Toute l'actualité du football Vaudois

Un FC Assens magnifique de combativité vient chercher un point à Prilly

Jordi Peracaula avait demandé de la confiance à ses joueurs avant d'aller à la Fleur-de-Lys dimanche matin. Ils l'ont écouté et ont obtenu un point de fort belle manière face à un adversaire supérieur individuellement. Thierry Martin a encore marqué, Loïc Duvoisin a inscrit un doublé et Assens aurait même pu l'emporter si Benjamin Bühler n'avait pas repoussé un penalty de Martin en fin de match. Doublé d'Edin Becirovic pour Prilly.

2e ligue - 25 avril 2016

Jordi Peracaula avait demandé de la confiance à ses joueurs avant d'aller à la Fleur-de-Lys dimanche matin. Ils l'ont écouté et ont obtenu un point de fort belle manière face à un adversaire supérieur individuellement. Thierry Martin a encore marqué, Loïc Duvoisin a inscrit un doublé et Assens aurait même pu l'emporter si Benjamin Bühler n'avait pas repoussé un penalty de Martin en fin de match. Doublé d'Edin Becirovic pour Prilly.

On a un peu craint pour ce FC Assens dimanche matin, en arrivant à Prilly, on l’avoue. La pluie des derniers jours avait décidé les Prilliérans et l’arbitre à « délocaliser » ce match sur le synthétique de la Fleur-de-Lys, là où Grandson en avait pris 8 une semaine plus tôt (lire ici). Et vu qu’Assens avait commencé son année 2016 par deux défaites, on ne voyait pas bien comment ce match pouvait se terminer autrement que par une victoire des hommes de Claude Vergères. Le résultat? Une prestation magnifique du FCA, qui a obtenu un très bon nul 3-3, en passant tout près de la victoire. Plus que ce point, qui fait pourtant du bien, c’est la prestation des visiteurs qui a eu de quoi rassurer. Ils ont été très combatifs et n’ont pas fait que défendre, eux qui sont allés marquer ces trois buts au terme d’actions abouties de contre-attaques qui ne devaient rien à personne. Oui, ce FC Assens s’est montré séduisant.

Jordi Peracaula a demandé de la confiance

Jordi Peracaula, d’ailleurs, n’abordait pas ce match en victime. De loin pas, même. « Ce que j’ai dit aux joueurs avant le match? Confiance, en gros et en gras. Je leur ai répété plusieurs fois qu’on avait bien travaillé à l’entraînement et qu’on n’avait rien à craindre », a expliqué l’entraîneur du FCA, fier à juste titre de l’attitude et du comportement de ses joueurs. Ne craignait-il pas une chute en direction des enfers après les deux défaites face aux deux derniers (Orbe et Bosna)? « Absolument pas. Déjà, Orbe et Bosna sont deux faux derniers, si j’ose dire, vu ce qui s’est passé chez eux cet hiver. Bien sûr qu’on n’était pas contents de perdre ces deux matches, mais il n’y avait pas de quoi perdre la confiance, surtout que, je le répète, on a très bien travaillé à l’entraînement. »

Assens a gagné son premier point dimanche

Et ce fameux « syndrôme Bottens », celui qui voyait une équipe être bien placée à Noël avant de finir la saison reléguée? Jordi Peracaula sourit: « Mais ça, c’est vous qui l’avez inventé! Quand j’ai lu ça, je me suis dit que ça ne nous rendait pas service, mais on l’a très bien géré. Je comprends bien sûr votre raisonnement: on perd les deux premiers matches et on joue contre les trois premiers ensuite, il y avait un risque. Mais tout mon travail a justement été de faire comprendre aux gars que, justement, cela n’allait pas se produire ainsi. Et au final, on a montré ce matin que nos qualités étaient largement suffisantes pour s’en sortir par nous-mêmes. » Et de fort belle manière, qui plus est.

Prilly a dû encore changer de charnière

Car oui, ce FC Assens a été convaincant sur le synthétique de Prilly face à une équipe dont le but est évidemment d’aller disputer les finales. Les Prilliérans avaient encore dû remanier leur défense, eux qui étaient privés de Damien Vaucher et de Léonard Loba, deux titulaires. Un vrai casse-tête, car la charnière centrale vue contre Grandson avait enfin solutionné les problèmes défensifs des Violets. Cette fois, Claude Vergères avait décidé d’aligner Dimitri Jaunin et Tomislav Miocevic, deux hommes d’expérience et de qualité. Pas une mauvaise idée, bien sûr, mais Prilly, pour gagner en continuité, devra bien à un moment ou à un autre pouvoir évoluer plusieurs matches de suite avec la même charnière. Depuis le début de l’année 2016, Prilly a encaissé 14 goals en 5 matches! Un chiffre bien évidemment indigne d’un prétendant sérieux aux finales, même si la deuxième place est toujours bien assurée pour l’instant.

Thierry Martin répond à Toni Jankuloski

Les Violets ont ouvert la marque par Toni Jankuloski, dimanche matin. De près, le Macédonien a pu inscrire le 1-0 et donner l’avantage à son équipe. Et à ce moment-là, bien sûr, personne ne pensait Assens capable de revenir, ce qui s’avérera être une erreur sur toute la ligne. Car, dès la demi-heure, les visiteurs ont commencé à bien entrer dans le match, se montrant de plus en plus dangereux. Prilly ne trouvait plus Edin Becirovic, pas dans un grand jour, et Assens, petit à petit, gagnait du terrain et de la confiance, chère à son entraîneur. C’est finalement assez logiquement que Thierry Martin, le buteur en série (8 réalisations cette saison), a pu égaliser avant la pause, finissant une belle action collective. 1-1 à la mi-temps.

Edin Becirovic a-t-il marqué? Il semblerait que oui

La folie du dimanche matin a alors frappé: on le sait, chaque fois qu’il y a un match à Prilly, il y a entre 6 et 10 buts. Cela ne plaît pas aux voisins, qui sont réveillés à chaque fois que « Becigoal » frappe, mais c’est ainsi: pour le spectacle, prière de se rendre à la Fleur-de-Lys entre 10h et 11h45 le dimanche. Alors, on était un peu déçus après ce 1-1 initial, mais on se doutait bien que l’avalanche allait arriver. Le premier à frapper? Edin Becirovic. Même moins bon dans le jeu, on l’a dit, le Bosnien a toujours le sens du but. Alors, quand Junior Montano a frappé son coup-franc rentrant de la 55e, Becirovic a coupé la trajectoire juste ce qu’il fallait pour tromper Elliot Kempf. Avait-il vraiment touché ce ballon, « Becigoal »? Lui jure que oui, Junior Montano sourit sans répondre et nous, on est sceptiques. L’arbitre a tranché: but de Becirovic. Il est vrai que sans lui, le ballon ne serait pas entré, puisque sa course croisée a gêné la vision du gardien d’Assens, mais il a plus effleuré ce ballon que vraiment touché. En gros, si Julien Jemmely, son rival dans la course au titre de Roi des buteurs de 2e ligue, décide d’engager un huissier de justice sur ce coup-là, on est prêt à aller témoigner au Tribunal Arbitral du Sport, mais on n’est pas sûr du tout d’avoir la bonne réponse. Bref, but d’Edin Becirovic et 2-1 pour Prilly.

Deux buts magnifiques sur contre-attaque pour Assens

Le FC Assens a alors immédiatement relevé la tête et… repris l’avantage sur deux actions de contre absolument magnifiques. Loïc Duvoisin a conclu les deux, mais c’est bien toute l’offensive du FCA qui est à saluer sur ce coup-là. Thierry Martin et ses copains ont utilisé le synthétique de la meilleure de manière, jouant rapidement au sol, à une ou deux touches de balle, pour inscrire ces deux buts que Pablo Iglesias peut sans problème prendre comme exemples dans ses cours de l’ACVF. « Comment marquer en contre-attaque sur terrain synthétique? L’exemple du FC Assens », voilà qui sonne assez bien comme support de cours. En cinq minutes, le score était passé de 2-1 à 2-3, sans que Prilly ait rien compris.

Le sacrifice victorieux de Tomislav Miocevic

Bien sûr, il y a de la qualité individuelle dans ce FC Prilly, qui a trouvé les ressources pour égaliser, grâce à une jolie action de Yoan Nicolas, conclue par Edin Becirovic. 3-3, deux minutes avant la scène la plus incroyable de ce dimanche matin. A la 75e, Tomislav Miocevic s’est en effet sacrifié pour sauver un ballon qui prenait la direction du petit filet de Benjamin Bühler. M. Benjamin Maillard, l’arbitre de cette rencontre, avait tout vu et a décidé, logiquement, d’expulser le défenseur central de Prilly et d’indiquer le point de penalty. Thierry Martin a alors manqué l’occasion de donner la victoire à son équipe, mais il faut plutôt rendre hommage à Benjamin Bühler sur ce coup-là. Le portier a choisi le bon côté, sur sa gauche, et a dévié sur son poteau, du bout des doigts, l’envoi de l’avant-centre. Bravo à lui et tant pis pour Assens, qui devra donc se contenter de ce point.

Prilly est resté à trois derrière, même à dix

Car même à 10, c’est bien Prilly qui a dominé la fin de match, passant tout près du 4-3 à plusieurs reprises. Yoan Nicolas aurait pu, deux fois, Edin Becirovic aussi, mais le score ne bougera plus. Claude Vergères a d’ailleurs montré un certain courage sur ce coup-là, passant à trois derrière à 2-3 et conservant son dispositif même à neuf joueurs de champ. L’audace n’a pas été récompensée, mais elle mérite d’être saluée. 3-3, score final, un résultat qui nous paraît assez juste. Pour résumer, Prilly avait le talent, Assens la combativité. Deux vertus qui permettent à chacune des deux équipes de repartir avec un point.

Les hommes du match

Du côté de Prilly, Benjamin Bühler a été très convaincant ce dimanche. Il est peut-être un peu spectateur sur le premier but, mais il a eu le mérite de sauver le penalty de la victoire pour Assens. Globalement, il a été très sûr dans ses prises de balle. Sébastien Chappuis, le latéral droit, n’a pas grand-chose à se reprocher sur le match. Il s’est bien battu, avec ses qualités, et il a une grande force: il ne se prend pas pour un autre. Un homme sur qui on peut compter. Enfin, Junior Montano mérite également une mention. Il nous a moins fait rêver que contre Grandson la semaine dernière, mais il a tout de même réalisé une prestation très correcte.

Pour Assens, évidemment que l’on va mentionner le duo d’attaque composé de Thierry Martin et de Loïc Duvoisin. Les deux hommes ont dynamité la défense prilliérane sur leurs contre-attaques. Il n’y en a pas eu beaucoup, mais toutes celles qu’ils ont pu développer ont fini au fond. Deux tueurs à sang-froid. Mention très bien aussi à Michael Corthésy en défense. Dur sur l’homme, correct à la relance.

Les prochains rendez-vous

Prilly reçoit Pully ce mardi à 20h15, avant d’accueillir Champvent dimanche à 10h. Assens accueille Grandson ce mardi à 20h et s’en va à Lutry dimanche à 15h30.

FC Prilly-Sports – FC Assens 3-3 (1-1)

Buts: 117e Jankuloski 1-0; 37e Martin 1-1; 55e Becirovic 2-1; 58e et 65e Duvoisin 2-3; 73e Becirovic 3-3.

Arbitres: M. Benjamin Maillard, assisté de M. Edin Selimovic et de M. Elvis Masabo.

Prilly: Bühler; Chappuis, Jaunin, Miocevic, Mandulu (72e Nelson Da Costa); Hoti, Jankuloski, Junior Montano; Nicolas, Becirovic, Demiri.

Entraîneur: Claude Vergères.

Assens: Kempf; Pétremand, Risse, Corthésy, Crudo; Loutan (58e Froignier), Crot, Pache; Despont, Martin, Duvoisin.

Entraîneur: Jordi Peracaula.

Centre sportif de la Fleur-de-Lys, terrain synthétique. 75e, expulsion de Tomislav Miocevic (main sur la ligne) 75e, Benjamin Bühler dévie sur son poteau un penalty de Thierry Martin.

À lire également