Il était 17h15 lorsque Gilbert Carrard nous a rappelé. “Je suis désolé, j’aurais aimé le faire plus tôt, mais j’ai eu 150 téléphones”, s’est excusé le président du comité de jeu de l’ACVF, sans qu’on lui ait demandé de le faire. Oui, l’ancien président du FC Poliez-Pittet a passé un mercredi très compliqué, lui qui a dû gérer les renvois de matches du mardi soir. S’en sont suivie moult polémiques, des plaintes, quelques menaces et haussements de voix. Et tout a fini par s’arranger? Non, pas du tout. Au final, Donneloye-Saint-Prex se joue ce mercredi et Venoge-Saint-Légier… mardi prochain, une situation que l’ACVF voulait absolument éviter. “Rien n’a joué, c’est vrai. On peut même aller jusqu’à dire que tout est allé de travers”, s’est plaint Gilbert Carrard, visiblement marqué par la tournure des événements.

D’abord, tout a été renvoyé d’une semaine

On va tenter de les résumer, d’ailleurs. Les deux matches étaient fixés à mardi soir. Or, mardi matin, il a commencé à pleuvoir sur une grande partie du canton. “Franchement, il tombait des cordes. On commençait à recevoir des messages allant dans le sens de renvois. Or, comme vous le savez, si un match ne se joue pas, les autres du groupe non plus. Par commodité, et pour que les finales soient une fête, on a pris la décision très vite de renvoyer les matches à mardi prochain”, explique Gilbert Carrard. Pourquoi une semaine après? “Parce que j’avais regardé la météo et que j’avais vu que mardi prochain, ce serait grand soleil. J’ai pensé aux buvettes, aux clubs. Je me suis dit qu’en une semaine, ils auraient le temps de refaire de nouvelles affiches, d’inviter les gens. Et en jouant tous mardi, l’équité sportive était préservée.” L’argument se tient.

Et là, les problèmes commencent

Le problème, c’est que Gilbert Carrard, en voulant faire bien, a commis une erreur. “Oui, je la reconnais. J’ai été trop vite”, admet-il. Car le règlement des finales est clair: tout match renvoyé doit se jouer le lendemain. Dans ce cas-là, mercredi. “Mais Venoge m’a dit clairement qu’ils ne pouvaient pas, que leur terrain était fermé”, se défend-il. Une version que le FCV dément clairement, de la voix de son entraîneur Luis Rodrigues: “C’est faux. On était prêts à prendre le risque de massacrer le terrain. On l’a notifié clairement par mail.” Et là, les ennuis commencent. Car rien n’est clair, en fait. Et surtout, le règlement n’est pas respecté, ce qui a fait bondir Alain Schacher.

Le règlement est clair: on joue le lendemain

Le président du FC Donneloye a tenu à mettre les choses au point, mercredi: “Hier, on pouvait jouer à Donneloye, les conditions étaient impeccables. On nous dit que Venoge ne peut pas jouer, donc que notre match est repoussé aussi au nom de l’équité sportive. Soit. Mais je sais lire un règlement: ce match devait être renvoyé au mercredi.” L’argument est béton et Donneloye a donc demandé à jouer le lendemain, comme le prévoient les textes. “La semaine prochaine, on a 5 joueurs loin. On ne peut pas leur demander d’annuler leurs vacances une semaine après la fin des finales. Surtout qu’on avait anticipé en leur demandant d’être prêts le lendemain, toujours selon le règlement.” Donneloye a donc demandé, et obtenu, de jouer ce mercredi, 24 heures après la date prévue. Une décision assez logique, mais un premier changement, déjà.

Alain Schacher: “On n’est instigateurs de rien”

Surtout, le FCD ne supporte pas d’être mis en cause dans cette affaire. “Nous, on n’est instigateurs de rien. On voulait jouer hier, le terrain était praticable et on avait tout près. La nourriture, les boissons, l’accueil… On attendait du monde et on était prêts à jouer”, précise Alain Schacher. La blessure de Sacha Margairaz n’était-elle pas un motif de renvoi? “J’ai entendu ça et je préfère en rire: Sacha avait déjà effectué son infiltration, il était apte à jouer. Il s’est d’ailleurs entraîné mardi et il jouera mercredi”, continue le président. Soit. Donneloye n’y est pour rien, sinon d’avoir demandé une application stricte des règlements.

Luis Rodrigues: “Le FC Venoge n’est pas une balle de ping-pong”

Venoge, de son côté, voulait aussi jouer mardi, et était même prêt à le faire mercredi. “Pourtant, on avait des soucis. Notre gardien manquait à l’appel mercredi, pour raisons privées. Mais je suis pour l’équité. On s’est défendu et tout ce qu’on demandait, c’était d’être consultés. Pourquoi ne pas avoir les quatre présidents au téléphone et tenté de trouver une solution qui satisfasse tout le monde? On a vraiment l’impression que le FC Venoge a été une balle de ping-pong, ballottée d’un camp à l’autre. C’est triste”, explique Luis Rodrigues.

Pourquoi ne pas avoir appliqué le règlement?

Dans un premier temps, mardi, l’ACVF avait bon espoir que les deux matches puissent être refixés mercredi. “Cela devait être fait ainsi, mais Venoge n’a pas voulu”, explique Gilbert Carrard, ce que le FCV conteste fermement. Pourquoi ne pas avoir purement et simplement appliqué le règlement? Il soupire: “Mais parce qu’on veut être arrangeant… Cela ne sera plus le cas à l’avenir, je peux vous le promettre.” La Vaudoise aurait pu obliger Venoge à jouer sur terrain neutre (et synthétique), mais rien dans le règlement des finals ne le prévoit. “Et surtout, je le répète, on veut que les finales soient une fête. Obliger Venoge à aller sur un synthétique à Prilly ou à Pully, ce n’est pas l’esprit des finales.” Soit.

Philippe Chaperon: “Et l’équité? Et le fameux fair-play?”

Du coup, mardi soir, les deux matches étaient fixés à six jours d’écart. Une aberration, tant l’ACVF avait dit et répété que les finales devaient absolument se jouer le même jour, strictement à la même heure. Saint-Légier, qui devait se déplacer à Penthalaz pour affronter Venoge, était dépité. Philippe Chaperon, son entraîneur, nous l’a dit: “On est furieux. Mon président et moi n’avons pas de mots assez forts pour dénoncer cette mascarade. Et l’équité? Et le fameux fair-play?On a le sentiment d’être roulés dans la farine. On nous dit depuis un mois que l’on doit jouer en même temps et là, tout d’un coup, on se retrouve avec un match fixé la semaine après tout le monde. Mais moi aussi j’ai des joueurs qui ne seront pas là et qui partent à l’Euro! Mais parce que c’est Saint-Légier, ça ne compte pas? On est trop loin de Lausanne?” Cette réaction-là est survenue mercredi matin.

Venoge est finalement d’accord, Saint-Légier refuse par manque de joueurs

Mercredi à 14h, stupeur, le match était refixé au mercredi soir, soit six heures plus tard! Venoge, dans un souci d’apaisement et de fair-play, a insisté pour jouer le soir-même. “Notre terrain va être foutu, mais tant pis, on prend le risque”, expliquait Luis Rodrigues. La classe. Mais là, Philippe Chaperon a vu rouge et a refusé l’offre. “Mais c’est une blague? Mes joueurs partent au boulot le matin, ils ne prennent pas leur sac de foot. On ne peut pas convoquer un match six heures avant son coup d’envoi, quand même! J’ai cru rêver… ” Saint-Légier a donc rappelé Gilbert Carrard et décliné l’offre. On a eu un peur que la non-présence se transforme en forfait 3-0, mais l’ACVF n’a heureusement pas l’esprit aussi mal tourné que nous. Gilbert Carrard a simplement accepté que le match soit… refixé à mardi prochain! En clair, Venoge-Saint-Légier a changé trois fois de date en 18 heures. Belle performance.

Plus de pluie, par pitié

La morale de cette histoire? On espère juste qu’il ne pleuve pas sur le canton de Vaud ce week-end. Parce que sinon, on risque bien de ne jamais savoir qui seront les six promus en 3e ligue. Ou alors dans très longtemps… Gilbert Carrard, lui, a quand même un dernier message à faire passer: “Je comprends les critiques et je vous l’ai dit: j’assume de ne pas avoir tout fait juste. Ce sont mes premières finales, j’ai voulu arranger les gens. Je ne ferai plus cette erreur. Mais ma morale à moi, je vais vous la donner: quand on n’a pas affaire à un peu de bonne volonté de la part de tout le monde, c’est difficile de trouver un consensus.” Une chose est sûre: les esprits sont échauffés et les critiques à l’encontre de l’ACVF sont virulentes. Cela peut se tasser vite, si tout se passe bien ces prochains jours. Mais cela peut s’enflammer tout aussi vite suivant la prochaine tournure des événements…

Le nouveau tableau des finales de 3e ligue

Groupe 1

Samedi 11 juin, 19h30

Saint-Légier – Donneloye 7-2 (2-2)
Buts pour Saint-Légier: Florian Thibaut, Valon Ramosaj, Yannick Martin (2x) et Kustrim Derguti (3x)
Buts pour Donneloye: Jérôme Thomas et Dominique Menana.

Saint-Prex – Venoge 1-2 (1-1)
But pour Saint-Prex: Alex Fernandes
Buts pour Venoge: Brian Baali et Carlos Monteiro.

Mercredi 15 juin, 20h

Donneloye – Saint-Prex

Samedi 18 juin, 19h30

Venoge – Donneloye

Saint-Prex – Saint-Légier

Mardi 21 juin, 19h30

Venoge – Saint-Légier

Leave a comment

*

code