Un duel est particulièrement attendu, celui entre Lutry II et un Vignoble IIB composé d’une ribambelle d’anciens de… Lutry. Echandens fait figure d’outsider, alors que Bottens dispose du meilleur buteur de toute la 4e ligue

Bottens
1er du groupe 3 – 20 matchs, 47 points

L’histoire récente du FC Bottens est assez cocasse, voire digne d’un film. En 2016/17, l’équipe – déjà dirigée par Sylvain Equey – termine au 7e rang de son groupe de 3e ligue. Son meilleur buteur est déjà Arnaud Pittet (18 buts) et son meneur de jeu déjà son frère Pierre Pittet.

Mais en juin 2017, quasiment toute l’équipe quitte le club. Le FCB se retire du championnat de 3e ligue, sans même le commencer. La «deux» (4e ligue) devient alors la «une». Deux ans plus tard, ce «drame historique» est en passe d’être réparé. Sylvain Equey est de retour à la baguette, avec 6-7 joueurs de l’époque de la 3e ligue et des nouveaux (notamment de Poliez-Pittet), avec l’objectif de remettre Bottens en 3e ligue.

Le plan de marche est respecté dans un premier temps. A la fin du 1er tour 2019/20, Bottens est leader aux points perdus, mais le championnat s’arrête (covid). La saison suivante, Bottens doit battre Prilly, son adversaire direct, à l’avant-dernière ronde pour être promu. Il y a 1:0 pour Bottens après 75 minutes et Prilly joue à 9 (deux expulsions). Et pourtant Prilly égalise sur pénalty et montera une semaine plus tard en 3e ligue! Aux dépens de Bottens.

Mais cette fois, c’est bon, Bottens a terminé 1er de son groupe et les finales ne sont pas annulées. Atout majeur: dans ses rangs le meilleur buteur de toute la 4e ligue (Arnaud Pittet, 30 ans, 39 buts). Le problème, mais en est-ce un, c’est qu’il marque 47,5% des buts de Bottens! Derrière, les trois buteurs suivants sont à 7, 6 et 5 réalisations.

Parmi les autres forces du FCB, Pierre Pittet (28 ans, lui aussi de retour) au milieu et une équipe qui se connaît bien, depuis des années pour la plupart, et qui est solide dans tous les compartiments. Point faible néanmoins: le pire classement fair-play des finalistes, ce qui serait pénalisant s’il faut départager des équipes à égalité.

Lutry II
1er du groupe 7 – 18 matchs, 42 points

On n’aurait pas vraiment parié sur un titre de champion de groupe pour la «deux» de Lutry. Rappelons le contexte. En 2018/19, Lutry II est champion de groupe en 3e ligue, mais n’a pas le droit de disputer les finales de promotion, puisqu’un club ne peut pas avoir deux équipes en 2e ligue.

Suivent alors deux saisons moroses pour la «réserve» lutryenne et la relégation en 4e ligue en juin 2021. Une catégorie de jeu dans laquelle évolue déjà la «trois» de Lutry. Le club n’inscrit qu’une seule équipe en 4e ligue, formée à 80-85% par les joueurs de la «trois», auxquels se sont ajoutés 4-5 rescapés de la «deux» et un seul «renfort», venu au 2e tour de Concordia: le défenseur central Benjamin Gmür.

Lutry III n’ayant terminé que 7e en 4e ligue la saison passée, on ne pouvait pas se douter que les «Singes» seraient aussi compétitifs. D’autant qu’ils ont perdu les deux premiers matchs du championnat 2021/22.

Le fait d’être une équipe de potes est sans conteste un atout. La majorité des joueurs ont entre 29 et 32 ans. C’est notamment le cas des «tauliers» Raphaël Boulenaz (gardien de 32 ans) et Louka Andenmatten (avant-centre de 30 ans).

On peine à compter le nombre de joueurs n’ayant connu que le FC Lutry dans leur carrière, dont Benoit Le Franc (défenseur central), Sanel Zaimi (latéral), Cédric Métraux (latéral), Alexandre Conod (attaquant) ou Timothy Schlup (attaquant).

On relève dans les principaux atouts de l’équipe de Jean-Pierre Hugentobler la présence devant de Louka Andenmatten (23 buts), mais aussi de Timothy Schlup (8 buts, mais en une dizaine de matchs).

Echandens IA
2e du groupe 1 – 20 matchs, 38 points

L’entraîneur Edy Bridy et son adjoint Daniel Alves (ce dernier étant aussi joueur) ont déjà été promus avec Echandens en 2019, de 5e en 4e ligue au terme d’une saison sans défaite. Aujourd’hui il reste encore une demi-douzaine de joueurs de ce qui n’était alors que la troisième équipe du club.

Cette 3e équipe est logiquement devenue la 2e. Et quand la première équipe est tombée de 3e ligue il y a un an, les dirigeants ont fait appel à Edy Bridy pour réunir les meilleurs éléments de la «une» et de la «deux» pour former une équipe compétitive.

Et la mayonnaise a pris, puisque Echandens IA s’est qualifié pour les finales. Elle y sera considérée comme un outsider, car elle n’a réalisé «que» 1,9 point par match en moyenne en championnat, soit la moins bonne moyenne des 16 finalistes.

Echandens IA s’appuie sur de nombreux joueurs formés au club, dont la majorité des présumés titulaires, à l’image notamment du défenseur central Julien Demore, des demis axiaux Natanael Viau et Pierre Feldkamp (de retour du Mont au 2e tour) ou des attaquants Matthieu Alou et Chotiwat Chaikuntod. Mais il y en a encore bien d’autres.

Déjà compétitif au 1er tour, Echandens IA a apporté deux précieuses retouches au printemps. A 21 ans, le demi Pierre Feldkamp (5 buts au 2e tour) est un sacré «plus» pour l’équipe. Par contre, Echandens IA a tourné avec 4 gardiens cette saison, entre blessures et occupations professionnelles.

Si l’on consulte le classement des buteurs, Echandens semble peiner dans ce domaine, puisque les attaquants Daniel Alves et Matthieu Alou sont à 10 et 7 réussites. Mais tous deux ont été très souvent absents (ils n’ont joué que 2 matchs ensemble). En vérité ce sont des hommes qui valent 20 buts par saison en 4e ligue. Alors s’ils sont aptes à jouer (mystère), cela peut faire mal.

Vignoble IIB
2e du groupe 6 – 20 matchs, 47 points

La «trois» de Vignoble va-t-elle rejoindre la «une» en 3e ligue? C’est la question qui se pose du côté de Cully. Et quelques autres dès lors que le niveau de cette troisième équipe est très probablement proche de celui de la première équipe (9e en 3e ligue).

La troisième équipe a démarré en 5e ligue la saison passée pour réussir immédiatement, comme attendu il est vrai, la promotion en 4e ligue. Elle est composée en très large majorité de joueurs de la volée 1998 de… Lutry. Et aura Lutry comme adversaire dans ses finales!

A 24 ans seulement, le défenseur central Jules Marche fonctionne comme entraîneur-joueur, et son papa Laurent comme assistant et coach. Jules Marche nous précise que Vignoble I est et restera l’équipe fanion d’un club qui a très bien accueilli cette prometteuse «trois».

Après la promotion en 4e ligue, Vignoble IIB a accueilli quelques nouveaux visages, pas forcément de Lutry. Dans les habituels titulaires, on distingue les demis Amedeo Oddo (21 ans), qui était souvent titulaire avec les M18 de Team Vaud en 2018/19 (comme défenseur central) et Marius Porteboeuf (23 ans), transféré du Stade-Lausanne-Ouchy (4e ligue), milieu aussi aligné en attaque chez les Culliérans.

L’équipe a donc une moyenne d’âge de 23 ans. Le poste de gardien a été le plus souvent attribué à Mael Bühlmann (21 ans, venu cette saison de… Lutry) et au Britannique Luke Martin (24 ans). Devant le portier: une défense 100% lutryenne.

Dans le compartiment offensif, l’autre Britannique Cameron McClure a porté son total à 16 buts (dont 12 pour le seul 2e tour). Il devance l’ailier Fabien Spina (11 buts). Tous deux sont des ex de Lutry. Comme un autre ailier: Julian Bär (6 buts au 1er tour, mais «indisponible» au 2e tour et pour les finales).

Rédacteur : Philippe Charmey

Leave a comment

*

code