Dimanche passé, la « deux » d’Haute-Broye s’est imposée contre Donneloye 6-0. Mais, l’événement était ailleurs avec la titularisation de Sandy Parrone. Victime d’un grave accident de scooter, il avait déjà rejoué lors du premier tour. Il a eu le droit à une petite cérémonie et le soutien inconditionnel de son entourage.

Sandy, pouvez-vous nous raconter ce dimanche particulier ?

C’était fou, j’ai eu tellement de soutien et d’amour, c’était très touchant. Il y a eu une petite cérémonie avant la partie. J’ai reçu un ballon signé par toute l’équipe. Dany (NDLR Daniel de Nardis, entraîneur de la « une ») a fait un joli discours sur le fait de porter le maillot, l’envie et la motivation. C’était émouvant. J’ai vraiment passé un très bon moment.

Sandy avec le numéro 18 (Crédit photo Instagram: forrest_schorderet)

Et le match alors ?

Je sentais que j’allais être titulaire, j’ai bien joué et je me suis bien entraîné. Je me réjouissais beaucoup, j’étais très motivé. Toute l’équipe voulait absolument les trois points. Même si on était très concentré, on a mal commencé la rencontre. Donneloye est venu au duel, mais on était prêt physiquement, on a su répondre. En première mi-temps, il nous a manqué de l’inspiration offensive, mais en seconde période, ça a mieux été avec cinq réussites (rires). La profondeur de banc a fait tourner le match.
Quant à moi, je n’ai pas touché trop de ballons, mais j’ai joué 60 minutes et on a gagné.

Que de chemin parcouru depuis votre accident ! Comment s’est passé votre come-back dans le monde du foot ?

J’étais de retour avec la « une » lors du 2e tour de la saison 2019/2020 en tant qu’assistant. Ça me permettait d’être encore actif, ça m’a bien aidé d’être entouré et de pouvoir me maintenir physiquement.
J’ai annoncé à la fin de la saison dernière que je voulais redevenir joueur. J’ai recommencé lors du premier tour en 4e ligue. J’ai joué des bouts de match, je me rappelle avoir été titulaire contre Jorat-Mézières. J’étais placé en 6 ou 10, ce qui est inhabituel pour moi. J’évolue plutôt sur l’aile. Malgré tout, j’avais de bonnes sensations et il y avait une superbe ambiance, mais j’étais un peu inquiet, j’évitais les contacts. Malheureusement, on n’a pas eu une bonne fin de 2e tour avec un enchaînement de mauvais résultats.
Mais, j’étais très heureux, retrouver le foot était important pour moi et surtout rejouer pour Haute-Broye.

(Crédit photo Instagram: forrest_schorderet)

Dorénavant, quels sont vos objectifs ?

On a de la chance d’avoir une superbe équipe. On peut faire de belles choses. On peut viser un retour dans le haut du tableau ou être dans le top-4. Pour la saison prochaine, si on garde le même effectif et avec l’apport de 2-3 bons jeunes, on pourrait se montrer plus ambitieux. On est vraiment une bonne équipe de copains.
Quant à moi, je me vois bien rester un an et demi avec la « deux ». Ensuite, j’aimerais rejouer avec la 3e ligue, mais chaque chose en son temps.

Il paraît que Sandy est meilleur que Cristiano Ronaldo, selon une pancarte écrite par votre fan’s club…

C’est l’avis de mes potes, mais en vrai, ce n’est pas encore le cas… Surtout quand je suis tombé tout seul avec le ballon pendant le match. Je pense que je vais rester Sandy pour l’instant (il éclate de rire).


Alexandre Fuchs était un entraîneur heureux dimanche. Il a titularisé Sandy Parrone (voir ci-dessus) et a vu sa formation l’emporter 6-0 contre Donneloye II. Cette victoire permet de remonter à la 6e place.

Alexandre, pouvez-vous présenter en 2-3 mots ?

J’ai repris la « deux » d’Haute-Broye cet hiver à la suite d’un premier tour compliqué (NDLR L’équipe pointait au 8e rang avant la reprise). Je joue comme latéral droit dans cette équipe depuis plus de 10 ans et je continue de fouler les pelouses, malgré mon nouveau statut.

Premier match officiel comme entraîneur pour Alexandre Fuchs et première victoire!

Vous avez eu la chance, dimanche 20 mars, de coacher le retour de Sandy Parrone en tant que titulaire. Pouvez-vous nous raconter cet événement ?

Tout d’abord, il y a eu la surprise en début de match, on lui a fait une cérémonie pour son but inscrit en match amical contre Poliez-Pittet, il y a quelques semaines. On voulait marquer le coup. Il a reçu un cadeau, Dany (NDLR De Nardis, entraîneur de la « une » d’Haute Broye) a dit quelques mots, on a tous eu la larme à l’œil. Cela m’a inspiré pour ma petite théorie d’avant-match. J’ai beaucoup évoqué l’histoire de Sandy.

Votre théorie a fonctionné vu votre victoire sans appel 6-0…

(Rires) Oui, on a joué sur un faux rythme en première mi-temps, mais en deuxième ça a très bien été avec 5 buts inscrits. Depuis le début de la préparation, on a un bon esprit, on est en train de créer quelque chose avec une bonne ambiance et un investissement de tous et ça se ressent sur le terrain.

(Crédit photo Instagram: forrest_schorderet)

Qu’avez-vous pensé de la performance de Sandy ?

Lors du premier tour, il faisait des rentrées, mais il n’était pas encore prêt physiquement. Il a fait une très bonne préparation ponctuée par son but contre Poliez-Pittet, mais il a également scoré avec la « une » contre Ursy qui évolue en 2e ligue fribourgeoise. Il est en pleine possession de ses moyens et a confiance en ses capacités. Dimanche, Sandy a joué 60 minutes, il s’est donné comme un malade, bien qu’il se soit mis une grosse pression. Il était très volontaire et très engagé. Il était placé sur le couloir gauche, mais le jeu a plutôt penché sur la droite.

Il manquait juste son petit goal qui aurait sûrement fait plaisir à son fan’s club qui était venu pour l’occasion avec des pancartes où était inscrit « Sandy meilleur que Cristiano Ronaldo », si je me rappelle bien, c’était très chouette. J’ai de la chance d’avoir un joueur de cette qualité dans mon effectif, je sais bien qu’il retournera rapidement plus haut…

Chiffre : 1248 jours entre le jour de son accident et son « premier » goal avec la « deux ».

Leave a comment

*

code