Warning: Trying to access array offset on value of type bool in /home/clients/1b32da1c05e8d830d6c7c8e2eb16d637/web/wp-content/themes/fcunited/theme-specific/theme-tags.php on line 867

Warning: Trying to access array offset on value of type bool in /home/clients/1b32da1c05e8d830d6c7c8e2eb16d637/web/wp-content/themes/fcunited/theme-specific/theme-tags.php on line 883

Cinq secondes après le coup de sifflet final, Edin Becirovic sort du terrain, se dirige vers le banc de touche et évacue sa rage contre celui-ci. “Franchement, j’étais hors de moi. Furieux. C’est rare que je sois comme ça après un match, mais là, on a tout foiré”, expliquera-t-il plus tard, à peine calmé, la voix encore pleine de colère. L’attaquant d’YS le sait: son équipe a laissé filer deux points samedi au Stade Municipal, au point que ce match nul face à Echallens ressemblait furieusement à une défaite. Yverdon voulait absolument se racheter de sa défaite à Naters, mais ressort de ce match terriblement frustré. Le résultat? 2-2. Ce n’est pas dramatique en soi, mais le fait de concéder l’égalisation à la dernière minute de jeu avait terriblement de mal à passer dans les couloirs du Stade Municipal. Car Yverdon, franchement moyen en première mi-temps, a dominé toute la deuxième partie du match, prenant même l’avantage grâce à une frappe sublime d’Ange Nsilu, du gauche, à la 87e. A trois minutes de la fin, Echallens était abattu, prêt à tout perdre. Et le pire, c’est qu’YS a eu deux occasions d’inscrire le 3-1…

Vittorio Bevilacqua: “Et après ça, on ose me parler de finales?”

La plus nette? Pour Juan Manuel Parapar, à la 89e. Magnifiquement servi par Edin Becirovic, l’Espagnol s’est présenté seul face à Ludovic Zwahlen. Sa finition? Un vilain ballon piqué, sauvé sans trembler par un défenseur. Pas assez de conviction, tout simplement. Deux minutes plus tard, Steve Samandjeu s’infiltrait dans les seize mètres yverdonnois et se faisait crocheter par Murphy Dimonekene. Penalty logique, transformé par Fatah Ahamada (son deuxième du jour!). Vittorio Bevilacqua, lui, fulminait: “Si on doit tuer le match? Mais bien sûr! C’est toujours la même chose: on mène au score et on se fait reprendre. Je n’ai même plus la force de compter combien de fois c’est arrivé. Et après ça, on ose me parler de finales? De club professionnel? Alors qu’on n’arrive pas gagner un match quand on mène au score?” Le Tessinois espérait autre chose qu’un point en deux matches, c’est une certitude.

Un penalty d’entrée pour Echallens

Sur un plan comptable, il n’y a absolument aucune crise à Yverdon, qui est toujours largement en course pour les finales. En ce qui concerne le jeu, par contre, YS est un peu plus inquiétant. La première période, on l’a dit, a été particulièrement pauvre et le 1-1 à la pause était flatteur pour les Yverdonnois. Tout avait d’ailleurs mal commencé pour eux lorsque Fatah Ahamada, très bon, s’est retrouvé crocheté par Marc Ummel (5e). Penalty logique, transformé par le Comorien lui-même. Est-il le nouveau préposé? “Non, pas du tout. Avant le match, le coach dit que c’est à celui qui se sent de tirer. J’avais envie, j’étais bien, et j’ai marqué”, souriait-il. Echallens menait donc au score d’entrée face à un Yverdon Sport vraiment timide. Par rapport au match à Naters, les Nord-vaudois récupéraient pourtant Edin Becirovic et Toni Jankuloski, mais rien ne fonctionnait vraiment comme prévu.

Sacha Margairaz, impeccable pour le penalty du 1-1

Echallens dominait et se créait quelques situations nettes, notamment par Ahamada. Même sans Mathieu Germanier (grosse entorse, absent trois à quatre semaines), Echallens avait le contrôle du ballon et dominait sereinement. Arriva alors le 44e minute et une main de Jérôme Hyvernaud, provoquée par Becirovic. Penalty pour YS, que transformait imparablement Sacha Margairaz. 1-1 à la pause. Pas un miracle complet, mais au moins un demi.

Yverdon a dominé la deuxième période, Echallens a reculé

Vittorio Bevilacqua décidait alors de sortir Mamoudou Mara pour faire entrer Jean-Yves Momo à mi-terrain. Sacha Margairaz reculait donc en défense centrale… jusqu’à sa sortie pour blessure à l’heure de jeu. Cela n’empêchait pourtant pas Yverdon de jouer plus haut, et mieux, forçant Echallens à reculer, ce que la troupe de Julien Marendaz a volontiers accepté de faire. L’EFCR s’est soudain montré bien moins conquérant, espérant miser sur la vitesse de ses attaquants pour frapper en contre. Clairement, Echallens avait deux plans de jeu ce samedi. Les deux mi-temps s’étant soldées sur le score de 1-1, on peut en déduire que les deux étaient bons, mais Julien Marendaz n’a pas eu la même audace que face à Terre Sainte le week-end dernier. Alors que le score était à égalité, il avait alors sorti un joueur de couloir pour passer à deux pointes avec l’entrée de Tanfol Ouattara. Cette fois, il a fait du poste pour poste, remplaçant son avant-centre Jonathan Atkinson par Ouattara. Alors, manque d’audace? “C’est vrai, je n’ai pas osé jouer à deux attaquants, mais je l’assume. Le contexte était différent que la semaine dernière”, a expliqué l’entraîneur d’Echallens, auquel le score a donné raison.

Ange Nsilu se jette dans les bras de Vittorio Bevilacqua après le 2-1

Il s’en est fallu de peu, pourtant, pour qu’Echallens reparte battu d’Yverdon. Pourquoi? Parce qu’Ange Nsilu a inscrit un but monumental, son deuxième en deux matches. A la 87e, le Havrais a placé une frappe monumentale dans la lucarne de Ludovic Zwahlen, complètement impuissant sur ce coup-là. Ensuite? Une course folle pour se jeter dans les bras de… Vittorio Bevilacqua, qui ne l’a pourtant pas épargné ces derniers temps. Il y a quelque chose de fort dans la relation du Tessinois avec ses joueurs, ce n’est pas nouveau. Plus il traite ses joueurs de chèvres, plus ils l’aiment. C’était ainsi il y a dix ans, c’est ainsi aujourd’hui et ce sera ainsi dans dix ans. Ange Nsilu dans les bras de Vittorio Bevilacqua, donc, et 2-1 pour Yverdon, avant la fin que l’on connaît.

Yverdon criait sa colère, Echallens affichait son soulagement

Sur l’ensemble du match, ce nul est logique. Echallens a eu la première mi-temps, Yverdon la deuxième (à l’exception d’une frappe d’Ahamada de peu à côté, 81e), mais la fin de partie laisse largement plus de regrets aux Yverdonnois, qui avaient réussi à forcer la décision alors que les Challensois reculaient. Clairement, les visiteurs s’en sortent bien. Pourquoi on est aussi sûrs de nous? Parce qu’un camp était clairement plus heureux que l’autre après le match, tout simplement, et il s’agissait de celui habillé de jaune. De toute façon, tout va aller tellement vite, qu’on saura bientôt qui seront les deux ou trois finalistes dans ce groupe. Dans dix matches, déjà, ce sera fini. Et on le dit: on se réjouit de voir ce qui va se passer dans les deux mois à venir.

Les hommes du match

Du côté d’Yverdon, on a beaucoup aimé le match de Dadie Mayila, un peu comme à chaque fois en fait. L’ancien défenseur du LS est tellement fort qu’il ne passe jamais à travers. Il montre l’exemple par son abnégation et sa sérénité. Si tous les Yverdonnois étaient comme lui, Echallens ne serait jamais revenu… Sinon? Edin Becirovic n’a pas eu énormément de ballons à exploiter, mais il s’est battu comme un lion et a eu le mérite d’obtenir le penalty du 1-1 et d’offrir un véritable caviar à Juan Manuel Parapar à la 89e. Becirovic samedi? Pas en réussite, mais bien dans l’esprit, comme toujours.

A Echallens? On mentionnera déjà Fatah Ahamada. Pour son doublé sur penalty, déjà, parce qu’il fallait oser aller tirer celui du 2-2 à la 94e, mais aussi pour avoir obtenu le premier. Il a déjà été meilleur dans le jeu, mais il s’est montré décisif et il sait que sa marge de progression est là. Mention très bien, donc. Sinon? Damien Germanier mérite à notre avis sa place ici. Il a beaucoup travaillé à mi-terrain et a montré beaucoup de justesse balle au pied.

Les prochains rendez-vous

Pour ce qui est du championnat, Echallens rejoue samedi prochain, le 21, à 17h. L’adversaire? Team Vaud M21 se déplacera aux Trois-Sapins. YS, de son côté, recevra Lancy le samedi 28, à 16h, face à Lancy. Avant cela, Sacha Margairaz et ses coéquipiers recevront le redoutable FC Wettswil-Bonstetten en qualifications de Coupe de Suisse 2015/2016. Ce sera le 21 mars à 17h30 au Stade Municipal. Cela s’annonce compliqué, les Zurichois étant tout simplement leaders du groupe 3.

Yverdon Sport – FC Echallens Région 2-2 (1-1)

Buts: 5e Ahamada, pen. 0-1; 45e Margairaz, pen 1-1; 87e Nsilu 2-1; 90e Ahamada, pen. 2-2.

Arbitres: M. Musa, assisté de M. Maire et de M. Buchs.

YS: Ummel; Dimonekene, Mara (46e Momo), Mayila, Junior Montano; S. Margairaz (66e Pitronaci); Gabriele, Jankuloski (57e Bühler), Parapar; Nsilu, Becirovic.

Entraîneur: Vittorio Bevilacqua

Echallens: Zwahlen; Debluë, Hyvernaud, Lacroix, Samandjeu; Bastardoz, Laugeois, D. Germanier; Ahamada, Atkinson (72e Ouattara), Martinet (85e Caseiro).

Entraîneur: Julien Marendaz

Stade Municipal, 450 spectateurs.

Leave a comment

*

code