A la recherche de son glorieux passé, le club lausannois, qui a encore une infime chance de monter d’une division, a profité de la pause pour nominer Inés Guignet en tant que présidente et a engagé Paulo Diogo pour la saison 2021/2022 avec un objectif à court terme qui est l’accession à la 2e inter.

L’exercice actuel ira à son terme, c’est sûr, pas avec le même nombre de matchs attendus, mais ce sont les aléas d’une crise sanitaire. Malley, qui mathématiquement peut encore espérer une promotion, a peu de chance d’accéder à la 2e inter. En effet, il pointe au 5e rang avec 9 unités de retard sur son voisin, Concordia, mais avec une rencontre en moins. L’espoir existe, de surcroît, l’équipe de Toumi Trabelsi pourra profiter du derby contre les hommes de Pablo Soutullo pour revenir, mais Montreux Sports pourrait également en profiter.

Inés Guignet présidente

Si l’accès à la division supérieure n’a pas lieu cette année, il sera l’objectif la suivante avec des ambitions élevées, voire très élevées. En effet, les pensionnaires de la Tuilière se sont activés dans les coulisses durant la pause forcée. Inés Guignet a été nommée présidente en lieu et place de Michel Roulier qui était en place depuis plusieurs années. Joël Guignet, mari de Inés, vous l’aurez compris, reste vice-président.

La première décision a été la nomination d’une personnalité du football vaudois et helvétique à la tête de la « une » pour le prochain exercice : Paulo Diogo. « C’était un choix logique avec notre philosophie basée sur la jeunesse, confirme Madame la Présidente, Il aime travailler avec elle. Il va pouvoir contribuer à leur progrès et apporter son expérience. » Depuis la séparation avec Amical Saint-Prex il y a plus d’un an?, il n’a plus entraîné, mais cela semble logique au vu de la situation actuelle.

« Nous nous entourons de gens compétents »

Joël guignet

Outre cette nomination, Malley travaille sur plusieurs points afin de se donner les moyens. Monsieur le vice-président détaille : « Nous nous entourons de gens compétents à tous les niveaux pour avoir une belle pyramide depuis l’école de foot jusqu’à l’équipe fanion. Les finances se portent bien, la formation également. Plusieurs jeunes jouent déjà en 2e ligue. Nous avons près de 30 équipes 25 équipes et des installations magnifiques. »

Que peut souhaiter de plus Malley ? Des promotions ! Le club ne se cache pas, il veut monter avec ses équipes actives. « Nous aimerions que nos féminines grimpent en 2e inter. » L’objectif pour la seconde garniture est la montée en 3e ligue. Et pour la première équipe ? « La 1re ligue, s’exclame sans hésiter Inés Guignet. Mais sur le moyen terme évidemment. » Le vice-président tente d’expliquer « qu’il doit de temps en temps la freiner, car c’est une fonceuse, mais avec la tête bien sur les épaules. » L’entente est bonne au sein du couple, mais également dans le comité.

Même si l’espoir est toujours actif pour cet exercice, le club se projette au suivant avec beaucoup d’optimisme, mais sans dévoiler les contours du futur mercato. « Paulo se fait discret pour le moment. Il respecte le travail de Toumi et reste à l’écart pour le laisser travailler dans la sérénité. Pour ce qui est de l’équipe, il est certainement en train de faire ses observations. L’objectif est de faire monter nos jeunes, les faire jouer et il le sait », déclare le directeur d’exploitation du Garage de l’Etoile.

« Pas de folies »

Malgré l’engagement de Paulo Diogo et les nouvelles ambitions, le budget resterait le même. « On ne veut pas faire de folies, disent-ils de concert. On sait d’où vient le club. Il a été sauvé de justesse grâce au fantastique travail de Michel Roulier pendant des années. Maintenant, nous repartons sur des bases saines avec de l’ambition. » Et l’envie de redonner à Malley ses lettres de noblesses. Pour rappel, l’Etoile Sportive a évolué 13 saisons en LNB (ancienne Challenge League), dont 6 entre 1986 et 1992. Et dans un passé pas si lointain, en 2013, elle évoluait encore en 1re ligue classic.

Leave a comment

*

code