Toute l'actualité du football Vaudois

Amical Saint-Prex: néo-promu et champion d’automne!

Venoge peut encore rattraper Amical, mais devra pour cela gagner ses deux matches en retard. Quoi qu'il en soit, Saint-Prex a réussi un magnifique premier tour, ponctué par une victoire 3-1 face à Pied du Jura dimanche.

2e ligue - 20 novembre 2016

Venoge peut encore rattraper Amical, mais devra pour cela gagner ses deux matches en retard. Quoi qu'il en soit, Saint-Prex a réussi un magnifique premier tour, ponctué par une victoire 3-1 face à Pied du Jura dimanche.

On lui prédisait une saison compliquée, voilà le club de Marcy très probable champion d’automne! Fort de sa victoire 3-1 face à Pied du Jura dimanche, la troisième consécutive, la huitième du premier tour, Saint-Prex est assuré de passer l’hiver dans le siège de leader puisque seul Venoge peut encore revenir à sa hauteur. Mais pour cela, il faudra que les hommes de Luis Rodrigues (meilleurs au fair-play) gagnent leurs deux matches en retard, eux qui ont six points de retard et qui ne rejoueront peut-être pas ces deux matches en 2016. Cela n’enlève rien à la performance d’Amical qui, avec une moyenne de deux points par rencontre, n’a aucun égal dans ce groupe 1, en attendant les deux derniers résultats du FC Venoge (à Champvent et face à Aubonne), donc.

Et si personne n’est parvenu à suivre leur rythme effréné, c’est que les Saint-Préyards jouent les têtes d’affiche depuis le mois d’août, surprenant leurs adversaires les uns après les autres sans jamais faiblir. Ce titre honorifique de champion d’automne, ils l’ont mérité. Et dire qu’Amical a failli être scotché en 3e ligue une saison de plus…

«Je ne regrette absolument rien»

«À la base, je ne voulais pas faire recours, explique le président, Stéphane Porzi. Il faut le dire, on est passé à côté de nos finales de promotion, il n’y a pas d’autres mots. Le terrain avait rendu sa décision et j’étais prêt à m’y tenir. Ça ne me réjouissait pas de passer une autre saison en 3e ligue, mais je l’aurais accepté. Et puis, certains membres du comité m’ont fait part de leur incompréhension et m’ont clairement encouragé à faire recours. La suite, tout le monde la connaît, et je ne regrette absolument rien. On est en train de réaliser une saison magnifique et on affronte des équipes de la région presque un week-end sur deux, c’est génial pour les gens du coin. Et puis, lorsqu’on voit la qualité des formations de 3e ligue cette année, je dois vous avouer que c’est un petit soulagement d’avoir déjà gravi l’échelon». Un soulagement qui fait aussi les affaires de Malley, d’Italia Nyon et de Gingins, qui ne sont, donc, plus que trois à lutter pour les deux places de finaliste du groupe 1 de 3e ligue.

Des retouches intelligentes durant l’été

Le succès d’Amical, c’est aussi celui de son recrutement. Stéphane Porzi a appris un peu plus tard que les autres présidents qu’il s’apprêtait à disputer le championnat de 2e ligue, mais cela ne l’a pas empêché de renforcer sa première équipe vite et bien. «Déjà, il y a eu Mario Chedly, notre coach, à qui je tire mon chapeau. Il est arrivé sans connaître qui que ce soit et a su s’intégrer immédiatement. Il fait un travail génial avec les joueurs et sait mobiliser l’équipe mieux que personne. Et puis, il y a eu la venue des Echichanais: Julien Bamert, Alain Maget, Julien Deprez… Honnêtement, on ne pouvait pas espérer mieux que ces gars-là. Sur le terrain, ils nous font énormément de bien, et en dehors, humainement, ils sont simplement géniaux. Sinon, c’est à peu près tout… En fait, l’équipe n’a vraiment pas tant changé que ça, et c’est une petite fierté que de se dire que le groupe est toujours quasiment le même, composé en bonne partie par des Saint-Préyards, et qu’on a pu passer au niveau supérieur ainsi», se réjouissait l’homme fort de Saint-Prex.

Amical est numéro 1 à tous les niveaux

Il faut dire que l’homme a de quoi avoir le sourire. Plus rien n’arrête son équipe fanion, la II demeure invaincue et caracole également en tête de son groupe, en 4e ligue, et la III pointe au deuxième rang du sien, en 5e ligue. Amical se porte bien et commence véritablement à bénéficier de la qualité de sa formation. «Prenez Loïs Chatelain, lançait Stéphane Porzi. Le jeune homme a 17 ans, aujourd’hui il marque le but qui nous permet de passer devant. C’est formidable de pouvoir compter sur ces jeunes qui montent. C’est là qu’on remarque que le temps presse et qu’il serait bien d’avoir une deuxième équipe en 3e ligue. Heureusement, c’est en train de se faire. Il faut dire que notre II possède des joueurs de qualité, notamment, quasiment en permanence, trois ou quatre membres du cadre de la première. Et ce n’est pas qu’ils n’ont pas le niveau pour jouer sous les ordres de Mario Chedly, simplement que la 4e ligue leur convient mieux en fonction de leur investissement personnel, à l’image d’un Igor Rakic, par exemple».

Pied du Jura n’a pas pu goûter à nouveau au synthétique de Marcy

Le président d’Amical l’a rappelé, il y a bien eu un match à Marcy, ce dimanche. «Et, vu que les conditions le permettaient, on a pu le jouer sur notre terrain en herbe», rappelait-il. Un premier coup dur pour Pied du Jura, qui aurait sans doute préféré s’expliquer sur le synthétique d’à côté, après sa très solide performance du week-end dernier sur ce même terrain (lire ici). Il n’en a rien été et la troupe de Johann Späni a dû accepter de batailler sur une surface qui, disons le clairement, ne leur a rien épargné. Si, sur un synthétique aux dimensions réduites, Pied du Jura aurait parfaitement pu imaginer tenir la baraque derrière et faire la différence sur une ou deux fulgurances, il en fallait nettement plus pour parvenir à surprendre l’armada saint-préyarde sur une longue pelouse qu’elle connaît comme sa poche. «Les joueurs l’aiment tellement que je n’arrive même plus à aller les faire jouer au Vieux-Moulin, au bord du lac…», se marrait Stéphane Porzi, dont les soucis actuels sont nettement moins compliqués à résoudre que ceux qui se posent à Pied du Jura.

Pas sûr qu’Adrien Fuchs était véritablement hors-jeu

Car les matches se suivent et se ressemblent pour Nicolas Fuchs et sa bande. Saint-Prex a mérité sa victoire? Cela ne souffre d’absolument aucune discussion. Et pourtant, il a manqué un rien à «PdJ» pour pouvoir prétendre à mieux. Cette fameuse réussite qu’on ne prête qu’aux riches, ou plutôt aux formations de haut de tableau. À l’heure de jeu, Adrien Fuchs a, effectivement, eu le ballon du 2-2 dans les pieds. Il l’a même mis au fond, avant que l’arbitre assistant ne lève son drapeau et signale une position de hors-jeu. Si le buteur l’était vraiment? Difficile à dire. Un détail? Pas vraiment, pas pour une équipe qui a peiné à se procurer des occasions tout au long de la rencontre et qui avait déjà vu trois de ses réussites annulées le week-end dernier. Surtout que Lamine Soumahoro inscrivait le but de K.O une poignée de secondes plus tard. Le foot n’est jamais aussi cruel que lorsqu’on se trouve dans une spirale négative, et les hommes de Johann Späni en font chaque week-end un peu plus l’amère expérience.

Une armada offensive impressionnante

S’il y a bien quelque chose à garder de ce tournant du match, c’est le 3-1 de l’attaquant saint-préyard. Il avait déjà fait tout juste sur le 1-0, en relais avec Mario Pessoa pour enrhumer l’arrière-garde visiteuse. Cette fois, Lamine Soumahoro n’a eu besoin de personne pour donner le vertige à ses adversaires. Une contrôle monstrueux, une accélération pour se défaire du marquage de son cerbère et s’ouvrir un angle, une frappe hallucinante en déséquilibre pour battre Loïc Lambelet et l’affaire était dans le sac. La réussite d’Amical cette saison n’est pas à aller chercher beaucoup plus loin. L’ambiance qu’il y règne est excellente, l’amalgame de l’effectif a totalement pris et, surtout, ses attaquants sont en pleine bourre. Talel Chedly, même blessé (il a joué les 40 dernières minutes aujourd’hui), a déjà planté à onze reprises et Lamine Soumahoro neuf fois. Surtout, ces deux-là peuvent compter sur le soutien indéfectible de l’excellent Mario Pessoa (trois buts), pièce maîtresse du contingent morgien.

La providence a aussi son rôle à jouer

«On n’oublie pas qu’on a également la réussite de notre côté, tempère Stéphane Porzi. Lorsque je constate la situation de Pied du Jura, ça me fait mal au cœur. Cette équipe vaut tellement plus que son classement actuel… Mais ils n’ont pas de chance, il faut le dire, tout le contraire de ce qu’on est en train de vivre. Face à Forward-Morges (lire ici), on peut faire match nul, voire perdre, cela ne m’aurait pas choqué. Mais on finit tout de même par gagner. Je n’enlève rien à notre formidable premier tour, mais il faut savoir reconnaître quand les événements tournent en notre faveur». Et, lorsque uniquement six points séparent le 3e du 12e, ces mêmes événements peuvent rapidement créer certaines surprises. Pour le meilleur (1re place d’Amical Saint-Prex), comme pour le pire (14e place du FC Pied du Jura). Cette fois, c’est sûr, l’équipe dirigée par Johann Späni passera l’hiver sous la barre, en avant-dernière place, avec trois points de retard (et un match en plus) sur le premier non-relégable. Si «PdJ» est capable d’oublier ce premier tour raté au printemps prochain et de repartir à zéro, alors il se sauvera, cela nous paraît évident. Dans le cas contraire, il faudra être prêt à laisser sa peau sur le terrain jusqu’à la dernière seconde du dernier match.

«Les finales? On ne va pas s’enflammer, mais on ne se privera pas!»

«Avec 28 points, je crois qu’on peut dire que le maintien est assuré, souriait en conclusion, quant à lui, Stéphane Porzi. Les finales? On ne va pas s’enflammer, mais, si on a la possibilité de les disputer, alors ne se privera pas. On a un groupe de grande qualité et, finalement, même si on ne s’attendait pas à finir champion d’automne, ces résultats ne sont qu’une demi-surprise. Après, pour nous, la 2e ligue est bien plus attrayante que la 2e ligue inter. Cela ne veut pas dire qu’on refuserait une éventuelle promotion, même si on n’y pense absolument pas et que tout ça demeure très loin, mais disons qu’on se sent bien là où on se trouve. On va déjà essayer de garder tout le monde durant la pause, d’éventuellement amener une ou deux recrues et la suite, on verra».

Un compte-rendu de Florian Vaney

Le plan-fixe

Stade de Marcy, Saint-Prex

Amical Saint-Prex

3

12e Mario Pessoa 1-0

27e Chatelain 2-1

69e Soumahoro 3-1

Barroqueiro Vieira;
Bamert, Gomes Cortez, Henriod;
Serratore, Maget, Chatelain (49e T. Chedly), Perriraz (78e Deprez);
Brandon Teixeira, Mario Pessoa (51e Sandoz);
Soumahoro.
Entraîneur: Mario Chedly

FC Pied du Jura

1

19e Mauron 1-1

Lambelet;
T. Fuchs (82e Chenuz), N. Fuchs (39e Miserez), Pittet, Teuscher;
Laubscher, Delay, Mesot;
Matthey (46e Azombo), A. Fuchs, Mauron.
Entraîneur: Johann Späni

À lire également