Déjà rendue très compliquée par la crise sanitaire, l’année 2020 du FC Poliez-Pittet s’est assombrie avec les dégâts causés par des voitures sur leur terrain de foot. C’était les 11 et 12 novembre. Footvaud fait le point 2 mois plus tard.

2020 sera décidément une année à oublier pour beaucoup de clubs de football amateurs. Entre le COVID-19, les quarantaines, les confinements, les renvois, l’arrêt total de la saison 2019-2020 ainsi que la fin prématurée du 1er tour de celle de 2020-2021, le football des talus n’aura existé que par intermittence. Pire, certains clubs comme Poliez-Pittet ont été victimes de vandales. Des chauffards sont, en effet, venus prendre leur pied sur le terrain de la formation du Gros-de-Vaud. Près de 2 mois après, l’enquête poursuit son cours. Les coupables courent toujours.

Environ 5’000 francs de frais

Après l’incrédulité qui régnait lors la découverte de ces déprédations, la commune et le club doivent panser leurs plaies et surtout faire face à une certaine ardoise. « Un devis a été réalisé, la remise en état devrait coûter autour des 5’000 francs, détaille Thierry Zenker, président. Il y a des endroits où les traces sont profondes. La totalité du terrain doit être reprise et environ 5 m3 de sable doivent être réparties à certains endroits. » Le grand terrain a été épargné, car « il est protégé par des barrières ». C’est le petit, celui d’entraînement qui a subi les dégâts. Même si la facture sera acquittée par la commune, le club sera évidemment impacté. « Ce n’est pas du tout une bonne nouvelle pour notre village. Poliez-Pittet est petit et cette somme est conséquente. Il y aura des répercussions avec des frais non budgétés. »

dsad

Les traces sur la pelouse sont, à des endroits, très profondes et donc le terrain est difficile à remettre en état.

Outre les conséquences financières, il y a l’aspect sportif qui rentre en jeu. Le deuxième tour, s’il a lieu, devrait commencer en mars. Les travaux de remise en état devraient débuter dans le même temps. « Les travaux en eux-mêmes seront rapides, mais il va falloir patienter avant de pouvoir fouler la pelouse. » Cela pourrait durer jusqu’à 3 semaines, voire plus selon la météo qui n’est jamais au beau au fixe pendant le mois de mars.

Délocalisation envisagée

Même si la délocalisation pourrait être envisagée, Thierry Zenker reste confiant. « On peut s’entraîner entre les 2 terrains, il y a une surface faite pour. Le grand est utilisable, mais il est uniquement foulé pour les matchs. Heureusement qu’il est protégé par des barrières. De plus, il n’est jamais facile de trouver des terrains durant cette période. »

La première équipe va devoir se battre contre la relégation. En effet, elle ne possède qu’une unité d’avance sur le dernier, Villars-le-Terroir, mais avec une rencontre en moins.

Seulement 10e du groupe 3 de 4e ligue après un premier tronqué par le COVID-19, Poliez-Pittet va au-devant d’une année 2021 difficile, mais l’optimisme, malgré les obstacles, dont l’annulation du tournoi indoor qui réunissait entre 350 et 400 personnes fin janvier et le probable renvoi du repas de soutien, reste de mise.

Nouvellement créée, la seconde garniture pointe actuellement au 9e rang du groupe 3 de 5e ligue.

« Durant cette période spéciale, il faut se réinventer, explique le président. “Une souscription de vin a été organisée en fin d’année 2020 et nous avons organisé notre premier loto en ligne. L’événement a été couronné de succès. Nous avons comptabilisé 80 connexions, et au bout de chacune il y avait 4-5 personnes. C’était une réussite, surtout que nous avons collaboré avec nos sponsors et des commerçants de la région avec des lots sous forme de bons WelQome. » Une fin d’année teintée d’optimisme qui annonce – on l’espère tous – un millésime 2021 radieux!


(Crédit photo: Page Facebook du FC Poliez-Pittet)