Depuis bientôt deux ans, le site internet YER’BAS fait le bonheur des amateurs de maté en Suisse. Les trois instigateurs de ce projet sont des footballeurs vaudois. Présentation.

La pandémie et ses multiples inconvénients ont également eu des côtés positifs avec l’activation des méninges et l’épanouissement grâce au collectif. Certainement que de nombreux projets sont nés et sont en train d’être mis en place ou fleurissent encore dans les méninges. C’est le cas de « YER’BAS », une start-up active dans la vente d’herbes appelées la Yerba Maté. Il s’agit d’une plante infusée ponctuellement à l’aide d’un thermos pour en devenir une boisson stimulante aux effets semblables à ceux du café ou du thé. Le projet est sur les rails depuis bientôt deux ans et peut être évoqué avec un fort accent du football vaudois.

En effet, les instigateurs ont grandi sur la Riviera et y jouent encore dans diverses ligues. Alban Maliqi, évolue avec le FC Rapid Montreux en 2e ligue, Bardhyl Hajdini et Stefano Protopapa jouent avec la première équipe du FC Vevey-Sports. Ces trois amis ont grandi ensemble sur le terrain, mais également en dehors. Nommés comme les « trois mousquetaires » sur la Riviera, ils sont « toujours ensemble », disent-ils de concert.

Un voyage en Amérique centrale a tout changé

Outre le football, d’autres passions animent les jeunes hommes. Alban Maliqi, par exemple, lui est passionné de voyages. Il est parti sac à dos en Amérique centrale. Il détaille : « Lors de mes voyages j’ai rencontré des Sud-Américains. Ces derniers buvaient énormément de maté. C’est là-bas que je l’ai découvert, mais c’est en Suisse que j’en ai dégusté la première fois avec un ami originaire du Chili. J’ai fait ma première commande avec un « pack » dégustation que j’ai naturellement triplée pour le faire découvrir à Bardhyl et à Stefano. » Cet événement est le point de départ de l’aventure « YER’BAS ».

Rapidement, le maté et les trois compères deviennent indissociables. Ils « profitent » de la pandémie et donc de l’arrêt du foot pour se ressourcer. « On montait souvent aux Pléiades pour marcher, ajoute Stefano Protopapa. C’est là que l’idée de monter un site internet de vente en ligne a germé. « On voulait partager notre amour pour le maté », poursuit l’ailier droit du Vevey-Sports. Il n’a jamais été question de créer cette affaire pour en faire une activité rentable, mais simplement pour créer un business commun qui nous permettrait de partager un autre domaine dont nous ne sommes pas coutumiers. »

Tout se met rapidement en place. Le site et la SNC (Société en Nom Collectif) est créé. Un compte Instagram est également mis en place pour faciliter la communication et le partage des produits sur les réseaux. La sauce prend gentiment : « Au début, on voulait rester anonyme, car on voulait centrer notre affaire sur le produit et pas sur nous. En revanche, on en buvait dans le vestiaire, ce qui a attisé la curiosité et a amené de nouveaux acheteurs. Mon entraîneur Manu (NDLR : Zaccaria) m’en a commandé et je lui ai livré moi-même le paquet. J’ai bien rigolé », explique avec le sourire Alban Maliqi.

« Le maté est stimulant »

Le maté se boit avec une « calabaza » (calebasse en français, une sorte de tasse) dans laquelle on y met la yerba (maté) et de l’eau chaude. Il ne manque plus que la « bombilla » (paille) pour déguster et profiter des bienfaits du produit. Tous ces accessoires sont évidemment en vente sur le site (yerbas-suisse.com). Il existe un pack découverte pour les personnes qui veulent le découvrir pour la première fois. « Il y a également différentes sortes de maté avec des goûts différents (NDLR Guarana, menthe, pamplemousse, fruits des bois…), mais aussi des amertumes différentes et aussi des plus forts, un peu comme le café», explique Bardhyl Hajdini.

Les trois amis vantent les mérites de la boisson chaude qui est très prisée en Amérique du Sud, surtout en Argentine, Uruguay, Paraguay et Brésil. « Tout le monde a déjà vu Suarez avec un maté à la main, conte Stefano Protopapa. Pour ma part, j’ai vite accroché. C’est stimulant, ça te booste surtout avant un entraînement ou un match. J’en bois quotidiennement. En plus, c’est tellement facile à préparer. Avec l’expérience, cela ne prend que deux minutes », sourit-il. Le Maté augmente les performances cognitives et physiques grâce à ses vertus stimulantes naturelles. Aussi, il favorise la concentration et lutte contre la fatigue.

Les trois compères devant le mythique stade de La Bombonera, fief du Boca Juniors.

Afin de vivre et de comprendre la passion du maté, le trio est parti en Argentine cet hiver pour découvrir la ferveur autour de cette boisson qui peut être assimilée à une religion. « C’était fou, tout le monde en buvait là-bas. Il y avait des magasins immenses, de très nombreuses sortes et des calabazas de toutes les formes, détaille Alban Maliqi. » Ils ont pu profiter de 19 jours pour parcourir un peu de cet immense pays et revenir avec de nouvelles idées pour YER’BAS Suisse. « On a pu établir 2-3 contacts intéressants », partagent-ils avec un grand sourire en se réjouissant d’une nouvelle année qui pourraient peut-être les voir repartir en Argentine. « Si les affaires marchent bien », plaisantent-ils.

Leave a comment

*

code