera qu’augmenter le niveau général d’une équipe déjà bien armée.

Le retour en forme de Christophe Meoli

Samedi, Patrick Isabella avait décidé de continuer avec son 4-2-3-1 habituel, plaçant M’Futi seul en pointe. Et sur les côtés? Salou Galokho à droite et Lyazid Brahimi à gauche. Le poste de numéro 10 était occupé par Christophe Meoli, que l’on a plaisir à voir revenir à un niveau digne de ses qualités. Sa saison dernière a été compliquée, entre un premier tour à Dardania, où il ne s’est jamais senti à l’aise, et un deuxième à LUC-Dorigny, où il était bien trop fort pour le reste de ses coéquipiers. Là, il se sent bien et cela se voit. Il ose, il percute, il prend des risques et ses immenses qualités individuelles font le reste. Son début de saison en a surpris plus d’un, mais pas ceux qui suivaient le “grand” ES Malley, celui qui dominait la 1re ligue. Il en était un des cadres et il retrouve aujourd’hui (une partie de?) ses sensations. Il est arrivé un peu discrètement cet été, ce qui est finalement assez logique, mais sur le terrain, il ne se cache pas. Patrick Isabella en a d’ailleurs fait tout de suite un titulaire et cela veut dire quelque chose, forcément, avec l’immense concurrence au milieu de terrain des Azzurri.

“Si on les regarde jouer, on est morts!”

Azzurri a donc battu Terre Sainte, qui restait sur trois points pris sur la pelouse de Bavois mercredi et n’a donc pas réédité l’exploit. “Les gars, ils sont sur une série! Mais elle va s’arrêter aujourd’hui, les gars! On doit y croire!” Patrick Duval a exhorté ses troupes à l’échauffement, mais le technicien de l’USTS regardait quand même du coin de l’oeil la liste des joueurs d’Azzurri et se montrait fataliste: “Il y a de sacrés joueurs, hein? J’avais raison quand je disais que c’était comme de se comparer à une Ferrari… Regardez cet effectif!” A peine cela étant dit, il enchaîne en parlant à ses joueurs: “Mais on peut les battre! Allez, les gars” Yann Fontoillet, le capitaine, a surenchéri: “Si on les regarde jouer, on est morts, les gars! Faut leur rentrer dedans!”. Même le fait d’avoir joué mercredi ne faisait pas peur à Patrick Duval: “Non, ça ne m’inquiète pas. Pourquoi? Parce qu’on a gagné. Bon, on aura peut-être les jambes lourdes en fin de match…”

Deux coups de pieds arrêtés, deux fois Scalisi à la réception

Au final, la “Ferrari” a donc été plus rapide que l’USTS, surtout au démarrage. Après deux minutes de jeu, Luca Scalisi profitait d’un corner pour ouvrir la marque du plat du pied, bien servi par Christophe Meoli après une action un peu confuse. 1-0 d’entrée, mais Terre Sainte a bien réagi, passant tout près de l’égalisation à deux reprises par Julien Golay. “Il faut marquer, là!”, pestait Patrick Duval, qui savait que de pareilles occasions n’allaient pas se représenter quinze fois. D’égalisation il n’y aura d’ailleurs pas, Luca Scalisi inscrivant le 2-0 peu avant la mi-temps. Coup-franc de Nicolas Marazzi, Lyazid Brahimi qui touche de la tête et Scalisi qui a bien suivi: le doublé parfait pour le capitaine et défenseur central d’Azzurri, tout en opportunisme.

Deux gardiens formés à l’AJ Auxerre face à face

Yohann Lacroix s’est donc incliné pour la deuxième fois de l’après-midi, pour le match de ses retrouvailles avec Mickaël Castejon. Les deux gardiens se sont en effet côtoyés au centre de formation de l’AJ Auxerre, d’où ils ont eu des trajectoires différentes… mais avec un point commun, celui d’avoir joué au niveau européen! Lacroix a joué en Intertoto avec Lille face au Dynamo Minsk, avant d’être sur le banc avec le club nord-irlandais de Crusaders face à Rosenborg en Europa League au mois de juillet 2013, il y a à peine plus d’une année. “Mika” Castejon a lui, tout le monde s’en rappelle, brillé avec le LS face au Lokomotiv Moscou, lors d’un match où Sébastien Meoli et Nicolas Marrazi étaient d’ailleurs titulaires. Ils ne pensaient sans doute pas se retrouver face à face en 1re ligue, mais ont eu, de l’aveu-même de Castejon, énormément de plaisir à se revoir. Et à évoquer quelques souvenirs de l’AJA?

Mohamed Rabhi réduit le score

Bref, Azzurri pensait avoir fait le plus dur, mais, si les Lausannois mettent des gifles à l’extérieur, ils n’en mettent pas encore à Chavannes-près-Renens, devant finalement se contenter d’une victoire 2-1 suite à la réduction du score de Mohamed Rabhi (74e). Qu’importe, au fond, les trois points sont là. Les prochains matches? Yverdon-Azzurri et Terre-Sainte-Martigny, tous deux samedi prochain. Chaud!